RJDH-RCA - Kokada
Kokada

Kokada

dimanche, 26 juillet 2020 13:32 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le lycée des Martyrs s’apprête à réceptionner des bâtiments construits et réhabilités par la Banque Mondiale

BANGUI, le 25 juillet 2020 (RJDH)--- Plusieurs bâtiments du lycée des Martyrs ont été réhabilités et construits par le gouvernement dans le cadre du projet d’urgence de soutien à l’éducation de base(PUSEB) financé par la Banque Mondiale. La remise de ces bâtiments est prévue ce 30 juillet afin de faciliter la reprise prochaine des activités scolaires.

Il s’agit de deux nouveaux bâtiments de six salles des classes construits et douze anciens bâtiments du lycée des Martyrs dont deux entreprises (Nombala Service Multi Service et ARTIS Service) qui sont sur les travaux pour donner un éclat à cet établissement scolaire public.

Les travaux sont presque à la fin, explique Gregory Prince Bida Siombo, ingénieur à ARTIS Service,

« nous avons quatre bâtiments à réhabiliter dont neuf salles de classe et un bureau administratif. Nous sommes presque à la fin des travaux, il nous reste un bâtiment, dont avec mon équipe technique je pense qu’on va terminer au courant de cette semaine », dit-il.

Aimé Hugues Ndouva, ingénieur à l’entreprise Nombala Multi Service tient au respect du délai,  « c’est juste les couvertures et les peintures extérieures qui concernent douze salles de classes et les deux étages, ainsi que les bureaux. On nous a donné trois mois pour l’exécution de ces travaux, nous allons faire de notre mieux pour amorcer les choses avant le délai prévu pour que si y a la reprise, les élèves peuvent étudier dans de bonne condition ».

Fatimé Yougboko, proviseure du lycée des Martyrs souligne que d’ici le 29 ou le 30 juillet tout sera prêt, « car, les travaux sont partiels et ça concerne seulement la toiture et la peinture externe. Ce sont des vieux bâtiments qui nécessitent une réhabilitation par ce que vous savez qu’il y a 58 ans d’existence, donc il fallait quand même faire une retouche pour donner une belle image », ajoute-t-elle.

C’est un des vieux lycées publics construits en 1962. Il totalise aujourd’hui, 58 ans d’existence.

Jocelyne Nadège Kokada

mercredi, 22 juillet 2020 14:25 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Forte participation des jeunes dans le processus de recrutement des policiers et gendarmes

BANGUI, le 22 juillet 2020 (RJDH)---Le recrutement des policiers et gendarmes lancé depuis le 13 juillet dernier sur toute l’étendue du territoire Centrafricain se  déroule sans incident majeur. Même si certains candidats déplorent la lenteur dans la délivrance des cartes nationales d’identité, mais l’engouement des candidats se fait sentir dans les centres de recrutements de la place. Un constat fait le RJDH après avoir sillonné quelques centres ce mardi 21 juillet 2020.

A la mairie de Bimbo, dans l’Ombelle Mpoko, des jeunes se bousculent pour aller déposer leur dossier pour le recrutement dans les rangs des forces de sécurité intérieure. Un des candidats qui après avoir déposé son dossier, exprime sa motivation, tout en déplorant la lenteur dans la délivrance des cartes  nationales d’identité, « je suis venu déposer mon dossier. Dans  les pièces à fournir, on me demande la carte d’identité nationale, mais y a trop de tracasserie dans la délivrance de cette pièce par les services en charge et cela nous pénalise. Ce qui m’a motivé à venir déposer mon dossier, c’est pour être recruté comme policier parc que j’aime mon pays, je veux défendre la RCA », a-t-il confié au RJDH.

Le constat est presque similaire dans les centres installés dans les mairies de la capitale. Du Centre du 2ème arrondissement en passant par le 4ème et en allant vers le 3ème arrondissement de Bangui où se déroulement le recrutement, l’on voit un fort engouement des candidats à travers la file indienne devant les centres.  L’objectif visé par le gouvernement est de recruter 1000 forces de défense et de sécurité(FSI), c'est-à-dire, 500 gendarmes et 500 policiers.

