RJDH-RCA - Actualités

Centrafrique : Le rond-point des Martyrs désormais opérationnel après huit des travaux

BANGUI, le 21 Juillet 2020(RJDH)---Ouverture ce mardi 21 juillet 2020, du rond-point des Martyres après huit mois des travaux de réhabilitation par l’entreprise Choisy qui a posé des pavés tout autour. La cérémonie de remise a eu lieu en présence du Ministre des Travaux publics et de l’entretien routier, Guismala Hamza qui a annoncé la réhabilitation d’autres ronds-points de la capitale en pavés.

Le coût global des travaux s’élève à près de cent soixante millions (160.000.000) francs CFA. La somme a été remise à l’entreprise Choisy pour la réhabilitation du rond-point. Après le carrefour des Martyrs, le Ministre des Travaux publics et de l’entretien routier Guismala Hamza a  annoncé à l’occasion, la réhabilitation de tous les autres rond-points en pavé dans la capitale.

« Toutes les infrastructures routières sont tombées dans un état de dégradation très avancées. Après les discussions, nous sommes convenus avec l’entreprise pour la réhabilitation. Les travaux nous ont permis de faire une innovation en RCA, grâce à la jeune entreprise avec ses expériences que nous comptons confectionner tous les ronds-points en pavés sur fonds propres de l’Etat », a annoncé le Ministre à l’occasion de la cérémonie de remise. 

Le membre du gouvernement appelle la population à faire un bon usage, car il y une durée de vie de cette route, « les routes comme vous le savez ont une durée de vie car nous sommes dans une zone tropicale où il pleut abondamment. C’est pourquoi, je demande à la population de bien faire l’usage », a lancé le ministre.  

Les travaux ont été lancés le 19 Janvier 2020. Après plusieurs de mois de retard dans les travaux, c’est finalement  le 19 juillet dernier que l’entreprise Choisy a pu mettre au point cet ouvrage. Le rond-point des Martyrs est aujourd’hui ouvert après 8 mois de sa fermeture.

Sandra Belly.

mardi, 21 juillet 2020 15:53 Écrit par Dans SOCIETE

Centrafrique : La pisciculture dans le 4ème arrondissement de Bangui fait face à des difficultés

BANGUI, 21 Juillet 2020 (RJDH) --- Les pisciculteurs de Poungoulou dans le 4ème arrondissement de Bangui se plaignent par rapport au débordement des cours d’eau dans leur secteur. A l’origine de leurs maux, l’affaissement du pont Poungoulou. Ils appellent les autorités à leur venir en aide  pour la reconstruction du pont en question afin de favoriser l’évacuation de l’eau en cette période saison pluvieuse.

Dans la mutualisation de leurs énergies et des techniques piscicoles, l’association  des jeunes éleveurs de Poungoulou (AJEL) déplorent les conditions difficiles de leur métier. C’est ce qu’explique Carlos oscar Feyangaï Mobealla, président du groupement  « notre principale difficulté, c’est la canalisation par ce que le pont s’est complètement affaissé et il est bouché. Quand il pleut, tous les bassins sont inondés. C’est vraiment une difficulté majeure pour nous. » Il demande l’aide du gouvernement et des partenaires en vue de les aider à refaire le pont de ce secteur qui est complètement bouché et qui empêche le bon entretien des  bassins d’eaux en cette saison pluvieuse.

«  Nous remercions d’abord le gouvernement pour nous avoir refait cette route de N’dress mais il reste  vraiment le problème de canalisation, afin de bien mener nos activités. », a-t-il ajouté.

Notons que cette activité piscicole, qui s’exerce non sans difficultés, est une aubaine pour la population riveraine et des autres arrondissements de Bangui qui peuvent se payer ces variétés de poissons pour leur alimentation.

MALAMBETI ZANABA Chancelvie.

mardi, 21 juillet 2020 15:50 Écrit par Dans ENVIRONNEMENT

Lundi, 21 juillet 2020

FAUX, PLUS D’UN MILLIER  DES CENTRAFRICAINS NE SONT PAS EN CHOMAGE PAR RAPPORT AU CORONAVIRUS

La pandémie du Coronavirus entraîne des répercussions économiques, tant en terme de revenu et d’emploi vu que ces deux éléments constituent un point primordial de subsistance. En République Centrafricaine, une rumeur plane mentionnant la perte de plus 1000 emplois des centrafricains pour des raisons liées au virus. C’est une fausse information d’après le Ministère du Travail et de l’emploi.    

