RJDH-RCA - Watou
Watou

Watou

mardi, 18 février 2020 15:06 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

 Centrafrique : La Fédération Centrafricaine de Football forme des officiers de sécurité du stade 

BANGUI, le 18 février 2020 (RJDH) --- Des officiers de sécurité de stade issus de différents clubs de la première, deuxième division et de la ligue de football sont en formation depuis ce mardi 18 février 2020 au Complexe Sportif Barthélemy Boganda. Ceci pour assurer la sécurité et la sureté de stade.  

Suite aux multiples cas de dérapage et des désagréments constatés dans les différents stades lors des matchs, la Confédération Africaine de Football, la FIFA et les différentes fédérations ont décidé de mettre en place des mesures à travers ce nouveau concept de former les officiers afin d’assurer la sécurité dans les stades.  

Jean Claude Tomorow, Directeur des officiers explique que cette mesure visant à former les officiers de sécurité est prise par la CAF et FIFA, « la Confédération Africaine de Football et la FIFA ont mis en place un nouveau concept pour la sécurité et la sûreté dans les stades. L’obligation est faite à toutes les associations membres de la FIFA et la CAF, de former des officiers de sécurité au profit des clubs et des ligues dans le but de mettre en application le texte qui reglèmente ce nouveau concept », a fait valoir ce cadre de la CAF.

« L’objectif visé à travers cette nouvelle innovation, est de donner l’opportunité à tous les acteurs de football entre autres les officiels, les athlètes, les supporters… d’être en sécurité permanente, afin que le stade soit un lieu de plaisir, de joie et non un endroit de détresses ou un lieu de tragédie comme nous avons connu dans différents stades », a rappelé Jean Claude Tomorrow.

La mise en place des officiers de sécurité intervient suite à la session de formation initiée par la FIFA et la CAF en février 2019, demandant aux fédérations membres desdites organisations internationales de pérenniser cette initiative afin de contenir l’anarchisme lors des matchs.

Carlos Watou  

dimanche, 16 février 2020 14:35 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique :   "La construction des infrastructures sportives relève de la responsabilité de l'Etat", déclare Mustapha Berraf

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)--- L’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique se préoccupe de la dégradation avancée des infrastructures sportives en Centrafrique car, selon Mustapha Berraf Président de l’Association des Comité Nationaux Olympiques d’Afrique, la construction et réhabilitation des infrastructures sportives relève de la compétence des autorités centrafricaines. Déclaration faite vendredi 13 février face aux journalistes centrafricains.

En visite de travail en Centrafrique du 10 au 14 février, le président de l'ACNOA l'algérien Mustapha Berraf et les responsables du Comité National Olympique Sportif Centrafricain (CNOSCA) ont visité quelques installations sportives. De village olympique de Toungoufara, tombé en désuétude, en passant par le terrain de beach-volley construit au sein du stade Barthélémy Boganda, pour clôturer à l'Omnisports, la dégradation avancée de ces infrastructures sportives a suscité la réaction sa réaction et il appelle à la construction et à la réhabilitation de ces cadres sportifs pour le développement des activités sportives dans le pays.

Mustapha Berraf, Président l’ACNOA a fait cette remarque, en déclarant que « la construction et la réhabilitation des infrastructures sportives est une responsabilité des autorités d’un pays. Notre organisation vient en appui dans certaines activités tel que l’appui financier dans le cadre de la formation… Lors de la visite des différents centres sportifs, nous avons constaté la dégradation de certains centres », dit-il.

Il interpelle les centrafricains à veiller sur les infrastructures sportives. « Ce qui est à déplorer est la protection de certains centres par la population environnante. Si le gouvernement déploie des efforts pour construire quelque centre sportif, il appartient à la population centrafricaine de le protéger jalousement. Malheureusement ce n’est pas le cas selon notre constat. A titre d’exemple, le centre sportif de Toungoufara qui se trouve pour le moment dans une situation désastreuse », a remarqué Mustapha Berraf.

Il conclut sur une note d’espoir en annonçant que le gouvernement centrafricain et l’ACNOA projettent dans un bref délai la réhabilitation du centre sportif de Toungoufara en état de dégradation avancée.

Carlos Watou

         

jeudi, 13 février 2020 15:47 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le 5e colloque conjoint des facultés évangéliques valide la médecine traditionnelle

BANGUI, le 13 février 2020 (RJDH) --- Le 5e colloque conjoint des facultés de théologie évangélique de la Centrafrique, Côte-d’Ivoire et du Congo Démocratique a ouvert la voie à la validation de la médecine traditionnelle mais s’oppose au charlatanisme et toute autre pratique relevant de la sorcellerie. C’est l’une des conclusions dégagées par les participants à cette rencontre internationale organisée du 10 au 12 février dernier à la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui.

