RJDH-RCA - RJDH-RCA
RJDH-RCA

RJDH-RCA

mercredi, 19 février 2020 14:16 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : La sélection (fille) U17 de foot fait match nul avec les Sao du Tchad

BANGUI, le 19 février 2020 (RJDH)---La sélection féminine U17 a débuté hier, dans la soirée du 18 février 2020 le tournoi U17 de l’Union des Fédérations de Football d'Afrique centrale (UNIFFAC) sur un score vierge avec leur homologue du Tchad.

Une source proche du staff technique des Fauves que notre rédaction a joint à Mongomo (Guinée Equatoriale), a rapporté que « les footballeuses se sont battues ». Elle a apprécié le niveau du foot présenté par les centrafricaines encadrées par Merlin Koyangbo et Félicité Bengué. Cependant, elle a déploré le manque de concentration et a noté que « les Fauves ont bien joué, mais nos footballeuses étaient stressées. Peut-être que c’est par rapport à la nuit qu’elles n'ont pas pu présenter leur football », a regretté cette même source.

Dans la même soirée, la Guinée Equatoriale a remporté la partie sur le Gabon (02-01). Demain, 20 février, les Centrafricaines croiseront le Gabon.

Fleury Agou

mercredi, 19 février 2020 14:13 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Ndele se relève timidement après 3 jours de ville morte

NDELE, le 19 février 2020 (RJDH)---Les activités ont repris ce mercredi à Ndele, mais timidement, après trois jours de ville morte décrétée par l’Etat-major du FPRC, en signe de protestation contre l’engagement de la MINUSCA dans des affrontements contre ces éléments à Birao le dimanche 16 février.

De sources locales, la journée de ce mercredi à Ndele est marquée par une reprise timide des activités commerciales au niveau du marché central. « Les commerces sont ouverts et l’on note aussi la circulation des motos-taxis dans la ville. Toutefois, les services publics de l’Etat et les écoles restent fermés », rapporte au RJDH un habitant de la ville.

Au niveau de l’aérodrome, les barricades sont encore visibles sur la piste d’aérodrome de Ndele, ce qui ne favorise pas l’atterrissage des aéronefs. Les véhicules de la MINUSCA ne sont pas aperçus dans la région.

Pour rappel, cette ville morte de trois jours a été lancée depuis dimanche 16 février par le FPRC, pour marquer leur désapprobation vis-à-vis de la MINUSCA à Birao qui a frappé les éléments de ce groupe armé alors qu’ils tentaient de prendre d’assaut la ville.

Enoch Molonguere Braï

mercredi, 19 février 2020 13:07 In Politique Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le gouvernement exige le départ du pays de quatre cadres de la mission onusienne

BANGUI, le 19 février 2020 (RJDH)---Les autorités de Bangui ont demandé le départ de quatre cadres de la MINUSCA, la mission des Nations Unies en Centrafrique depuis 2014. La demande a été signée du Ministre centrafricain des Affaires Etrangères.

Zlako Bars Dimitroff, chef de bureau de Coordination, Torres Ray, Directeur des Affaires Politiques, Carlos  José, responsable de la coordination du 3ème arrondissement de Bangui et Keita Mamady Rouge, agent de la MINUSCA détaché dans le 3ème arrondissement, sont les quatre cadres de la MINUSCA visées par le gouvernement qui veut leur départ en l’espace d’une semaine.  

Comme pour justifier sa décision, le gouvernement centrafricain accuse ces cadres de « comportements et agissements antinomiques au code de bonne conduite » qui encadre les relations entre l’Etat centrafricain et la MINUSCA. Les quatre cadres pourraient, selon la lettre du Ministre des Affaires Etrangères, intéressés la justice centrafricaine s’ils ne quittent pas le pays dans le délai, précise le gouvernement centrafricain.

Les autorités de Bangui sortent les gros moyens dans ce dossier 24 heures seulement après une manifestation organisée par des jeunes du Mouvement des Patriotes Centrafricains pour la Paix  (MPCP) pour appeler au départ de ces agents de la MINUSCA. Simple coïncidence ou arrangement subtil ?