La rumeur met l’accent sur le chômage et présente la situation des contractuels du secteur privé qui se retrouvent sans emploi de suites des mesures de restriction liées au virus. « Les centrafricains souffrent du virus, plus de 1000 chômeurs en ce temps pandémique sont recensés à Bangui ». Ce chiffre est une illusion d’après les investigations de notre rédaction.

Le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle ignore cette allégation

Le Ministère en charge de l’emploi dément cette rumeur tout en mentionnant la politique de riposte au virus par le biais de son Directeur de Cabinet, Charles Siangue : « Ces chiffres sont faux et ne révèlent pas la réalité. Les agents de l’administration publique ne sont pas inquiétés puisqu’ils bénéficient d’une stabilité d’emploi soutenue dans une durée par le Statut Général de la Fonction Publique. Par contre, les plus vulnérables sont ceux qui œuvrent dans le secteur privé.  Nous avons émis une sorte de mise en garde à tous les employeurs pour qu’ils garantissent les droits de leurs employés en ce temps pandémique »

Une instruction ministérielle pour garantir la stabilité de l’emploi en Centrafrique

Ce document émis depuis le 07 Avril 2020 aux entreprises par le Ministre de l’Emploi, de la Protection Sociale et de la Formation Professionnelle Hugues Tcheumeni est une garantie contre les éventuelles conséquences liées au virus. Il comporte deux parties dont le renforcement du dialogue social et les processus de suspension temporaire des contrats de travail et des mesures  de licenciement pour motif économique. 

Avec l’avènement du Coronavirus en République Centrafricaine, des fausses informations circulent dont le but d’impacter sur la progression du virus.

Face à cette réalité méfiez-vous des rumeurs et aussi  des fausses informations

La Redaction Fact-checking (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

mardi, 21 juillet 2020 15:39 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : La population de Sikékédé s’estime marginalisée et revendique une place dans le découpage électoral

BANGUI,  le 21 juillet 2020, (RJDH) ---Laissée pour compte d’après leur constat, la population de Sikékédé dans la Vakaga au nord Est du pays réclame une place dans le découpage électoral. Elle se dit marginalisée depuis plus de 22 ans sans prendre part aux votes et veut avoir un représentant à l’Assemblée Nationale.

La situation est alarmante à Sikékédé, selon le Président de la jeunesse locale qui aujourd’hui se trouve à Ndélé. La ville est actuellement privée de réseau téléphonique, et il y a ce problème d’accès aux services sociaux de bases. Les écoles et les services de soins et de santé manquent du personnel qualifié et du matériel.

Actuellement à Ndélé,  Abakar Yaya Sabaroudja, Président de la jeunesse est porteur d’un message de la population aux autorités du pays. « Nous voulons un découpage électoral de Sikékédé. Il faut que Sikékédé soit découpé. Nous voulons avoir notre Député  pour aller à l’Assemblée, discuter par rapport à notre situation. Et si cette année, il n’y a pas de découpage électoral ici, nous n’irons pas aux élections présidentielles et législatives », a-t-il dit.

Pour le Président de la Jeunesse de Sikékédé, les données électorales de sa localité ont souvent été truquées : « A chaque moment, sur 55000 habitants, on ne nous envoie que 350 cartes d’électeurs. Et on nous fait savoir que c’est Bangui qui a fait çà. Souvent, les agents restent à Tiringoulou et envoient des rapports mensongers à l’ANE.  Et à chaque fois que nous voulons dénoncer, on nous traite de rebelle. Est-ce que les femmes, les enfants, les personnes de troisième âge, les handicapés sont-ils tous des rebelles?  En tout cas, nous sommes marginalisés sur notre droit. Et là où je vous parle, on est fatigué avec la guerre. Nous voulons un découpage électoral avec tout le matériel à Sikékédé », dit-il.  