Consacré essentiellement sur l’approche théologique face au problématique de santé, guérison et maladie, le 5e colloque conjoint international des facultés de théologie de Bangui, Abidjan et de Bunia au Congo Démocratique a ouvert la voie au soin traditionnel mais dissocié du charlatanisme. Les organisateurs veulent à travers ce colloque éclairer les églises d’Afrique à faire face aux problèmes de santé, regroupant les religieux, les imams les médecins et les tradi-praticiens. Ce moment est consacré aux partages d’expérience entre les différents participants afin de faire disperser les zones d’ombre autour de cette question, source de divergence de point de vue dans les différentes dénominations.

Dr Enoch Tompte Tom, président du comité scientifique de cette rencontre, justifie cette position en indiquant que, « justement dans la résolution finale de ce colloque, il y a une combinaison entre la prière et la médecine moderne ou traditionnelle. La prière n’empêche pas un chrétien de se faire soigner traditionnellement. En priant, le médicament que le médecin ou le tradi-praticien donne, Dieu pourra faire à ce que ces médicaments puissent travailler dans le corps de l’individu », a-t-il souligné.

Il n’y a aucun mal à se faire soigner traditionnellement, ce qui est différent du charlatanisme ou de la sorcellerie, a poursuivi Dr Enoch Tompte Tom. « De la même manière, la médecine moderne fait appel parfois aux tradi-praticiens qui récoltent leurs médicaments mais à travers les racines et plantes naturelles créées par Dieu. Mais il s’agit de quel genre de tradi-praticien qu’il faut fréquenter ? Cela a besoin d’un esprit de discernement. Pas les tradi-praticien qui ont l’habitude de procéder par des incantations dont on parle ou des sorciers. Mais plutôt ceux qui utilisent les plantes naturelles qu’un chrétien peut se faire soigner avec », a conclu Enoch Tompte Tom.

C’est pour la seconde fois que la République Centrafricaine abrite une telle rencontre de grande envergure. Le prochain colloque sera organisé à l’université de Bunia au Congo Démocratique.

Carlos Watou

mercredi, 29 janvier 2020 13:55 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Bientôt le démarrage de chalenge de football en faveur des moins 15 ans Bangui

BANGUI, le 29 janvier 2020 (RJDH) ---L’ONG Les frères Centrafricains compte organiser au mois de février prochain, un challenge de football en faveur des enfants de moins de 15 ans afin de les motiver à s’intéresser davantage au football. Ce tournoi se déroulera dans les 8 arrondissements de Bangui et ses environs à savoir Bimbo et Begoua.

Porté par l’ONG nationale Les Frères Centrafricains d’Anatole N’kouet, le démarrage du tournoi est prévu pour le mois de février prochain. L’intérêt, selon Jean Bruno Tatti, Directeur Technique de l’Ecole de Football de l’ONG, s’inscrit dans la relève de l’équipe nationale de football.  « Nous avons constaté que les anciennes gloires de football se sont regroupées dans une association et à chaque fois ils jouent ce qu’on appelle chalenge. C’est pourquoi nous avons décidé de copier cette initiative pour la ramener aux enfants de 8 à 14 ans. Donc dans un bref délai nous allons organiser ce tournoi qui ne concerne que des enfants. Ce tournoi va regrouper les enfants des 8 arrondissements de Bangui, y compris Bimbo et Begoua », annonce Jean-Bruno Tatti.

« Ce que nous recherchons à travers cette initiative, est d’encourager ces enfants à s’intéresser davantage aux activités sportives en générale et particulièrement en football. Nous savons tous que les enfants tirent leur plaisir dans les différentes formes de jeu. Mais aussi les enfants peuvent apprendre beaucoup de chose à travers les sports », a jugé le Directeur technique de l’école de football Anatole N’kouet.

Cette forme de compétition que souhaite organiser l’ONG Les frères Centrafricains, est une première initiative qu’elle compte inscrire dans le temps afin de dénicher des nouveaux talents en football chez les jeunes.

Carlos Watou        

mercredi, 29 janvier 2020 13:50 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Bangui abritera le 5e colloque conjoint international en février

BANGUI, le 29 janvier 2020 (RJDH) --- Faire face aux nombreux défis qu’engendre la théologie déviante sur la guérison divine auxquels font face les églises africaines, les leaders ecclésiastiques africains prendront part au 5e colloque international à Bangui dénommé « maladie, guérison et santé », du 10 au 12 février prochain.

