RJDH-RCA - Wegue
Wegue

Wegue

lundi, 25 novembre 2019 16:11 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Quatre-vingt journalistes à l’école d’éthique et de déontologie

BANGUI, le 25 novembre 2019, (RJDH)---Le Haut Conseil de la Communication en partenariat avec l’Ambassade de France en Centrafrique entend réduire les dérapages et les carences constatés chez dans les productions et publications des organes de presse. Un atelier y relatif s’est tenu du 19 au 22 novembre 2019 à l’Alliance Française de Bangui.

Cet atelier qui a mobilisé plus quatre-vingt professionnels des média publics et privés est appuyé par l’Ambassade de France en République Centrafricaine. Il vise à outiller les professionnels de média sur l’éthique et déontologie.

En sa qualité d’organe de régulation de média, le Haut Conseil de la Communication tout comme les autres observateurs, soulignent que beaucoup de dérapages ont été constatés dans le travail du journaliste en Centrafrique, « nous constatons qu’il y avait beaucoup de dérapages, beaucoup de carences constatés dans les publications, dans les productions. Et, cela a été dû à l’inobservation des règles d’éthiques et de déontologie. Et nous savons quand même qu’il y a beaucoup de jeunes qui sont arrivés dans la corporation  et ils n’ont pas les fondamentaux. Ils ne maitrisent pas très bien les règles d’éthiques et de déontologie, d’où nécessité  pour le HCC de renforcer leurs capacités pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie », a énuméré José Richard Pouambi, Président du Haut Conseil de la Communication.

A l’issu de cet atelier, le Président du HCC, se dit satisfait de la qualité du travail fourni par les experts nationaux et internationaux, « la République centrafricaine se dirige inéluctablement vers les élections groupées de 2020 et 2021. Et donc,  la mission aujourd’hui du Haut Conseil et de la Communication en prélude des élections de 2020 et 2021 est de  former les journalistes, de renforcer leurs capacités pour qu’ils fassent un travail de qualité afin de préserver la paix sociale chèrement acquise après les dures avènements que le pays a connu durant les 5 ou 6 dernières années », a fait savoir le Président du HCC.

L’article 11 du code d’éthique et de déontologie de la République Centrafricaine précise que le journaliste doit éviter le parti pris systématique dans le traitement de l’information et savoir toujours identifier correctement et conformer les sources avec un sens critique, en les protégeant tout en citant celles qui n’y trouvent aucun obstacle.

jeudi, 21 novembre 2019 17:24 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le problème logistique complique le déploiement des FACA à Bambouti  selon le gouvernement

BANGUI, le 21 novembre 2019, (RJDH)---Des forces armées centrafricaines seront déployées à Bambouti dans le Haut-Mbomou, ville occupée par des éléments de l’UPC d’Ali Darass. Ce déploiement sera conjointement effectué avec la Minusca afin de sécuriser cette ville en proie à des violences armées. Mais les difficultés sur le plan  logistique selon le gouvernement pourraient compliquer ce déploiement tant attendu.

Déployé des forces sur le terrain nécessite plusieurs préalables, dit le porte-parole du gouvernement, « et l’un des préalables, c’est la logistique. Déjà, il faut qu’ils arrivent là-bas. Les routes sont impraticables, on ne peut pas y arriver par avions. Donc, déjà il faut s’organiser pour y parvenir », dit Ange Maxime Kazagui.

Ces difficultés en matière logistique pourraient selon lui, compliquer le mouvement et le ravitaillement des FACA de manière permanente, « toutes ces contingences qu’ils faudraient prendre en compte avant le déploiement. Sinon, c’est envoyer nos fils dans une situation hasardeuse», a-t-il justifié.  

Pour le Porte-parole de la Minusca, un déploiement ce n’est pas du jour au lendemain, « en plus de ces moyens logistiques, ici en Centrafrique, il y a la nature qui nous oblige à attendre un peu. Heureusement qu’on s’approche de la saison sèche. La pression, elle continue, la semaine dernière, on avait effectué ce survole militaire qui a eu un impact psychologique sur ces hommes, et nous continuons à travailler avec les autorités », a indiqué Vladimir Monteiro.

mercredi, 20 novembre 2019 19:18 In JUSTICE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le Gouvernement annonce l’extradition d’Abdoulaye Miskine arrêté au Tchad

BANGUI, le 20 Novembre 2019(RJDH)----Le gouvernement centrafricain a annoncé ce mercredi 20 novembre 2019 au cours d’une conférence de presse, l’extradition du leader du Front Démocratique du Peuple Centrafricain(FDPC) arrêté au Tchad. L’annonce a été faite par le porte-parole Ange Maxime Kazagui, Ministre de la Communication et des Media.