La ville de Sikékédé, selon Abakar Yaya est le cœur de la Vakaga, mais l’Etat est quasi inexistant. La population n’a pas exercé son droit de vote depuis 22 ans. A cela s’ajoute le manque de personnel qualifié dans les services sociaux de bases. De l’école Sikékédé centre, en passant par l’école Boura, et autres, la ville dispose de 7 écoles au total, « mais qui malheureusement manquent d’enseignants. Nous avons un grand centre à Sikékédé et un poste de santé à Aïfa. Tout ça, il n’y a pas d’infirmier qualifié et ce sont les enfants qui sont formés par MSF qui sont là en train de soigner leurs parents. Mais il n’y a pas de médicament. On donne une boite de 1000 comprimés de paracétamol de 500 mg pour deux mois. Imaginez-vous-même si on devait partager ça pour 55000 habitants. Est-ce que cela va suffire? », a  décrié le président de la jeunesse de Sikékédé, Abakar Yaya Sabaroudja.   

Face à l’absence de l’autorité de l’Etat, il promet une garantie sécuritaire à tous ceux qui auront à effectuer une mission ou à travailler sur place. « Nous sommes là, disponibles. On va les accueillir à bras ouverts. Nous allons les conduire jusqu’à Sikékédé et une fois qu’ils auront terminé leurs boulots, on va les reconduire à Ndélé », a conclu le Président de la jeunesse de Sikékédi, Abakar Yaya Sabarouda.

La Sékikédé  dans la Vakaga, est située à 175 km de la ville de Birao et 270 km de Ndélé. Elle compte environs  55.000 habitants, 75 quartiers et 18 chefs de groupes.

Cyrille Wegue

mardi, 21 juillet 2020 15:32 Écrit par Dans DROITS DE L’HOMME

Centrafrique : Environ 161 541 inscrits sur la liste électorale, d’où nécessité de prorogation selon l'ANE

BANGUI, 21 Juillet 2020 (RJDH) --- L’Autorité Nationale des Elections (ANE) a annoncé le 20 juillet la prorogation des opérations d’enrôlement au 27 juillet 2020 à Bangui. Environ  161 541 personnes se sont inscrites sur la liste électorale à Bangui  à ce jour.

Cette prolongation, selon le communiqué est liée au faible taux de participation de la population de Bangui à l’enrôlement des électeurs, « l’Autorité Nationale des Elections (ANE) est obligée de proroger la fin des opérations d’inscription sur la liste électorale au 27 juillet prochain », lit-on dans le document.

D’une source digne de foi, cette prolongation de la date d’enrôlement ne concerne que la ville de Bangui, « vu le procès-verbal de la plénière du 20 juillet et compte tenu du règlement intérieur de l’ANE, les populations peuvent continuer à se faire inscrire jusqu’au 27 juillet 2020 », a incité une autre source.

Du 30 juin au 19 juillet 2020, 99 638 hommes se sont inscrits, soit 61,67% et 61 903 femmes, soit 38,32%.

 Auguste Bati-Kalamet.  

mardi, 21 juillet 2020 15:27 Écrit par Dans INFO-ELECTIONS

Centrafrique : Une dizaine d’anesthésistes initiés à l’utilisation des appareils respiratoires contre la Covid_19

BANGUI, 21 Juillet 2020 (RJDH) --- Une dizaine d’anesthésistes ont été formés sur l’utilisation des 26 nouveaux appareils respiratoires, destinés pour la prise en charge des malades de Covid_19 dont les cas sont compliqués. La formation a eu lieu ce lundi 20 juillet et est organisée par le ministère de la Santé et de la population.

Le constat révèle que bon nombre de décès des patients de Covid-19 est lié au manque de matériels respiratoires appropriés. A cela s’ajoute le manque de personnels qualifiés pour la manipulation de ces outils. C’est dans ce contexte que le ministère de la santé et de la population a formulé des besoins aux partenaires pour l’octroi des 26 nouveaux appareils respiratoires sur les deux disponibles depuis le début de la pandémie.

La prise en charge des patients de la Covid-19 nécessite des ressources humaines qualifiées, indique Dr Boniface Kainy, « 15 techniciens supérieurs en anesthésie sont en train d’être outillés sur l’utilisation des 26 appareils d’oxygène, qui sont d’une importance primordiale. Ces appareils sont arrivés et il va falloir former les spécialistes dans le domaine afin de mieux les manipuler », a fait savoir Docteur Kainy Boniface Ngbon-Kassa, médecin anesthésiste réanimateur au département de la santé.