De sources autorisées, le mouvement à la base de cette idée bien qu’officiellement tenu par des jeunes centrafricains, est porté dans l’ombre par un sujet ivoirien qui est conseiller à la présidence de la République. La décision prise par le gouvernement au lendemain de la manifestation des jeunes patriotes ne surprend guère. Le défilé des membres du gouvernement lors de la manifestation et l’attention portée à cette initiative étaient pour préparer la décision ultime qui est tombée ce 18 février 2020.  

Alors, l’idée du départ de Zlako Bars Dimitroff, Torres Ray, Carlos  José, et Keita Mamady Rouge viendrait de hautes autorités qui ne digèrent pas les rapprochements entre certains leaders de groupes armés et ces agents de la MINUSCA. Dans ce cas de figure, la MINUSCA peut engager des discussions avec le haut sommet de l’Etat pour éviter de perdre la face ou s’exécuter pour ne pas pousser le gouvernement à mettre en application les mesures fortes pour aussi sauver sa face. Il est possible que les cadres ciblés soient affectés dans une autre mission des Nations Unies comme le souhaite le libellé de la lettre du gouvernement centrafricain.

Interrogé, Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSA, a fait savoir que des "discussions sont ouvertes avec le gouvernement centrafricain au sujet des collègues accusés d'être en connivence avec des groupes armés".

RJDH

mardi, 18 février 2020 15:12 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Présence des hommes en armes signalée au village de Massena

BERBERATI, le 18 février 2020 (RJDH)--- Des hommes en armes ont été aperçus ces derniers temps non loin du village de Massena, une localité située à 5 km de Nandobo. De sources locales parlent des hommes proches du mouvement 3R.

De sources bien introduites ont fait savoir que la présence des hommes en armes est signalée au village Massena depuis le début du mois de février. Une présence qui inquiète les habitants du village de Masséna et alimente la méfiance vis-à-vis des éleveurs peulhs dans la région.

Zacharia, un éleveur peulh joint au téléphone, déclare que la présence de cette bande armée a bouleversé le tissu social et le vivre ensemble.

« Les peulhs éleveurs de cette localité sont les principales victimes des agissements de ces hommes armés. Plus de 15 bœufs sont déjà enlevés par ces hommes armés », a témoigné Zakaria.

Interrogés, des hommes armés ont rassuré la population qu’ils sont à la recherche d’un groupe pilleur de bœufs.

La présence de député, Clément Ndombé à Nandobo, a permis de réunir les populations le lundi 17 févier pour leur demander de garder le calme. Une rencontre sera prochainement organisée avec ces hommes armés.

Jean-Claude Gnapongo  

lundi, 17 février 2020 23:04 In ENVIRONNEMENT Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Une mission parlementaire à Bakouma pour évaluer le projet Chinko  

BAKOUMA, 17 Février 2020 (RJDH) --- Une équipe des parlementaires centrafricains est arrivée samedi 15 février, dans la sous-préfecture de Bakouma, pour une mission d’évaluation du projet Chinko.

Une mission parlementaire composée de quatre députés est arrivée ce samedi 15 février, dans la Sous-préfecture de Bakouma au sud-Est du pays, pour enquêter sur les activités du projet Chinko des aires protégées.

En 2004, le projet Chinko s’est engagé auprès du gouvernement pour la protection de la faune de Bakouma. Mais ces derniers temps, des rumeurs font état de ce que les responsables du projet ne respectent pas les clauses qui régissent le fonctionnement de cette structure dans le parc de Bakouma. C’est dans ce contexte que le parlement a envoyé équipe de quatre députés dans la région pour s’enquérir des informations y relatives.

Plusieurs rencontres de l’équipe du parlement composée de quatre députés ont eu lieu avec les autorités locales, dont le maire de la ville de Bakouma, Sylvain Ngoalima, qui a réagi en soulignant que « la municipalité a demandé la vérification du cahier de charge de ce projet Chinko, dans l’objectif de s’imprégner du contenu, l’application des textes et les limites assignées pour ce projet. Cette vérification du cahier de charge permet de savoir à quel niveau se situe le problème », a expliqué le Président de la Délégation Spéciale de la ville de Bakouma.

