RJDH-RCA - Dounian-Doté
Dounian-Doté

Dounian-Doté

mercredi, 21 octobre 2020 10:10 In EDUCATION Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : la proclamation des résultats des examens en cours

BANGUI, 21 octobre 2020 (RJDH)---Les résultats des examens notamment le concours d’entrée en 6ème ont débuté hier dans la soirée du mardi 20 octobre. Les autres à savoir le baccalauréat du 1er tour et le brevet des collèges sont attendus toujours dans cette semaine, selon le ministère en charge de l’éducation nationale, alors que la rentrée scolaire est déjà effective dans le pays.

Alors que la rentrée est effective en Centrafrique mais les parents d’élèves sont toujours dans l’attente des résultats des examens du concours d’entrée en 6ème, du brevet des collèges et du baccalauréat. C’est dans ce contexte que le directeur de cabinet au ministère de l’enseignement primaire et secondaire, Ernest Mada, a rassuré que ces résultats seront proclamés au courant de la semaine. Entretemps la proclamation des résultats du concours d’entrée en 6ème a débuté le mardi soir sur les zones de la radio nationale.

« Les résultats du concours d’entrée en 6ème, dans l’inspection d’académie de Bangui seront disponibles en milieu de semaine et nous auront l’ensemble des résultats pour les huit inspections d’académie la fin de cette semaine. Après cette première phase de reprise à l’exception des enfants des classes de terminale et ceux des classes de CM2 et 6ème, je tiens à préciser que le mariage de la reprise sera complété définitivement une fois que nous aurons terminé les résultats du Bac d’ici la fin du mois de novembre », a annoncé Ernest Mada, directeur de cabinet au ministère de l’enseignement primaire et secondaire.  

La rentrée scolaire 2020-2021 a été effective depuis lundi 19 octobre dernier dans plusieurs établissements scolaires des huit inspections d’académiques. Mais cette année, la rentrée est graduelle en fonction de la disponibilité des résultats des examens finaux.

Suite à l'inquiétude des parents, le directeur de cabinet au ministère de l’éducation nationale Ernest Mada a rassuré les parents que les résultats seront d'ici la fin de la semaine,

Africain Kazangba, président de la fédération nationale de l’association des parents d’élèves de Centrafrique pense pour sa part que ce retard est dû à un problème technique au niveau de chaque inspection d’académie. Et la fédération va se rapprocher auprès de ces inspections pour s'enquérir de la situation, « nous avons déjà lancé la rentrée, mais on attend les résultats dans la semaine. S’agissant de la question des résultats du concours d’entrée en 6ème et du Bac je crois que c’est un problème technique au niveau de chaque inspection académique. Nous allons rapprocher des inspections d’académie pour voir à peut prêt où en sommes-nous avec ce niveau de proclamation » a expliqué le président de la fédération nationale de l’association des parents d’élèves de Centrafrique.

La rentrée scolaire 2020-2021 est fixée par le gouvernement centrafricain. Cette année, la reprise des classes est graduelle par rapport à la pandémie de coronavirus déclarée en République Centrafricaine le 14 mars 2020.

Jocelyne Nadège Kokada

mercredi, 21 octobre 2020 09:55 In INFO-ELECTIONS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : l’Autorité Nationale des Elections fixe la date des dépôts de candidatures aux prochaines élections

BANGUI, 21 octobre 2020 (RJDH)---Dans un communiqué de presse publié par l’Autorité Nationale des Elections le lundi 19 octobre dernier, la date du dépôt des candidatures à la présidentielle et aux législatives est enfin connue. Les dépôts commencent à partir du 1er pour finir le 10 novembre 2020.

L’organe en charge des élections en Centrafrique invite les candidats à retirer les formulaires à partir du 25 au 31 octobre 2020. Il s’agit là d’une importante étape franchie dans le processus électoral en cours et qui traduit la volonté du gouvernement à aller aux élections coute que coute le 27 décembre 2020 dans le souci de respecter la Constitution du 30 mars 2016.

« Les dépôts des dossiers des candidatures aux différents scrutins de fin d’année seront ouverts du 1er au 10 novembre prochain et le retrait des formulaires est prévu entre le 25 et 31 octobre 2020 », indique le communiqué de presse de l’Autorité Nationale des Elections(ANE).   