 « Une femme a trouvé la mort en ma présence parce qu’il manquait un appareil d’oxygène. J’ai eu peur parce que je pourrais subir le même sort. Tous les cas graves décèdent dans un tableau de détresse respiratoire, c’est-à-dire une détresse vitale », ajoute-il.

Seuls les centres hospitaliers de la ville de Bangui bénéficieront de ces 26 appareils respiratoires. Son importance est de redonner un souffle de vie à travers ces machines. 

Auguste Bati-Kalamet.

mardi, 21 juillet 2020 15:19 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : Le GSTC dépose six points de revendications sur la table du gouvernement

BANGUI, le 21 juillet (2020 RJDH) ---Le Groupement syndical des travailleurs de Centrafrique (GSTC) a déposé ce lundi 20 juillet 2020 sur la table du gouvernement les principales revendications qui n’ont pas été prises en compte depuis lors. Il exige la prise en compte de six points notamment le paiement de 11 mois d’arriérés de salaire avant 15 jours. La décision a été prise  le samedi 18 juillet 2020 au cours d’une Assemblée Générale tenue à la bourse du travail à Bangui.

Le secrétaire général du GSTC, Firmin Zoh-Ponguele, rappelle le gouvernement sur l’applicabilité sans délai, des dispositions à savoir le statut général de la fonction publique avec son décret d’application y compris, l’augmentation de salaire de quarante pour cent (40%). Le GSTC exige le paiement en totalité des 11 mois d’arriérés de salaire avant les élections, fixées pour le 27 décembre 2020.

« Il était question de payer ces arriérés dans un bref délai. Mais aujourd’hui, on est à la veille des élections et les choses traînent. Troisièmement, il faut que les indemnités de risque soient versées à tout le personnel soignant de la santé sans exclusion. Le paiement des SMIG et SMAG,  qui, aujourd’hui, est à moins de vingt mille(20000), donc le gouvernement a pris des engagements, il faut qu’il augmente le Smig et le Smag », a insisté Firmin Zoh-Ponguele.

Dans ces principaux points de revendications, figure la réduction des prix du carburant à la pompe pour alléger le problème de transport, « parce que nos camarades des taxis et bus ont augmenté les prix des taxis et bus pour essayer d’ajuster leur versement. Donc ceux qui sont pénalisés, ce sont des travailleurs et la population. Et enfin, nous demandons l’intégration des jeunes diplômés lésés dans la fonction publique ».

Le GSTC projette organiser une grève générale, si les six points de revendication ne seront pas pris en compte par le gouvernement d’ici août prochain.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 21 juillet 2020 15:12 Écrit par Dans SOCIETE

Centrafrique : Le Ministre des Sports met en garde les sous-ligues qui relancent les activités sportives

BANGUI, le 21 juillet 2020 (RJDH) --- Le Ministre de la jeunesse et des sports a mis en garde les différentes sous-ligues qui ont repris les activités sportives contrairement à la décision des autorités Centrafricaines face à la pandémie de Covid_19.

Cette mise en garde fait suite à la reprise des activités sportives au sein des sous-ligues de la capitale. Avec l’évolution de cette pandémie dans le pays, les autorités interdisent tout regroupement de plus de 15 personnes dans les lieux publics.

Pour le Ministre de la jeunesse et des sports Lionel Privat Dounda, c’est une situation désastreuse qui peut favoriser la progression de la Covid 19 dans le pays, « je profite de cette opportunité pour mettre en garde toutes les sous-ligues qui se sont permises de reprendre les activités sportives sans l’autorisation du gouvernement, de mettre fin à cela. C’est une situation qui favorise l’évolution de Corona Virus dans le pays » a-t-il martelé. 

Rappelant les messages de son collègue de la santé, le ministre Lionel Privat Dounda réitère ces messages de responsabilité,   «mon collègue de la santé ne cesse d’appeler tout le monde au sens de la responsabilité. Et donc, il est hors de question que les sous-ligues et autres reprennent les activités. Le rassemblement de plus de 15 personnes est interdit par les autorités pour empêcher la propagation de cette pandémie à travers le pays » ajoute-t-il.

La levée partielle des mesures d’assouplissement prise par le gouvernement en juin dernier vise que des lieux de cultes,  les écoles, les caves et autres dans le strict respect des mesures barrières.