Il a, par-ailleurs, déploré l’arrestation et le transfèrement des certaines personnes à Bangui pour non-respect de la limite des zones interdites, « les chasseurs et les pécheurs sont souvent traqués par les responsables du projet sans aucune procédure judiciaire. La population est ignorante de la limite des aires protégées, alors qu’il est préférable de communiquer avec la population afin d’éviter les litiges », a remarqué le maire de Bakouma.

En 2016 et 2017, le projet Chinko a réalisé certaines activités dans la Sous-préfecture de Bakouma, la dotation du centre hospitalier en kits médicaux, la lutte contre le chômage des jeunes, la réhabilitation des maisons détruites pendant la crise. Le projet a soutenu l’éducation dans la région en soutenant les enseignants financièrement.  

Cette mission parlementaire d’évaluation va s’étendre sur Bangassou 2 et sur le site du projet Chinko.

Jean Marie Anidikounda

 

lundi, 17 février 2020 15:24 In ECONOMIE Tags
Soyez le premier à commenter!

Cameroun : Le port de Kribi  accorde une réduction tarifaire de 30% sur les marchandises des opérateurs centrafricains

KRIBI, le 17 février 2020 (RJDH)---Pour importer ou exporter ses biens de consommation, la République Centrafricaine (RCA), pays enclavé utilise le Port de Douala ou celui de Kribi. Ainsi face à la concurrence et afin d’inciter les acteurs du secteur, le Port de Kribi a décidé d’accorder une réduction tarifaire de 30% aux opérateurs économiques centrafricains. Cette décision fait suite à la mission de prospection commerciale du Conseil Centrafricain des Chargeurs (CCAC) effectuée le 31 janvier 2020 au port de Kribi (Sud-Cameroun).

Selon la déclaration d’une autorité portuaire rapportée par investiraucameroun.com, « on peut citer le rabattement de 30% sur les marchandises, de 25% sur l’acconage et de 75% sur les pénalités de stationnement » en faveur des opérateurs centrafricains.

Hausse de volume marchandises en provenance ou à destination de la RCA:

La République Centrafricaine constitue une source en devise pour le Port de Kribi qui a noté que « le volume de marchandises en direction ou en provenance de la République Centrafricaine (RCA) affiche une progression de 991 EVP (mesure de conteneur qui regroupe à la fois les conteneurs de 20 pieds et de 40 pieds) en 2019 contre 386 EVP en 2018. L’ensemble des échanges représentant une augmentation de près de 70% par rapport à l’année 2018. L’ensemble de ces échanges ont été le fait de clients bien connus de RCA tels que Timberland Industries ; Vicwood RCA ; Tahnry RCA ; Socimco ; Sinfocam ; la Centrafricaine des bois ».

Ajouté à cette réduction, les autres mesures incitatives sont « une réserve foncière de plus de 15 hectares et la mise à disposition d’espaces à usage de bureaux pour les services douaniers de la RCA », a rappelé investiraucameroun.com, un site d’information économique du Cameroun.

Pour sa sécurité économique, la RCA devra encourager le trafic fluvial RCA-Congo-RDC:

Pour ses besoins vitaux et pour son économie, le Centrafrique est tributaire des ports camerounais de Douala et de Kribi. Cependant, l’insécurité sur le corridor Bangui – Douala entretenue par les groupes armés qui avaient bloqué en mars 2019 cet axe du réseau communautaire de la CEMAC est révélatrice des menaces sur l’économie centrafricaine. Alors, face à cela, les autorités centrafricaines ont intérêt a aussi encouragé le trafic fluvial RCA-Congo-RDC.

Fleury Agou

lundi, 17 février 2020 15:21 In JUSTICE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : La projection de l’avant-première du film-documentaire sur la Cour Pénale Spéciale prévue ce jeudi 20 février

BANGUI, le 17 Février (RJDH) ----Une projection de film sur la Cour Pénale Spéciale est prévue ce jeudi 20 février à l’Alliance Française de Bangui. Une activité de la CPS en partenariat avec le PNUD sur financement de l’Union Européenne en Centrafrique afin d’informer les Centrafricains sur les différentes étapes de son travail judiciaire, ses modes de saisine et le fonctionnement des organes qui la composent.