Narcisse Fabien Ngoh, chargé de la cellule d’accompagnement social et environnemental à la Mairie de Bimbo reconnaît cette difficulté en ce qui concerne la délivrance de la carte d’identité  nationale, « les choses se passent bien dans le centre. Il y a quelques difficultés liées au problème de délivrance de récépissé de la carte nationale d’identité. Ils ont dit que c’est trop cher le prix et de l’autre côté, ils, déplorent le récépissé qui ne sort pas le même jour. Beaucoup de jeunes manifestent leur volonté, mais c’est ce problème là qui les bloque », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, il salue l’engagement des jeunes dans ce processus depuis le lancement où la mairie de Bimbo a enregistré plus de 300 dossiers « les jeunes viennent massivement pour déposer leur dossier. Si les jeunes arrivent on prend leurs dossiers, on vérifie l’authenticité et ensuite on leur donne une fiche à remplir. On va délivrer un récépissé, ce récépissé doit être présenté le jour des épreuves écrites », explique le chargé de la cellule d’accompagnement social et environnemental à la mairie de Bimbo avant de demander aux jeunes de venir massivement déposer leur dossier.

Lancé depuis le 13 juillet dernier, le recrutement des 500 gendarmes et 500 policiers prendra fin le 29 juillet 2020.

Jocelyne Nadège Kokada.

mardi, 21 juillet 2020 15:12 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le GSTC dépose six points de revendications sur la table du gouvernement

BANGUI, le 21 juillet (2020 RJDH) ---Le Groupement syndical des travailleurs de Centrafrique (GSTC) a déposé ce lundi 20 juillet 2020 sur la table du gouvernement les principales revendications qui n’ont pas été prises en compte depuis lors. Il exige la prise en compte de six points notamment le paiement de 11 mois d’arriérés de salaire avant 15 jours. La décision a été prise  le samedi 18 juillet 2020 au cours d’une Assemblée Générale tenue à la bourse du travail à Bangui.

Le secrétaire général du GSTC, Firmin Zoh-Ponguele, rappelle le gouvernement sur l’applicabilité sans délai, des dispositions à savoir le statut général de la fonction publique avec son décret d’application y compris, l’augmentation de salaire de quarante pour cent (40%). Le GSTC exige le paiement en totalité des 11 mois d’arriérés de salaire avant les élections, fixées pour le 27 décembre 2020.

« Il était question de payer ces arriérés dans un bref délai. Mais aujourd’hui, on est à la veille des élections et les choses traînent. Troisièmement, il faut que les indemnités de risque soient versées à tout le personnel soignant de la santé sans exclusion. Le paiement des SMIG et SMAG,  qui, aujourd’hui, est à moins de vingt mille(20000), donc le gouvernement a pris des engagements, il faut qu’il augmente le Smig et le Smag », a insisté Firmin Zoh-Ponguele.

Dans ces principaux points de revendications, figure la réduction des prix du carburant à la pompe pour alléger le problème de transport, « parce que nos camarades des taxis et bus ont augmenté les prix des taxis et bus pour essayer d’ajuster leur versement. Donc ceux qui sont pénalisés, ce sont des travailleurs et la population. Et enfin, nous demandons l’intégration des jeunes diplômés lésés dans la fonction publique ».

Le GSTC projette organiser une grève générale, si les six points de revendication ne seront pas pris en compte par le gouvernement d’ici août prochain.

Jocelyne Nadège Kokada

vendredi, 17 juillet 2020 15:14 In ART/CULTURE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : un jeu concours lancé pour dénicher les meilleurs écrivains centrafricains de l’année 2020

BANGUI, 17 Juillet 2020 (RJDH) --- L’Edition Oubangui avait lancé, du 15 juin au 08 septembre prochain, un jeu concours à l’endroit des écrivains centrafricains, dénommé : « Prix du président de la République pour l’écrivain(e) Centrafricain(e) ». Ce concours a pour objectif de sélectionner des livres écrits par des centrafricains candidats afin de choisir les meilleurs écrivains de l’année.

Ce concours permet de présenter les œuvres et faire découvrir les écrivains centrafricains aux institutions de la République et au public centrafricain.  Dieu Merci Sammy Zigbe, assistant manager à l’Edition Oubangui, a indiqué que ce concours vient à point nommé, « pour pouvoir attirer l’attention de la population y compris des institutions de la place sur l’effort que fournit l’écrivain dans le développement de notre pays. A partir du 31 Aout, cette période sera consacrée à l’évaluation de ces écrivains et le 08 septembre prochain sera la date de délibération ». 