Même si l’opposition table sur l’impossibilité de tenir la date du 27 décembre, la plupart de ces leaders se sont déclarés candidats à la présidentielle de décembre prochain. Selon Mankeur Ndiaye le chef de la Minusca, face au conseil de sécurité de l’ONU le lundi dernier, a fait savoir que « 16 personnalités ont déjà annoncé leur candidature à la présidentielle de décembre 2020 ».

Jocelyne Nadège Kokada

mercredi, 21 octobre 2020 09:49 In SANTE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le CICR dote le centre handicapé du 4ème arrondissement de Bangui en kits de protection

BANGUI, le 21 octobre 2020(RJDH)---Le Centre de Rééducation et d’Appareillage des Personnes Handicapées et Moteurs(CRAHM) a été doté ce mardi 20 octobre en kits de protection composés des paravents et des draps. Un don du Comité International de la Croix-Rouge à hauteur de huit millions de francs CFA pour soutenir le personnel dans la prise en charge des patients et la lutte contre la pandémie de Covid_19.

Les dons sont composés de panneaux solaires, huit batteries, trente draps pour le couchage et douze paravents pour séparer et protéger l’intimité des patients. Cet appui du CICR intervient dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19 et permet au Centre de Réduction et d’Appareillage des Personnes Handicapées et Moteurs de lutter efficacement contre le coronavirus dans le centre.

Aly Ouatara, Coordonnateur de santé au CICR, ce don vient renforcer les capacités de prise en charge des patients en cette période de covid-19, « c’est par rapport à l’arrivée de covid-19 qu’on a eu la demande de la part du centre pour permettre les meilleures mesures d’hygiène. Nous avons jugé important de séparer les patients par les lits à au moins deux mètres avec des parents. Deuxièmement, les patients dormaient sur les matelas non couverts. Pour nous, ce n’était pas humain et il fallait leur fournir des draps pour un meilleur traitement », a justifié le coordonnateur.       

Un appui salué par la Directrice du centre Merveille Mbala, qui en appelle aux personnes de bonne volonté d’emboiter le pas, « nous sommes très heureux de recevoir les 30 paravents et 30 draps de la part du CICR. Cela va nous aider à prendre en charge ces handicapés. J’en profite pour lancer un appel aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide car, nous avons beaucoup de choses à réaliser mais pour des raisons de difficultés financières, nous sommes limités dans l’assistance », a lancé la coordonnatrice de CRAHM.

Le Comité International de la Croix-Rouge en Centrafrique assiste les personnes touchées par les conflits ou violences communautaires dans le pays. Cette intervention entre dans le cadre de son programme de lutte contre la pandémie de Coronavirus. En 2019, le CRAHM a enregistré plus de 1000 patients et en 2020, plus de 800 patients pour la rééducation fonctionnelle.

Sandra Cynthia Belly.

mercredi, 14 octobre 2020 13:49 In DROITS DE L’HOMME Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : sept cas d’abus et violations des droits de l’homme documentés par la MINUSCA en une semaine

BANGUI, 14 Octobre 2020 (RJDH) --- La division Droit de l’Homme de la Minusca a enregistré et documenté sept (7) incidents d’abus et violations de droit de l’homme et droit international humanitaire en Centrafrique. Il s’agit de menace de mort, d’atteinte à l’intégrité physique, privation de liberté. Ce rapport a été présenté ce mercredi 14 octobre, lors de la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire de la Minusca.

Ces infractions ont affecté 11 victimes dans deux préfectures de la Ouaka et de Mbomou. Les auteurs de ces violations et abus documentés du 6 au 12 octobre dernier, sont des éléments de l’UPC, d’Anti Balaka et du FPRC. « Des rapports des incidents ont été envoyés au gouvernement centrafricain pour des mesures », a rapporté le Porte-parole par intérim de la MINUSCA, Charles Bambara.

Les 11 personnes ont subi « des menaces de mort, d’atteinte à l’intégrité physique, de privation de liberté » a-t-il ajouté. « Nous avons enregistré et documenté 7 incidents dans la période du 6 au 12 octobre. Le pourcentage est revu en baisse de 12%. La division des droits de l’homme de la MINUSCA a observé la diminution du nombre des incidents de 12,5% et du nombre des victimes de 38%, comparativement à la semaine précédente qui a enregistré 8 incidentes et 6 victimes », a rapporté le porte-parole intérimaire.

