RJDH-RCA - Watou
Watou

Watou

mercredi, 29 juillet 2020 16:01 In SOCIETE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : l’école primaire de Yatimbo manque du personnel qualifié

BANGUI, 29 juillet 2020 (RJDH) --- L’école de Yatimbo, à 40 kilomètres de Bangui, fait face à un problème de personnel enseignant qualifié. Les autorités locales appellent le département de l’éducation à déployer les enseignants compétents pour relever le niveau de l’éducation dans la région.

L’établissement scolaire de Yatimbo, à 40 km de Bangui sur l’axe M’baiki dans l’Ombella-M’poko, compte officiellement 366 élèves inscrits sur la liste pour quatre salles mais a une faible capacité d’accueil, selon Louis Melegbelemako, enseignant dans cette école. « Nous comptons pour le moment 366 élèves pour deux bâtiments dont les salles sont petites. En termes de ratio, il y a une surpopulation des enfants à cause de la capacité d’accueil des salles de classe. Nous sommes obligés de subdiviser ces enfants pour faire aérer la salle. En sus de cette difficulté qui est celle des infrastructures, l’école ne dispose que d’un seul enseignant qualifié pour la circonstance », explique-t-il.

Pour Louis Melegbelemako, ces problèmes minent la bonne marche des activités scolaires de la localité. « Toutes ces situations nous mettent dans des situations difficiles à relever les défis de l’éducation dans cette partie périphérique de la capitale Centrafricaine. Nous demandons aux autorités compétentes de nous aider en envoyant des enseignants qualifiés et à nous construire d’autres bâtiments pouvant abriter ces enfants », ajoute-t-il.

L’école de Yatimbo, créée en 1958, compte à ce jour trois bâtiments construits en bois dont deux salles de classes et un autre servant de logement au directeur mais en état de dégradation avancée. Elle ne compte qu’un enseignant qualifié et trois maitres parents alors que certaines sociétés d’exploitation forestière, présentent dans la localité, poursuivent leurs activités sans remplir le contenu de leur cahier de charges.

Carlos Watou

mardi, 28 juillet 2020 16:10 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : le ministre de la jeunesse et des sports confie la gestion du centre de Basket-ball Martin Ngoko à l’ONASPORT

BANGUI, 28 juillet 2020 (RJDH) --- Le ministre de la jeunesse et des sports, Privat Lionel Régis Dounda, a annoncé lundi 27 juillet que la gestion du centre national de basketball sera désormais confiée à l’ONASPORT en raison de sa dégradation avancée.

Suite au reportage de la fréquence RJDH, sur la dégradation avancée du centre de Basket-ball Martin Ngoko, le Ministre de tutelle a décidé trois jours après d'effectuer une visite surprise du local.  Le centre semble être délaissé depuis plusieurs années par la fédération Centrafricaine de Basket-ball.

Privat Lionel Régis Dounda, Ministre de la jeunesse et des sports exprime sans ambages son vœu de retirer la gestion de ce centre en faveur de l’Onasport, « Le département dont j’ai la charge compte retirer entre la main de la fédération Centrafricaine de Basket-ball la gestion du centre Martin Ngoko. Je vais mener un plaidoyer auprès du gouvernement pour que ce centre soit prochainement géré par le Ministère de la jeunesse et des sports à travers l’ONASPORT, ce qui facilitera la réhabilitation dudit centre. Je vais suggérer ce problème au conseil des Ministres pour une solution adéquate », a-t-il déclaré lors de cette visite.

Cette visite intervient au moment où les travaux de la réhabilitation du stade 20000 places tournent au ralenti. Les autorités comptent ainsi mener des démarches pour la réhabilitation du centre de Basket-ball Martin Ngoko. Mais à côté de ce centre, le stade omnisports qui abrite un terrain un peu moderne de basket-ball connaît aussi une dégradation, privant les joueurs de de cette discipline sportive d'une structure en bon état.

Carlos Watou

lundi, 27 juillet 2020 16:53 In DROITS DE L’HOMME Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le personnel de l’Hôtel du Centre réclame du gouvernement le paiement de 5 mois d’arriérés de salaire

BANGUI, le 27 juillet 2020 (RJDH) --- 238 millions de FCA, c’est la somme réclamée par le personnel de l’Hôtel du Centre au Trésor public. Les agents ont manifesté ce début d’après-midi leur mécontentement pour présenter un certain nombre de revendications dont le paiement de leurs arriérés et la prise en charge dudit Hôtel para-étatique.

Plusieurs points de revendications sont à l’ordre de leur manifestation déclenchée ce lundi 27 juillet 2020 notamment le paiement de leurs cinq mois d’arriérés de salaires qui s’élève à hauteur de 238 millions de FCA. Les manifestants demandent la prise en charge dudit hôtel, qui n’est pas subventionné par le gouvernement.