Beaucoup d’œuvres centrafricaines sont méconnues par la population centrafricaine. Cela a commencé depuis les années 80, dit-il, « à travers nos ainés à savoir Pierre Sammy Mackfoy, Etienne Goyémide, Pierre Makambo Bambote et bien d’autres qui sont aujourd’hui méconnus du public centrafricain. Ce qui sera fait ce jour-là c’est quoi, l’Edition Oubangui va enregistrer tous les livres qui leur parviennent. Nous allons les soumettre au jury qui sélectionnera et nous allons remettre aux représentants des différentes institutions du pays et certains responsables des éditions à l’étranger afin d’apprécier trois meilleurs livres de l’année en RCA » poursuit- il.

Notons que ce jeu concours est lancé depuis le 15 juin et prendra fin le 08 septembre 2020. A l’issue de l’appréciation du jury, Il y aura la présentation des trois meilleurs écrivains de l’année 2020.

Jocelyne Nadège Kokada

mercredi, 15 juillet 2020 06:03 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : le quartier Yangato, dans le 5e arrondissement de Bangui, plongé dans l’obscurité depuis 4 mois

BANGUI, 14 juillet 2020 (RJDH) ---Depuis plus de trois mois, le quartier Yangato, dans le 5ème arrondissement de Bangui est plongé dans l’obscurité faute d’électricité qui est due au branchement illicite occasionnant la détérioration des transformateurs installés dans le secteur. C’est ce qu’a relevé le chef de service de distribution et exploitation à l’ENERCA lundi 13 juillet au RJDH.

C’est une situation qui a duré plus de trois mois et est due au report des lignes, selon le service de distribution et d’exploitation de l’ENERCA : « c’est de faux branchements qui ont occasionné la détérioration d’un de nos transformateurs puisque le secteur de Yangato est couvert par deux transformateurs de 400 KWA.  Alors, si on isole l’un de ces transformateurs dans une semaine, l’autre va cramer », a indiqué Fabrice Gildas Bayalet chef de ce service.

Cette panne, à en croire le service de distribution de l’ENERCA, est encouragée par les branchements illicites. En plus des branchements illicites consistant à permuter les lignes sur le réseau par les clients eux-mêmes, il y a les surcharges sur les installations électriques. « Il suffit d’un client officiellement reconnu chez l’ENERCA, pour que tous les ménages du secteur soient électrifiés », s’est-il plaint.

Face à cette situation, assure-t-il, la société n’est pas restée insensible. « Nous avons passé la commande au niveau de Tunisie, mais en cette période de confinement tout devient compliqué. Au moment où je vous parle, il faut que l’usine travaille, et une fois les transformateurs fabriqués, il faut les envoyer via le port de Douala. Donc, la pandémie de Covid19 nous a rendu la tâche rude ».

Les branchements illicites d’électricité dans les quartiers sont aussi à l’origine des difficultés innombrables auxquelles font face l’ENERCA.

 Jocelyne Nadège Kokada

vendredi, 10 juillet 2020 15:34 In EDUCATION Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : le gouvernement centrafricain recadre la reprise des activités scolaire en cette période de crise sanitaire

BANGUI, 10 juillet 2020 (RJDH)---Le gouvernement Centrafricain a annoncé la reprise progressive des activités scolaires pour les classes d’examens dans la zone d’observation pédagogique A le 15 juillet prochain. Par contre, les inspections académiques de Bangui, du centre -sud et de l’Ouest reprendront les cours le 29 juillet 2020. C’est ce qu’a fait savoir le ministre de l’enseignement primaire et secondaire Aboubacar Moukadas Nour, le mercredi dernier.

Après trois mois de fermeture temporaire des écoles en raison de la pandémie du coronavirus, le ministre de l’enseignement primaire et secondaire a annoncé la reprise progressive des cours des classes d’examens dans les inspections académiques du sud-est, centre, du nord et du nord-est dit zone d’observation pédagogique, le 15 et 29 juillet prochain.  

Selon le chef du département de l’enseignement primaire et secondaire, Aboubacar Moukadas Nour, « la reprise progressive des activités scolaires doit commencer par les classes d’examens. Pourquoi on a décidé de le faire de cette manière, c’est simplement de gagner les salles des classes compte tenu de l’effectif et c’est cela qui va nous permettre de respecter certaines règles telles que la distanciation sociale entre les apprenants. Et il est aussi qu’en mesure préliminaire pour cette reprise de procéder au dépistage de certains enseignants qui sont concerné par cette zone d’ouverture, le port des masques est rendu obligatoire et il y a aussi la désinfection des établissements en préalable », explique-t-il.