La MINUSCA dans sa mission, poursuit-il, est d’appuyer le gouvernement dans la lutte contre l’impunité, « ces rapports devraient servir de point de repère pour les instances judiciaires pour que des procédures judiciaires soient engagées. Si rien n’est fait, la gestion de tous les rapports envoyés revient au gouvernement centrafricain ».

Les articles 5 et 9 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipulent respectivement que: « nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitement cruel, inhumain, ou dégradant. Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé ».

Auguste Bati-Kalamet

mercredi, 14 octobre 2020 13:28 In INFO-ELECTIONS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : l’ANE procède à l’affichage des listes électorales provisoires dans le pays

BANGUI, le 14 octobre 2020(RJDH)---L’affichage des listes électorales provisoires a commencé dans le pays ce mercredi 14 octobre 2020 après plusieurs reports par l’ANE. La publication va durer cinq jours pour donner lieu au contentieux gracieux devant l’organe en charge d’organiser les élections selon le code électoral en République Centrafricaine. Ceci pour des électeurs dont leur nom n’y figure pas sur la liste provisoire.  

Reportée plusieurs fois pour des raisons techniques selon l’Autorité Nationale des Elections, c’est finalement ce mercredi 14 octobre 2020, que la publication des listes électorales a débuté dans la capitale et dans certaines villes de l’intérieur du pays. La publication de ces listes marque un pas important dans le processus des élections du 27 décembre prochaine.

D’ores et déjà, certains électeurs dès l’affichage dans la matinée du mercredi 14 octobre 2020, ont commencé à souligner que leur nom ne figure pas sur les listes. Dans quelques centres d’affichage sillonnés par le RJDH, plusieurs ont témoigné à l’exemple de Pétevo qui compte plus 8000 électeurs, où Blaise un des électeurs n’a pas vu son nom, « même pas ! mon n’y figure pas », réagit-il devant le centre de Pétevo dans le 6ème arrondissement de Bangui. « J’ai apporté le récépissé pour mon inscription à nouveau. Les agents ont évoqué comme raison, la disparition de tablette lors de la précédente inscription. Plusieurs personnes sont dans la même situation », a-t-il expliqué.

L’ANE a fixé un délai de cinq jours pour les contentieux. L’affichage des listes électorales se déroule à Bangui et dans les villes provinces de la République Centrafricaine.

Bienvenu Ngalo, président du démembrement de l’ANE du 6ème arrondissement de Bangui, a indiqué que les recours sont gérés au fur et à mesure: « l’affichage des listes électorales a déjà commencé ce matin et les réclamations se font au fur et à mesures. C’est une liste provisoire pour qu’il y ait de correction. Donc, l’électeur qui n’a pas son nom sur la liste et qu’il a son récépissé nous allons apporter la correction durant cinq jours », dit-il.

L’article 87 du code électoral de la République Centrafricaine précise que le contentieux de l’inscription sur les listes électorales peut donner lieu à des recours gracieux devant l’ANE et ses démembrements, à compter de la publication du tableau des modifications provisoires des listes, ainsi qu’à des recours juridictionnels, à compter de la publication de la liste électorale provisoire.

Jocelyne Nadège Kokada

mardi, 06 octobre 2020 10:51 In Fact Checking Tags
Soyez le premier à commenter!

Attention infox ! Boire du café ou du thé bien chaud ne protège pas contre la Covid-19

La rumeur selon laquelle, il suffit de prendre un café ou du thé chaud chaque matin serait un meilleur moyen pour se protéger contre le nouveau coronavirus est fausse.

Collectée de suite d’une investigation menée par la rédaction de vérification Fact-checking, cette rumeur persiste toujours avec une tendance exponentielle non seulement dans la ville de Bangui, mais aussi à l’intérieur du pays. La fausse rumeur indique : « il faut prendre tous les matins du café, du thé bien chaud, cela nous protège et nous immunise contre la covid-19 ». Attention, cette pratique n’est qu’une illusion.

Une fausse rumeur selon les spécialistes de la santé

Pour discréditer cette rumeur, nous avons pu accorder un entretien exclusif au docteur Jean Louis Médard Ouarandji, responsable du centre de prise en charge des patients atteints de la covid-19, de l’hôpital général de Bangui qui dément cette rumeur en ces termes : « Tout le monde prend du café chaud le matin mais cela n’empêche que les gens soient infectés par le nouveau coronavirus. Pourquoi tromper les gens avec ces genres de rumeurs ? » s’interroge le médecin qui confirme par ailleurs, qu’il s’agit là d’une fausse rumeur que l’on doit se méfiez.