Face aux défis du nouvel évangélisme en Afrique prônant une théologie non scripturaire autour de la guérison, la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui (FATEB), en communion avec les facultés sœurs d’Abidjan en Côte-d’Ivoire et de Bunia en R.D. Congo se rencontreront du 10 au 12 février 2020 dans un colloque international à Bangui, dénommé « maladie, guérison et santé, un esprit sain dans un corps sain ».

A en croire le Docteur en Théologie Williams Molobi, rapporteur général du comité scientifique de ce colloque, ce sera une rencontre de réponse aux nombreux défis qu’engendre la théologie déviante qui commence à prendre une proportion inquiétante pour les églises africaines.

Ce 5e colloque conjoint international vise à éclairer les croyants et les non croyants ainsi que les musulmans à faire un choix objectif face au problème de santé souvent mal interprété par les croyants en négligeant la médecine moderne. « De nos jours, il y a plusieurs intervenants en matière de guérison et plusieurs thérapies en jeux donc à travers ce colloque, les croyants et les non-croyants en général et la population centrafricaine en particulier sera édifiée sur les réalités qui touchent à la question de santé, maladie et guérison. Et comment les croyants peuvent se comporter face au problème de santé », précise-t-il.

 « C’est une rencontre qui va regrouper 3 pays particulièrement la RCA, la Côte-d’Ivoire et le Congo Démocratique. Ce que nous recherchons à travers cette activité scientifique, c’est d’abord de déterminer les causes premières des maladies ensuite de faire un décryptage des différentes voies proposées pour la guérison enfin de voir comment faire pour que la santé soit maintenue dans chaque famille », a ajouté Williams Molobi.

Evoquant la particularité de cette rencontre de haut-niveau, le Docteur René Malepou membre du comité scientifique à la FATEB, indique que des imminents serviteurs de Dieu tenteront d’apporter leur éclairage à cette question. « La particularité de ce colloque, c’est que nous avons choisi de faire intervenir une diversité s à travers l’intervention des hommes de science, les praticiens, les médecins et un imam pour une lecture diversifiée de ce thème. Ce sera un regard croisé dans l’optique de dégager une expérience commune pour éviter les illusions sur le plan sanitaire dans chaque famille », a laissé entendre René Malepou.  

Ces nouveaux courants évangéliques proposant un message de prospérité et guérison sont à l’origine de multiples déviances dans l’interprétation de la parole de Dieu. Les trois pays réunis pour ce colloque sont aujourd’hui confrontés à ce problème.     

Pour mémoire, c’est pour la seconde fois que la République Centrafricaine abrite cette grande rencontre qui se fait de manière rotative entre les 3 pays concernés.

Carlos Watou

jeudi, 23 janvier 2020 15:49 In ENVIRONNEMENT Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Reprise des activités socio-économiques et éducatives à M’poko-Bac après les opérations de désinfection

BANGUI le 23 janvier 2020 (RJDH) --- Les activités socio-économiques et éducatives reprennent progressivement à M’poko Bac, l’une des zones touchées par les inondations dans la commune de Bimbo. Cette reprise intervient après les opérations de désinfections et de décontamination lancées par les autorités centrafricaines et ses partenaires.

Selon le constat du RJDH, qui a sillonné quelques quartiers de la commune de Bimbo touchés par les calamités naturelles entre octobre et novembre 2019, presque toutes les populations sont de retour dans les zones respectives. Ceci après les opérations de décontamination et désinfections de près d’un millier de maisons d’habitations et puits par l’Agence Nationale des Eaux et d’Assainissement (ANEA).

Ce qui a permis à Augustine Galamognan, une habitante du quartier M’poko Bac, de regagner sa maison, « certaines personnes ont regagné leur maison, d’autres qui ont vu leur habitation s’écroulée sont encore sur les sites des déplacés. Après les opérations, nous nous sentons vraiment à l’aise », déclare-t-elle sur un ton rassurant.

« L’ANEA a lancé cette opération, nous avons respecté les consignes. Comme certaines maisons sont déjà désinfectées et l’ordre est donné, nous sommes obligés de retourner dans notre quartier afin de reprendre nos activités », a exprimé Jean de Dieu interrogé devant sa maison à M’poko-Bac.