Le gouvernement avait annoncé au mois de septembre l’émission d’un mandat d’arrêt international contre Abdoulaye Miskine pour sa parjure à l’accord de paix. Tombé dans la maille de la justice tchadienne, Abdoulaye Miskine et ses complices est sous le coup d’une extradition vers Bangui. La présence de l’homme a été signalée dans la région de Birao au mois d’octobre au moment des combats d’Amdafock, affrontement au cours duquel le MLCJ avait infligé une lourde défaite au FPRC. Depuis ce jour, la présence de l’homme est visible entre les frontières soudanaises et tchadiennes.

Selon le Ministre de la Communication, les ministères de la Justice, de la Sécurité et de la Défense sont à pied d’œuvre sur le dossier avec le gouvernement tchadien en vue de favoriser l’extradition d’Abdoulaye Miskine, un des chefs rebelles très actifs dans l’ouest du pays.

« Il aurait été arrêté avec trois autres leaders, dont Rakis, Bahar et un autre dont je n’ai pas encore le nom. Mes collègues de la Justice, et certainement de la Sécurité et voire de la Défense travailleront pour la suite des procédures.  Avéré que ce monsieur ait été arrêté au Tchad, bien sûr, nous demanderons son extradition. J’attends pour vous donner la confirmation. Si ce n’est moi-même, mes collègues en charge du dossier pour vous donner des informations plus claires, plus précises et plus détaillées », a indiqué le Ministre sans donner des précisons sur les procédures.

Devant la presse, le membre du gouvernement a confié que tous ceux qui violent l’accord de paix du 06 février, contre eux des mesures seront toujours prises, « pourquoi on arrêterait certains et d’autres sont installés à Bouar par exemple. Je dis ceci, nous sommes dans le cadre d’un accord de paix. Il y a ceux qui le violent, il y a ceux qui essaient d’y entrer. Parmi ceux qui le violent, que ce soit, tôt ou tard, ils répondront de leurs actes. Ceux que nous n’avons pas la possibilité peut-être de les interpeller  aujourd’hui, pour tel ou telle raison, et s’ils continuent de violer, tôt ou tard répondront de leurs actes », a-t-il insisté.

Abdoulaye Miskine de vrai son nom, Martin Koumtamadji a été nommé Ministre de l’Administration et de modernisation le 5 mars 2019 après la signature de l’accord politique pour la paix et réconciliation le 6 février à Bangui. Poste qu’il n’a pas occupé depuis sa nomination.

mardi, 12 novembre 2019 16:23 In MEDIAS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le RJDH lance son site web avec possibilité de suivre sa radio en direct

BANGUI, le 12 novembre 2019, (RJDH)---Le RJDH a relancé son site web ce 12 novembre 2019 avec possibilité de suivre la radio en direct après plusieurs mois d’interruption.  La cérémonie s’est déroulée au sein du RJDH en présence des autorités et des partenaires de l’organisation.

Le site garde toujours son ancien lien, www.rjdh.org  avec les anciennes données. En plus de la publication des articles, la radio RJDH sera suivie en direct sur ce nouveau site.

La nouveauté, et celles qui permettent de suivre désormais la radio Fréquence-RJDH en ligne. Le site a été relancé ce jour 12 novembre 2019, après avoir fait l’objet de plusieurs attaques. « Nous lançons ce site parce qu’après sept mois d’absence sur l’internet, il était temps pour le RJDH de reprendre contact avec ses milliers de lecteurs qui avaient besoin ses informations. Je suppose qu’il y a d’autres informations, d’autres acteurs de communication, qui interviennent. Mais ces milliers de lecteurs avaient besoin des informations. C’est pour cette raison-là qu’aujourd’hui nous lançons le site pour permettre de reprendre attache avec nos lecteurs. Nous avons travaillé pour que nos anciennes données soient transférées sur le nouveau site », explique Sylvestre Sokambi, Coordonnateur National du RJDH.  