En poursuivant, le ministre Aboubacar Moukadas Nour affirme que le 29 juillet 2020, ce sera le tour de la zone d’observation pédagogique B. Cette reprise concerne la ville de Bangui et les préfectures de la Nana-Mambéré, Mambéré Kadeï et Sangha Mbaere. « Linspection académique de Bangui est située dans la zone d’observation pédagogique B et concernant cette zone-là, la rentrée est fixée pour le 29 juillet. Donc nous avons ciblé les zones d’inspection académique par rapport à la pandémie de Covid19, ce sont des données que nous disposons et qui ont été fournies par le ministère de la santé. Donc c’est en fonction de ces données quantitatives et qualitatives que nous évoluons dans la reprise progressive des activités scolaires », dit-il.

C’est sur la base des travaux de conception et de technique élaborés au sein du comité méthode et stratégie que la décision de la reprise progressive des activités scolaires a été prise, mercredi dernier.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 07 juillet 2020 14:31 In INFO-ELECTIONS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Faible mobilisation de la population pour le processus d’enrôlement électoral en cours.

Bangui, le 07 juillet 2020 (RJDH) ---La faible mobilisation de la population pour les opérations d’enrôlement électoral en cours, inquiète la plateforme des organisations non étatiques de la société civile qui a organisé ce lundi 06 juillet 2020 une campagne de sensibilisation et d’échange à l’endroit des leaders communautaires du 7ème arrondissement.

Selon Michael Zarambo, coordonnateur de la plateforme des organisations non étatiques de la société civile, « Notre plateforme a organisé cette campagne de sensibilisation sur l’enrôlement car vous savez l’enrôlement est un devoir citoyen et contribue à la démocratie de notre pays. C’est dans cette optique que nous avons convié les leaders communautaires pour les sensibiliser sur l’importance de l’enrôlement afin qu’ils puissent participer au processus électoral », a-t-il déclaré.

 Deux semaines après le lancement de cette opération, il dégage ce constat :« Nous avons envoyé les gens sur le terrain pour évaluer le nombre de personnes qui  se sont enregistrées sur la liste électorale et nous avons  constaté qu’il y a un faible taux de participation ; raison pour laquelle nous avons décidé en tant que société civile de mener des actions de proximité, de renforcement de capacité pour que ceux qui ne connaissent pas les critères puissent avoir des informations éclairées pour pouvoir participer au processus d’enrôlement »

Cette campagne de sensibilisation s’étendra dans les 8 arrondissements de Bangui, Bimbo et Begoua et même dans les villes des provinces, afin de permettre aux populations d’aller massivement s’inscrire sur la liste électorale.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 23 juin 2020 16:00 In ECONOMIE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : les prix sur le marché sont restés stables à Bangui en provinces, selon l’ICASEES

BANGUI, 23 juin 2020 (RJDH)---Les prix des produits de première nécessités et des denrées alimentaires sont restés stables à Bangui et dans certaines villes de l’intérieur du pays. Tandis qu’à Obo dans le Haut Mbomou, les prix ont grimpé allant de 10 à 60 %. C’est ce qu’a fait savoir Blaise Bienvenu Ali directeur général de l’Institut Centrafricain des Statistiques des Etudes Economiques et Sociales, le 19 juin.

Dans sa présentation hebdomadaire, les statistiques des prix des produits alimentaires de la semaine du 8 au 13 Juin 2020, l’ICASEES a noté que l’évolution des prix sur les différents marchés de Bangui et des provinces est stable. « On a constaté une légère augmentation des prix du haricot. Les autres prix des produits qui ont connu une hausse mais relativement légère, sont le riz, le sucre et la viande de bœuf. En ce qui concerne le haricot, cette hausse se justifie par la période de soudure qui fait que les principales localités qui alimentent Bangui n’ont pas pu l’acheminer vers la capitale », note l’ICASEES.

Quant au transport des marchandises, « le nombre des camions a augmenté de 261 soit 38 % par rapport à la semaine précédente qui est de 189 due au retard dans la retransmission des résultats des tests des camionneurs à la frontière entre 7 à 10 jours. Suite à un incident qui a causé la mort à un éleveur peulh, le prix de la viande a connu une hausse. Les commerçants craignent pour une pénurie de viande sur le marché à Bangui ».

A Obo, dans le Haut-Mbomou, les prix sont passés de 10 à 60 %. « Un litre de carburant coute aujourd’hui 7 000 frs contre 2 000 frs avant les violences du mois de mai, à titre d’exemple », a indiqué Blaise Bienvenu Ali.