Le film est tourné et monté par une équipe composée majoritairement de centrafricains. Il retrace les évènements survenus en Mars 2013 et leur historicité, « il regroupe aussi le témoignage de certaines victimes du conflit et met en exergue la position et la détermination des acteurs de la CPS à mener à bien son mandat. En République Centrafricaine, c’est le premier documentaire de ce type à être produit et entièrement réalisé avec pour objectif la mise en lumière d’un système judiciaire inédit luttant contre l’impunité qui s’est trop longtemps imposé dans le pays. En outre, cette œuvre a vocation à illustrer l’action de la CPS et les infractions qu’elle est habilitée à réprimer de façon pédagogique, ludique mais aussi visuelle ».

Sont conviés à cet évènement non seulement des représentants de l’état, des diplomates, des représentants d’institutions judiciaires, des OSC de jeunes, des OSC de femmes, des journalistes, mais aussi et surtout le grand public qu’il faut largement informer.

A l’issue de cette « première » projection, trente-cinq dates sont retenues pour une tournée à travers le pays grâce à l’association du Cinéma Numérique Ambulant (CNA). L’objectif est de diffuser dans les villes et les provinces ce documentaire, de façon à mettre en évidence les origines du sentiment d’impunité, les causes du besoin de justice, et les moyens d’y répondre. Libre de droits, le film sera également remis aux autorités centrafricaines, aux chaines de télévisions et aux OSC pour une diffusion massive dans les médias et au sein des associations.

RJDH

dimanche, 16 février 2020 14:18 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : La sélection centrafricaine Dame U17 au tournoi de l'UNIFFAC 2020

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)---Les Fauves Dames U18 ont quitté Bangui hier, 15 février 2020 pour la Guinée Equatoriale pour participer au tournoi U18 de Union des Fédérations de Football d'Afrique centrale (UNIFFAC). Au lieu d’un voyage en avion, les centrafricaines sont parties par la route pour représenter la République Centrafricaine à cette compétition régionale.

Cinq pays participeront à ce tournoi premier qui débutera le 18 février 2020, notamment la Guinée Equatoriale, le Tchad, le Gabon, le Centrafrique ainsi que la République Démocratique du Congo. Le Cameroun, le Sao-Tomé et principe ne seront pas en Guinée Equatoriale. Ces trois équipes se préparent pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de la catégorie.

Le 18 février à Ebebiyin, les footballeuses Guinéennes et Gabonaises ouvriront le bal de ce tournoi dans un duel entre deux pays voisins. La finale de cette première édition se jouera le 28 du même mois au stade de Mongomo.

Fleury Agou

dimanche, 16 février 2020 14:08 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Une coordination entre l’EUTM-RCA et les instructeurs russes pour plus d’ « efficacité », souhaite le Général de brigade Éric Peltier

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)---La mission de formation de l'Union Européenne en République Centrafricaine (EUTM-RCA) accompagne le pays dans sa Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), dont l’un des piliers est la formation du personnel des Forces de Défense ainsi que des instructeurs russes pour l’aguerrissement des soldats. Dans une vidéo conférence le mois dernier, le commandant d’EUTM-RCA, le Général de brigade Eric Peltier a souhaité une coordination des formations pour plus d’« efficacité ».

Lors de sa vidéo conférence, le Général de brigade Eric Peltier a déclaré que "l’EUTM-RCA a déjà formé 6.000 soldats répartis dans 5 bataillons, dont 4 d’infanterie et 1 amphibie fluvial. Parmi eux, 1.500 soldats sont déjà déployés à l’extérieur de Bangui et appuyés par la Mission multidimensionnelle intégrée des nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA)", a rapporté la croixdeguerre-valeurmilitaire.fr. 