La reprise des activités scolaires est effective grâce aux opérations de désinfection lancée par l’ANEA le décembre 2019. Maurille Banam, Directeur de l’école M’poko-Bac garçon commence à compter un effectif pléthorique des élèves, qui au début des inondations ont dû quitter, le secteur à cause de la montée des eaux, « les cours ont repris normalement à l’école M’poko-Bac. L’effectif des élèves est en hausse en dépit de transfert de certains enfants dans d’autres arrondissements suite à l’inondation. Car nous avons accueilli les enfants déplacés de la R.D Congo et ceux d’Alindao », a-t-il dit.

Les opérations de désinfection et décontamination ont été lancées au mois de décembre 2019 visent à assainir les secteurs inondés en vue de garantir la santé de la population des zones touchées facilitées par le gouvernement Centrafricain en partenariat avec UNICEF, qui ont pu désinfecter un millier de maisons à M’poko Bac.

Carlos Watou

dimanche, 12 janvier 2020 12:36 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Manque de consensus entre le Ministère des sports et la Fédération de Football sur la nomination d’un nouveau Directeur Technique

BANGUI, le 12 janvier 2020 (RJDH) --- La nomination d’un nouveau directeur technique national de football ne fait pas unanimité entre le ministère des sports et les responsables de la fédération centrafricaine de football. Le choix de ce dernier est renvoyé à une date ultérieure par le ministre Lionel Privat Dounda en appelant à un consensus. Décision prise vendredi 10 janvier 2020 à l’issue d’une réunion au cabinet du département des sports.

Si les nominations des directeurs techniques nationaux pour le basketball ne posent aucun problème, mais celles de la fédération centrafricaine de football marquent encore le pas.  Les divergences de point de vue sur la nomination du nouveau responsable technique de la Fédération Centrafricaine de Football interviennent lors de la réunion technique animée par le Ministre de la Jeunesse et des Sports le vendredi 10 janvier dernier.    

Au sortir de cette rencontre Lionel Privat Dounda, Ministre de la jeunesse et des sports, a indiqué que cela n’a pas été fait pour faute de consensus. « Nous venons de sortir d’une réunion avec la Fédération Centrafricaine de Football à l’issue de laquelle un consensus n’a pas été dégagé. Suite aux instructions de mes chefs hiérarchiques, il est important que nous travaillions méticuleusement sur cette question pour éviter des crises», a laissé entendre le ministre.

Le membre du gouvernement a ajouté que le choix est renvoyé pour les prochains jours et que les dirigeants du football centrafricain puissent s’accorder autour d’un nom. « J’ai demandé à la fédération de réfléchir et revenir nous faire des propositions. Au niveau du département, nous allons aussi continuer à réfléchir. Et une réunion technique entre le département et la fédération est prévue dans les prochains  jours dès qu’un consensus sera dégagé, les centrafricains connaîtront le nom du nouveau Directeur Technique», a précisé Lionel Régis Privat Dounda.

C’est après 27 ans de service de Jean Jacques Ombi comme Directeur Technique à la Fédération Centrafricaine de Football que le gouvernement cherche à apporter une reforme avant d’amorcer la phase des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2020 au Cameroun.

mercredi, 08 janvier 2020 16:05 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : AS Tempête Mocaf domine la phase aller du championnat de la ligue de Bangui

BANGUI, le 08 janvier 2020 (RJDH) --- L’As tempête Mocaf et les Anges de Fatima sont arrivés en tête du championnat de la phase aller de la ligue de Bangui de football à l’issue de la 13e journée qui avait pris fin le dimanche 05 janvier dernier.

Le classement provisoire du championnat aller de la ligue de Bangui place en tête l’équipe de l’AS Tempête Mocaf avec 27 points, suivi des Anges de Fatima qui récoltent 24 points et la troisième place 3 revient à l’Olympique Réal de Bangui qui empoche 21 points  et enfin Red-Star n’ayant que 19 points cloturent le bas du tableau.

Les meilleur buteurs sont disputés entre Paternes Samola de SCAF et Shadrack Dagoulou de EFC5 avec 6 buts chacun dans leurs compteurs.  Ils sont talonnés par St-Fort Dimokoyen et Tita Sombo tous deux pensionnaires des Anges de Fatima avec 5 buts chacun.

Au regard des écarts des points entre le peloton de tête entraîné par l’As tempête Mocaf, ancien champion de la ligue de Bangui, tout indique qu’il aura du pain sur la planche avec les performances affichées par les Anges de Fatima et l’Olympique Real de Bangui qui ambitionnent la première place surtout lors de la reprise du championnat retour. Les autres équipes ne veulent pas aussi être des figurants dans ce tournoi, mais souhaitent coute que coute se positionner en tête du tableau.