Pour Pascal Chira, Consultant à Internews présent à la cérémonie, « c’est un sentiment de joie, parce que vous savez à la fermeture du site de RJDH, c’est une situation qui a privé des milliers d’internautes de pouvoir accéder aux informations sur la RCA. Comme vous le savez la déclaration universelle des Droits de l’Homme qui garantit les droits du citoyen à l’information. Et à chaque fois qu’il y a un média qui est fermé, un média qui est attaqué, cela entache cette liberté ou ce droit de citoyen à l’information », a-t-il indiqu.

José Richard Pouambi, Président du Haut Conseil de Communication, organe de régulation des médias, appelle l’équipe du RJDH au respect des règles surtout  en matière d’internet, « puisque l’internet, c’est de la magie, il nous appartient, nous journalistes, qui mettons les informations en ligne de faire très attention aux informations que nous publions mais au-delà tout, je tiens à féliciter la jeune équipe du RJFDH qui a toujours montré sa capacité à faire face aux défis liés au métier dans ce pays », précise le président du HCC.

Le nouveau site a été lancé par le président du Haut Conseil de la Communication et la publication du premier article a été faite par le président du Conseil d’Administration du RJDH Romary Gonessa. Le nouveau site conçu sur fonds propres du RJDH, remplace l’’ancien qui a été piraté à plusieurs reprises entre janvier et mars 2019.

mercredi, 20 mars 2019 10:07 In ENVIRONNEMENT Tags
Soyez le premier à commenter!

BANGUI, le 20 Mars 2019 (RJDH)---Depuis plus d’une semaine, des jeunes de la localité de Bégoua-Centre sur la route de Damara ont procédé aux travaux de curage des canaux et à l’évacuation des eaux stagnantes aux abords de la voie. Le Cercle de réflexion sur la politique du Président de la République vient en appui à ces jeunes pour l’assainissement de la ville de Begoua sortie nord de Bangui.

Ils étaient plus d’une quarantaine à se mobiliser pour garantir un environnement meilleur à la population de Begoua et d’assainir la voie publique qui à ce niveau est décorée par des ordures de toutes sortes. Ces travaux sont menés à hauteur de Pk-13 où se trouve un tunnel reliant les deux bornes de la voie.

Selon Mon Espoir, un des jeunes initiateurs de cette activité, selon lui, les canaux d’évacuation d’eau vers la route de Damara sont bouchés depuis plus de deux ans. Dans les années antérieures, il y a eu des dégâts énormes et des sinistres, « au départ, nous avons utilisé nos matériels ménagers, on a mis une barrière et les passants nous ont aidé avec des collectes de fonds qui nous ont motivé ces jeunes. Il y a de cela quelques jours, nous avons eu l’appui du Cercle de Réflexion pour la Politique du Pr Touadera qui nous a apporté du matériel et de l’appui financier pour continuer les travaux », a-t-il expliqué.

Tout en justifiant sa motivation, Anicet Richard BANOUKEPA, Président du Cercle de Réflexion pour la vision politique du Pr. Touadera affirme que ce travail peut durer un à deux mois, « désengorger les deux ponts qui se succèdent sur la voie principale et le canal qui longe sur la route de Damara ça fait presque un à deux kilomètres. Et celle qui remonte vers le marché, ce n’est pas une petite affaire. Il y a du travail et on donne une main forte à la jeunesse de Begoua pour ce relever », précise-t-il.

Un mécanisme de suivi sera mise en place pour la pérennisation de cette activité,« le premier mécanisme qu’on va mettre en place, c’est le comité de suivi. Parce que les gens continuent de verser des poubelles dans ces canaux où les jeunes vont assurer le travail. Deuxièmement, c’est un travail de sensibilisation où on va s’approcher des chefs de quartier pour véhiculer des messages à l’endroit de la population à ne plus verser des déchets dans ces canaux », a fait savoir, Bé Mackayas Patrick, un des membres du groupe des jeunes pour assurer le contrôle.

Il convient de rappeler que dans les années antérieures, il y a eu des cas de noyades des usagers pendant la saison de pluies où au moins trois personnes ont trouvé la mort. 

Page 6 sur 6