Par ailleurs, « l’EUTM-RCA entretient également des relations avec l’Union africaine, la France, les Etats-Unis, la Chine et la Russie », a-t-il ajouté. « Elle –la Russie- propose un aguerrissement complémentaire aux soldats centrafricains, avant leur déploiement dans les bataillons. L’arrivée prochaine en Centrafrique d’une mission militaire russe, officielle, permettra à l’EUTM-RCA de coordonner les formations, pour éviter toute redondance et rechercher l’efficacité », a fait remarquer le Général français.

Sur l’effectif des instructeurs en Centrafrique, le ministère russe des affaires étrangères a précisé que «  le nombre des conseillers militaires russes présent en RCA : 235 »,  a twitté Valery Zakharov, Conseiller russe en sécurité à la Présidence centrafricaine. 

L’EUTM-RCA a pris ses quartiers en Centrafrique depuis 2016 et assure la formation opérationnelle des Forces Armées Centrafricaines depuis le niveau individuel jusqu’à la compagnie. Elle forme aussi des formateurs en informatique, transmission ou topographie. Son mandat prendra fin en septembre 2020, et elle compte augmenter son effectif « afin de rendre plus opérationnelle la nouvelle base de Bouar » ouverte le 20 juin 2019. 

Depuis l’avènement de la Séléka en 2013, l’embargo onusien sur les armes à destination de la RCA n’a pas été levé totalement. Il prive les Forces Armées Centrafricaines de ses moyens d’action pour remplir sa mission classique.

Fleury Agou

dimanche, 16 février 2020 14:08 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Une coordination entre l’EUTM-RCA et les instructeurs russes pour plus d’ « efficacité », souhaite le Général de brigade Éric Peltier

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)---La mission de formation de l'Union Européenne en République Centrafricaine (EUTM-RCA) accompagne le pays dans sa Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), dont l’un des piliers est la formation du personnel des Forces de Défense ainsi que des instructeurs russes pour l’aguerrissement des soldats. Dans une vidéo conférence le mois dernier, le commandant d’EUTM-RCA, le Général de brigade Eric Peltier a souhaité une coordination des formations pour plus d’« efficacité ».

Lors de sa vidéo conférence, le Général de brigade Eric Peltier a déclaré que « l’EUTM-RCA a déjà formé 6.000 soldats répartis dans 5 bataillons, dont 4 d’infanterie et 1 amphibie fluvial. Parmi eux, 1.500 soldats sont déjà déployés à l’extérieur de Bangui et appuyés par la Mission multidimensionnelle intégrée des nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), a rapporté la croixdeguerre-valeurmilitaire.fr. 

Par ailleurs, « l’EUTM-RCA entretient également des relations avec l’Union africaine, la France, les Etats-Unis, la Chine et la Russie », a-t-il ajouté. « Elle –la Russie- propose un aguerrissement complémentaire aux soldats centrafricains, avant leur déploiement dans les bataillons. L’arrivée prochaine en Centrafrique d’une mission militaire russe, officielle, permettra à l’EUTM-RCA de coordonner les formations, pour éviter toute redondance et rechercher l’efficacité », a fait remarquer le Général français.

Sur l’effectif des instructeurs en Centrafrique, le ministère russe des affaires étrangères a précisé que «  le nombre des conseillers militaires russes présent en RCA : 235 »,  a twitté Valery Zakharov, Conseiller russe en sécurité à la Présidence centrafricaine. 

L’EUTM-RCA a pris ses quartiers en Centrafrique depuis 2016 et assure la formation opérationnelle des Forces Armées Centrafricaines depuis le niveau individuel jusqu’à la compagnie. Elle forme aussi des formateurs en informatique, transmission ou topographie. Son mandat prendra fin en septembre 2020, et elle compte augmenter son effectif « afin de rendre plus opérationnelle la nouvelle base de Bouar » ouverte le 20 juin 2019. 

Depuis l’avènement de la Séléka en 2013, l’embargo onusien sur les armes à destination de la RCA n’a pas été levé totalement. Il prive les Forces Armées Centrafricaines de ses moyens d’action pour remplir sa mission classique.

Fleury Agou

Page 1 sur 9