Par ailleurs, il y’a lieu de noter qu’aucune équipe parmi les quatre premiers n’a droit à une défaite pour la phase retour et donc la deuxième partie de ce tournoi sera âprement disputé entre ces différentes  équipes qui occupent la première partie du tableau.

vendredi, 13 décembre 2019 11:00 In SANTE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Les populations de Bimbo soulagées par les opérations de désinfection et décontamination

BANGUI, le 13 décembre 2019 (RJDH) --- Les équipes de décontamination et de désinfection poursuivent les opérations lancées depuis le début de la semaine. Les populations des secteurs touchés par les inondations sont rassurées par l’avancement de ces travaux.

Déjà près de 40 maisons désinfectées sur 1000 et plusieurs puits décontaminés à Bimbo depuis le lancement lundi des opérations relatives à la création d’un environnement sain et propice au bien-être des familles touchées par les inondations en octobre dernier. Cette opération lancée dans les localités touchées par l’inondation favorisera un environnement sain dénué de toutes maladies liées aux dernières inondations. 

En faisant le point sur l’état d’avancement de ces travaux, Simplice Namkona, facilitateur à l’ONG Initiative pour le Développement de Centrafrique (IDC), explique que c’est un travail qui doit être fait avec beaucoup de minuties et tacts, car rien ne sert de s’empresser. « Depuis le 09 décembre dernier que nous avons lancé cette opération, nous avons eu à désinfecter près de 40 maisons.  Et selon les  principes, il faut désinfecter deux fois une maison pour des mesures de sécurité. Aujourd’hui, c’est la seconde phase de désinfection. Nous le ferons lentement mais à un rythme soutenu car, il s’agit là d’une question de la santé publique », a fait savoir Simplice Namkona.

S’il affiche de l’optimisme dans la poursuite des opérations, il n’en demeure pas qu’ils sont confrontés à des difficultés du fait de certaines personnes qui hésitent à libérer les habitations pour les désinfections. « Nous sommes confrontés à quelques difficultés sur le terrain, car certaines personnes refusent de sortir de leur maison afin que nous puissions désinfecter ces maisons », déplore-t-il, en appelant « les habitants de la localité de M’poko-Bac à nous faciliter la tâche dans ce que nous faisons comme opération de désinfection et de décontamination, car la question de la  santé  est une préoccupation pour nous tous. C’est dans ce contexte que le gouvernement a précipité cette mission dans les zones affectées par l’inondation. Et donc il n’y a aucun intérêt à résister contre cette opération. Mais dans l’ensemble, le niveau d’avancement est appréciable »dit-il.

Ces opérations de désinfection et décontamination visent 1000 maisons et des centaines de puits dans les localités affectées par la dernière inondation du mois d’octobre dernier en République centrafricaine.

jeudi, 12 décembre 2019 06:36 In DROITS DE L’HOMME Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : AVED et ses partenaires penchent sur les conditions des victimes

BANGUI, le 12 décembre 2019 (RJDH)----Les membres de l’Association des Victimes des évènements de 2012-2014 ont échangé ce mercredi 11 décembre 2019 à Bangui avec leurs partenaires sur le contenu de document de plaidoyer relatif à l’amélioration des conditions de vie des victimes de crise centrafricaine.

C’est un document de plaidoyer élaboré par l’AVED qui lui servira de bréviaire dans les missions qu’elle s’est assignée, missions consistant à assurer la prise en charge psycho-sociale et l’appui juridique aux victimes de crise Centrafricaine.

Hervé Lidamo, Coordonnateur de AVED, indique que l’intérêt de ce document est de leur permettre d’avoir un cadre juridique pour accompagner les victimes. « Nous avons produit un document sur la situation des victimes de la crise centrafricaine depuis 2012 jusqu’aujourd’hui. Et donc, il est important pour qu’on invite nos partenaires à venir analyser le contenu de ce que nous avions produit et y apporté des amendements et observations. Ce document comporte deux parties ; la toute première tient compte de l’aspect socio-économique, et la seconde partie revient sur la question de l’impact de la crise sur le vécu des victimes », a-t-il expliqué.

En poursuivant, il croit que le document aura pour utilité de renforcer les mécanismes de plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers dans l’accompagnement des victimes, « c’est un moyen de plaidoyer en faveur des victimes. C’est sur cette base que nous allions nous approcher des autorités de la place ou des autres partenaires pour qu’ils puissent aider les victimes de la crise. Ce document ne laisse pas de côté la question de la justice et de la  réparation des victimes ainsi que la question de réparation », a souligné Hervé Lidamo.

Cette rencontre d’analyse de document s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique lobbying et plaidoyer appuyé par l’ONG internationale Cordaid.

Page 4 sur 6