Sécurité
lundi, 01 juin 2020 11:51

Centrafrique : Une personne assassinée par des hommes armés non identifiés à Kabo au nord du pays

BANGUI, le 01 juin 2020 (RJDH) --- Un homme âgé de 47 ans a été assassiné dans la nuit du 29 au 30 mai 2020 à Kabo dans l’Ouham par des hommes armés assimilés aux éléments peulhs en transhumance dans la région. Les présumés auteurs sont arrêtés par des éléments du MPC de Mahamat Alkatim, confient des sources concordantes à Kabo.

Selon un habitant joint au téléphone par le RJDH, l’acte est attribué aux éléments peulhs appelés Mbarara. Les faits se sont produits aux environs de 23heures dans sa plantation, « ce sont les éleveurs peulhs armés communément appelés Mbarara qui seraient à l’origine de sa mort. La victime passait la nuit au champ avec sa famille, c’est aux environs de 23 heures que deux personnes armées ont fait  irruption devant la maison de la victime et lui demande de sortir à leur rencontre.  On lui a tiré dessus d  une balle dans la tête et à la poitrine », a témoigné cette source.  

La victime a succombé suite à ses blessures. Dans la même nuit, son corps a été transféré à la maison avant d’être enterré le lendemain. Les présumés auteurs du crime sont arrêtés selon d’autres informations RJDH, par des éléments de MPC du général Mahamat Alkhatim, un jour après l’assassinat.

Un notable de Kabo joint au téléphone déplore cette situation et accuse les éleveurs en provenance du Tchad à la recherche de pâturage et mettent à mal, la sécurité dans la sous-préfecture de Kabo,   « ce sont des éleveurs peulhs armées venus du Tchad en transhumance qui sèment la terreur dans les familles des agriculteurs », confie-t-il avant de lancer un appel au redéploiement des éléments des forces armées Centrafricaine (FACA) et de la Minusca pour assurer la sécurité de la population.

Une réunion de concertation regroupant les autorités centrafricaines et tchadiennes dans la sous-préfecture de Maro au Tchad avait vu le jour pour discuter de la gestion de transhumance entre ces deux pays, sources de nombreuses tensions. Quelques semaines après cette initiative, le conflit entre éleveurs et agriculteurs persiste dans les zones de transhumance.

Japhet Beorofei.

Centrafrique : La circulation sur l’axe Gobongo améliorée grâce à la présence des policiers

Centrafrique : Réunion d’évaluation de la gestion des conflits liés à la transhumance au centre du pays

Centrafrique : UPC nie son implication dans les combats à Obo

Centrafrique : Le gouvernement fait une mise au point sur la situation à Obo