Depuis la déclaration du tout premier cas lié au covid-19 en République Centrafricaine le 14 mars 2020 dernier, le pays souffre éperdument des rumeurs et fausses informations. Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement contre la covid-19, mais protégez-vous aussi de l’infodémie.

  Esdras Michael Ndamoyen /rédaction du Fact-checking (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20. Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mardi, 06 octobre 2020 10:09 In Fact Checking Tags
Soyez le premier à commenter!

Attention infox ! Boire du café ou du thé bien chaud ne protège pas contre la Covid-19

La rumeur selon laquelle, il suffit de prendre un café ou du thé chaud chaque matin serait un meilleur moyen pour se protéger contre le nouveau coronavirus est fausse.

Collectée de suite d’une investigation menée par la rédaction de vérification Fact-checking, cette rumeur persiste toujours avec une tendance exponentielle non seulement dans la ville de Bangui, mais aussi à l’intérieur du pays. La fausse rumeur indique : « il faut prendre tous les matins du café, du thé bien chaud, cela nous protège et nous immunise contre la covid-19 ». Attention, cette pratique n’est qu’une illusion.

Une fausse rumeur selon les spécialistes de la santé

Pour discréditer cette rumeur, nous avons pu accorder un entretien exclusif au docteur Jean Louis Médard Ouarandji, responsable du centre de prise en charge des patients atteints de la covid-19, de l’hôpital général de Bangui qui dément cette rumeur en ces termes : « Tout le monde prend du café chaud le matin mais cela n’empêche que les gens soient infectés par le nouveau coronavirus. Pourquoi tromper les gens avec ces genres de rumeurs ? » s’interroge le médecin qui confirme par ailleurs, qu’il s’agit là d’une fausse rumeur que l’on doit se méfiez.

Depuis la déclaration du tout premier cas lié au covid-19 en République Centrafricaine le 14 mars 2020 dernier, le pays souffre éperdument des rumeurs et fausses informations. Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement contre la covid-19, mais protégez-vous aussi de l’infodémie.

  Esdras Michael Ndamoyen /rédaction du Fact-checking (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20. Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mardi, 06 octobre 2020 09:40 In Panorama Sport Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : la Fédération Centrafricaine de Football renforce les capacités des entraineurs en licence-CAF

BANGUI, le 06 octobre 2020 (RJDH) --- Une vingtaine des entraineurs et anciennes gloires de football, ont entamé ce lundi 5 octobre 2020, une session de renforcement des capacités sur les nouvelles techniques conformément aux exigences de la Confédération africaine de football(CAF). Cette formation est organisée par la Fédération Centrafricaine de Football avec l’appui de la fédération française de football.

C’est suite à plusieurs échecs des fauves des Bas-Oubangui dans les compétions internationales que la fédération en charge de cette discipline sportive, cherche cette stratégie dans l’objectif de qualifier la République Centrafricaine à la prochaine CAN.  

Jean Jacques Ombi Directeur technique National à la Fédération Centrafricaine de Football, explique que cette formation est orientée vers la licence de la CAF, « nous voulons renforcer la capacité de nos entraineurs afin qu’ils puissent accéder au système de la licence CAF. Cette formation sera sanctionnée par un diplôme reconnu sut le plan régional. Quand nous avons des entraineurs qualifiés le niveau du football centrafricain connaitra un progrès »a-t-il justifié.

« Le bureau exécutif de la Fédération Centrafricaine de football compte repartir à la base pour former une nouvelle génération. Il y aura cinq ou six licences D pour l’année en cour. Donc en 2021 nous allons mettre un projecteur sur les différentes ligues de province », ajoute-il.

L’implication des anciens joueurs dans ce projet est sollicitée selon Jean Jacques Ombi « par rapport à leurs expériences. Et donc nous voulons les outiller afin qu’ils puissent mettre à la disposition de ces enfants, leurs connaissances. Nous allons initier une note de service pour les affecter dans leurs anciens clubs respectifs pour aider les jeunes qui seront retenus dans ce cadre de programme de Soutien Technique. »

Cette session de formation qui va durer cinq jours a été appuyée par la de la Fédération Française de Football, à travers son programme de Soutien Technique(PST).