Ces rapports présentés hebdomadairement par l’ICASEES sont envoyés au Gouvernement pour infléchir la tendance nationale.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 23 juin 2020 15:58 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : les travaux préparatoires du recensement général de la population, retardés à cause de pandémie de Covid 19

BANGUI, 23 juin 2020 (RJDH)---Les travaux préparatoires du recensement général de la population et de l’habitation 4ème édition RGPH4 sont suspendus pour le moment à cause de la pandémie du coronavirus, selon Blaise Bienvenu Ali, directeur général de l’Institut des Statistiques des Etudes Economiques et Sociales (ICASEES), la semaine dernière.

Selon Blaise Bienvenu Ali, directeur général de l’Institut Centrafricain des Statistiques des Etudes Economiques et Sociales, le retard accusé dans les travaux préparatoires du recensement général de la population se justifie par la pandémie de maladie à Coronavirus : « Le ministère de l’économie, du plan et de la coopération, à travers l’institut national de la statistique a déjà entamé les travaux préparatoires de cette vaste opération qui au terme devrait nous donné l’effectif de la population par répartition selon le sexe. Malheureusement au moment où nous nous préparons à lancer l’opération de la cartographie censitaire y a eu la pandémie de Covid19 », fait-il savoir.

En poursuivant, il précise qu’une étude est en cours en vue d’adopter une méthodologie adéquate pour pouvoir déployer les agents cartographes sur le terrain sans qu’il y ait un impact sur leur santé. « Nous allons sursoir le déploiement de nos agents cartographes sur le terrain, le temps de réviser notre protocole et de prendre on compte les mesures barrières et la méthodologie qui sied. Mais la cartographie est une opération qui va permettre d’identifier tous les sites habités qui va nous afin de préparer le déploiement du recensement ».

Pour rappel, le dernier recensement général de la population a été fait en 2003, où la RCA comptait 3. 895. 139 habitants, mais en 2020, la population est estimée à 5. 465.000 habitants. Pour réaliser cette vaste opération, l’ICASEES a besoin de 8 milliards de FCFA pour pouvoir réaliser le recensement sur toute l’étendue du territoire centrafricain.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 16 juin 2020 18:02 In ECONOMIE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : les échanges par la voie routière entre le Cameroun et la Centrafrique en baisse la semaine dernière

BANGUI, 16 juin 2020 (RJDH)---Les prix des denrées alimentaires sur les marchés de Bangui et provinces sont restés stables alors que le trafic des marchandises à caractère commercial par voie terrestre avec le Cameroun a connu une baisse la semaine dernière, selon l’Institut Centrafricain des Etudes Economiques et Statistiques Sociales (ICASEES), sur la période du 01er au 06 juin 2020.

Selon le constat de l’ICASEES, les prix des produits alimentaires sont restés stables dans l’ensemble avec l’arrivée de 189 véhicules en provenance de Cameroun la semaine dernière. « Par rapport à la semaine du 25 au 30 mai ; nous disons que les prix sont globalement stables à l’acception du manioc, de la viande de bœufs et de haricot. Le transport depuis le Cameroun jusqu’à la capitale Bangui ou dans nos provinces se présente de la manière suivante à la semaine du 25 au 30 mai nous avons enregistré200 véhicules. Dans la semaine du 01er au 06 juin 2020, nous avons enregistré 189 véhicules, soit une baisse de 05% », a fait savoir Bienvenu Ali, directeur général de l’ICASEES.

Mais en provinces, poursuit-il, les prix des produits ont doublé sur les marchés. « Si nous prenons les marchés de Bangui, effectivement il y a eu une hausse mais cette hausse se situe entre 10 à 50%, alors que sur les marchés de nos provinces, on a enregistré une hausse situant entre 100 à 160%, les prix du manioc et du haricot sont restés élevés. Mais les produits comme le riz, l’huile locale, le sel, le lait en poudre, la farine de blé et le sucre en poudre ont connu une hausse dans l’ordre de 10 à50%», précise Bienvenu Ali.

Il faut noter que les denrées alimentaires, des produits de première nécessité ainsi que le transport en taxi moto ont connu une hausse  de 100 % dans les 10 préfectures de la RCA, conclut l’ICASEES, en raison de Covid 19 qui sévit dans le pays.

Jocelyne Nadège Kokada

Page 1 sur 5