Carlos Watou

mardi, 21 juillet 2020 15:06 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : Célestin Yanindji élu président de la Fédération centrafricaine de football

BANGUI, le 21 juillet 2020(RJDH) ----La Fédération centrafricaine à un nouveau président. Il s’agit de Célestin Yanindji, élu à l’issue d’une assemblée extraordinaire élective organisée ce lundi 20 juillet à Bangui. Il succède à Patrice Edouard Ngaïssona, arrêté depuis fin 2018 par la Cour Pénale Internationale.

Son élection à la tête de la fédération intervient près d'un an et sept mois après l’arrestation de Patrice Edouard Ngaïssona, président de la fédération par la Cour Pénale Internationale pour des faits présumés des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, lors des événements de 2013 à 2014 en Centrafrique. Après son arrestation, la fédération a été dirigée par le vice-président Célestin Yanindji  jusqu’à l’organisation des élections en cette date du 20 juillet à Bangui.

Le nouveau président de la fédération centrafricaine de football  se fixe comme objectif, la qualification de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des Nations(CAN), « ma mission principale  est de qualifier les fauves à la Coupe d’Afrique des Nations et de faire remonter le niveau de la fédération »,  s'est exprimé  Célestin Yanindji avant de solliciter l’appui du gouvernement dans les plus grandes tâches qui attendent la nouvelle équipe.

Le poste du 1er vice président revient à Grégoire Zoway ancien membre du comité exécutif de la fédération. Clément Ndomé, occupe le poste du 2ème vice-président.  Tandis que Jean Claude Sendaoli, Téddy Fada Averel, Serge Hyppolite Mayeur sont élus représentants des zones ouest, est et centre et  Romain Guitizia, représentant des médecins.

Ces membres ont un mandat de 4 ans renouvelable une seule fois. Les autres postes tels que, le secrétariat général, trésorier général feront l’objet de nomination par le président nouvellement élu.

La dernière assemblée générale élective de la fédération centrafricaine de football remonte au 2 mai 2016.

RJDH.

mardi, 21 juillet 2020 14:59 Écrit par Dans SPORTS

Lundi, 20 Juillet 2020

Non, les patients atteints de Covid-19 existent bel et bien en République Centrafricaine

La rumeur selon laquelle les personnes atteintes du Sras-cov-2 sont inexistantes dans les centres d’isolement et de prises en charges en Centrafrique, est fausse.

Depuis plusieurs mois, cette rumeur plane au sein de la population. Le constat se fait dans les ménages, dans les places publiques, ainsi que dans les 8 arrondissements de Bangui. « Le virus n’existe pas en Centrafrique, la preuve en est qu’on ne voit aucun malade à la télévision » a témoigné un habitant de Bangui qui a souhaité recueillir l’anonymat.

La charte de bonne conduite sur la couverture médiatique dans le contexte de la covid-19 et les autres crises de santé publique en République Centrafricaine, interdit que les malades soient exposés.

Pour débusquer ces inquiétudes qui minent la population, puis démêler le faux du vrai, notre rédaction de fact- checking a pu consulter le ministère de la Santé en RCA 

« Pour des raisons de confidentialité du malade relative à la charte de bonne conduite consacrée aux droits de la personne atteinte de la maladie l’interdit, mais aussi pour éviter toute discrimination ou ségrégation des patients affectés par la pandémie. »

Dans la même ligné, « aucun médecin n’a le droit de citer le nom du malade à cause des clauses de la confidentialité qui lient le patient au médecin. Sauf si le malade donne son consentement éclairé dans l’optique d’informer la population. Tel est l’exemple probant du Maire de la Ville de Bangui. » A fait savoir docteur Louis -Médard Ouarandji, responsable du centre de prise en charge situé dans l’enceinte de l’hôpital général à Bangui, dans une interview accordée par notre rédaction.

Depuis l’avènement du SRAS-COV-2 en Centrafrique, des rumeurs pullulent la population autour de la pandémie dans l’optique de manipuler l’opinion publique. La rédaction  affirme que les covidiés ne sont pas invisibles.

La rédaction du Fact-checking de Centrafrique

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

lundi, 20 juillet 2020 15:52 Écrit par Dans Fact Checking
Page 6 sur 61