Carlos Watou

mardi, 06 octobre 2020 09:33 In HUMANITAIRE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Plus de quarante maisons écoulées et 60 hectares de champs inondés à Kabo suite à la pluie diluvienne

KABO, le 05 octobre 2020 (RJDH) --- Des champs et des maisons ont été inondés après les pluies diluviennes qui se sont abattues à Kabo et ses environs la semaine dernière. Plus d’une quarantaine de maisons écoulées et 60 hectares de champs inondés selon le maire de la ville Abdel Hatif joint au téléphone par le RJDH.

Ces pluies diluviennes qui se sont abattues la semaine dernière à Kabo dans l’Ouham, ont laissé des dégâts matériels. On compte plus d’une quarantaine de maisons écoulées selon le Maire de la ville Abdel Hatif contacté ce weekend par le RJDH.  La situation humanitaire est préoccupante, confirme-t-il, car les autorités locales craignent un risque de famine après l’inondation des champs.

« C’est suite à une forte pluie qui avait commencée à partir de 8 heures à 16 heures dans la journée du samedi dernier. Les agriculteurs n’arrivent pas à aller aux champs à cause des eaux stagnantes ça et là. Donc pour le moment c’est difficile de récupérer les produits agricoles pendant cette période », a expliqué Vincent Sakoma, un habitant de Kabo.

Abdel Hâtif maire de la ville de Kabo s’inquiète de la situation humanitaire de ces administrés qui n’hésitent pas à appeler à une aide, « la situation est vraiment inquiétante car la plupart des victimes d’inondation sont sans abris et certains se trouvent dans des familles d’accueil  ».

Au moment où les habitants de la ville Kabo sont affectés après la pluie, certaines populations riveraines de la capitale centrafricaine commencent à déménager de leurs demeures à cause de la montée en puissance des eaux. Ce phénomène est récurrent chaque année dans la ville de Kabo dont la majorité de la population est paysanne ou vivent grâce à l’élevage.

Japhet Beorofei.

lundi, 28 septembre 2020 14:54 In Politique Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : le Mouvement Catherine Samba Panza, inquiet quant au nouveau code électoral

BANGUI, 28 Septembre 2020(RJDH) ---Le Mouvement Catherine Samba Panza a lors d’une conférence de presse tenue le vendredi 25 septembre exprimé son inquiétude quant au nouveau code électoral adopté le 23 septembre accordant un prolongement technique à l’ANE pour terminer l’enrôlement des électeurs. 

Le délai des échéances électorales doit être respecté afin de permettre aux peuples centrafricains de choisir le futur dirigeant, dans la paix et la sécurité, a fait valoir le Pr. Clément Guiyama Massogo, « la modification du code électoral permet à l’ANE de terminer les opérations d’enrôlement et finaliser la liste définitive des électeurs et cela va permettre maintenant au chef de l’Etat de convoquer le corps électoral. Si tout cela avec cette prolongation peut se faire alors tant mieux pour que le 27 décembre tous les centrafricains puissent aller voter dans la sérénité. »

Pour Clément Guiyama Massogo, en plus de cette prolongation technique, il se pose aussi le problème de la sécurité encore non résolue car dans certaines villes de province les enrôlements n’ont pas encore démarré alors que nous sommes désormais à trois mois du premier tour des élections, selon le calendrier établi par l’autorité nationale des élections (ANE).

« Nous croyons savoir que l’ANE a toujours des problèmes de financement et de sécurité qui se posent. Si l’ANE peut surmonter toutes ces épreuves pour que les délais constitutionnels puissent être respecté tant mieux, sinon comme la classe politique le demande, nous irons réellement à une concertation pour que nous puissions trouver la meilleure formule de ressortir le pays de cette situation. »

Si l’on doit aller aux élections, il faut que tous les candidats aient ce qu’on appelle l’égalité des chances, à en croire le camp Samba Panza. « Le gros problème aujourd’hui est celui de la possibilité que tous les acteurs doivent avoir de se déplacer librement sur toute l’étendue du territoire pour pouvoir battre campagne. C’est cela le problème réel qui se pose, à savoir celui de la sécurisation du processus électoral.»

 

Paméla Dounian-Doté

 

Page 1 sur 6