Jean Poumale, Chef du personnel à l’Hôtel du Centre ne passe pas par quatre chemins pour présenter la raison de leur mécontentement, « nous avons des arriérés vis-à-vis du Trésor public qui s’élève à 238 millions de FCA. Mais jusqu’à présent, rien ne fait comme geste en notre faveur. En dépit de toutes les démarches menées auprès du Ministre tutelle, nos efforts sont restés vains. Les autorités demandent les 10% de nos salaires, c’est aberrant. Face à cette situation nous ne pouvons pas croiser les bras, c’est pourquoi nous sommes descendus sur le terrain, pour manifester notre indignation aux autorités Centrafricaines qui font preuve d’indifférence à nos problèmes »a-t-il déclaré.

« Nous allons poursuivre cette grève jusqu’à avoir gain de cause. Au cas échéant, cette manifestation va se poursuivre. Je pense que la République Centrafricaine nous appartienne. Pas question de marginaliser d’autres fils du pays. L’hôtel du Centre est le seul hôtel paraétatique à travers le pays, en réalité, l’Etat doit subventionner cet hôtel malheureusement ce n’est pas le cas. Nous demandons aux autorités d’aider cet hôtel à répondre aux normes internationales » conclut-il.

La manifestation du personnel de l’Hôtel du Centre intervient quelques semaines après celles du personnel soignant et les enseignants vacataires du fondamental 2 durant ce mois de juillet 2020.

Carlos Watou

 

 

dimanche, 26 juillet 2020 13:25 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le Centre National de Basketball Martin Ngoko en état de dégradation avancée   

BANGUI, le 26 juillet 2020 (RJDH) --- Abandonné depuis plusieurs années, le Centre National  de Basketball Martin Ngoko, entre temps qui accueille des activités et compétions internationales, se trouve aujourd’hui dans un état de dégradation très avancée. Selon le constat du RJDH, le centre est transformé en gare routière et dortoirs des conducteurs ainsi que des passagers des camions.

A l’entrée du centre, presque toutes les installations notamment l’aire de jeu, la place des officiels, les surfaces sont inexistantes. A cela s’ajoute l’obscurité aux alentours et à l’interieur de la grande salle qui accueillait des grandes compétions internationales et nationales.

Le constat est similaire dans les vestiaires qui sont transformés en salle de toilette, ajoute Wilfried G’bongo, entraineur du club G’bongo qui décrit l’état des lieux en ces termes : «Le centre est dans l’obscurité totale suite au cas de vandalisme. Vous voyez même les vestiaires sont devenus  des lieux de toilette c’est parce qu’il n y a pas de latrine. La table des officiers est par terre et d’autres équipements sont tombés en ruine ».

Le parking du Centre National devient maintenant une gare routière des camions. Le constat du RJDH, montre que certains endroits à l’entrée et autres sont utilisés comme des lieux de repos voir des chambres pour ceux qui arrivent avec les gros camions. Des odeurs nauséabondes se dégagent à l’intérieur à cause de l’insalubrité parfois visible à l’entrée et des herbes qui envahissent le centre.

Maïka, une joueuse à l’académie G’bongo, déplore l’état dans lequel le centre National de Basketball Martin Ngoko est délaissé par le gouvernement, « ce centre est délaissé par les autorités centrafricaines. Car l’aire de jeu est en état de dégradation avancée puisse que des installations ont été vandalisées. Toutes les infrastructures n’existent pas, ce qui ne permet pas aux amoureux de cette discipline de travailler convenablement  » a -t-elle  déploré.

Wilfried G’bongo appelle à la réhabilitation de ce centre abandonné depuis plusieurs années, « le pays ne dispose que deux infrastructures de Basket Ball, c’est l’Omnisport qui est opérationnel pour le moment. Alors que le nombre des joueurs de cette discipline augmente. C’est pourquoi, je demande aux autorités du pays à réhabiliter le centre national Martin Ngoko » a-t-il lancé.

Le Centre National de Basketball Martin Ngoko été crée en 1966. Son état actuel ne permet pas à la fédération centrafricaine de Basketball d’organiser des grandes compétions ou des activités sportives.

Carlos Watou.

jeudi, 23 juillet 2020 14:56 In SECURITE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Des Forces de Sécurité Intérieure dotées en moyens roulants pour le rétablissement de la sécurité

BANGUI, le 23 juillet 2020(RJDH) ---L’Union Européenne vient de doter les Forces de Sécurité Intérieure en matériel roulant. Il s’agit des éléments de la gendarmerie nationale, de la police, de la Douane et des eaux et forêts, chasse et pêche. La remise de ce don a eu lieu hier mercredi 22 juillet 2020 à Bangui. Un appui qui s’inscrit dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat.

Ce don de l’Union Européenne s’inscrit dans le cadre du programme de redéploiement des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire. Au total 39 motos ont été remises et seront réparties dans les forces notamment de la gendarmerie, de la police, de la douane et des agents eaux et forêts à travers le pays.

C’est une nouvelle étape explique Jean Coste Dao Chargé de mission à l’Union Européenne en Centrafrique qui va dans le renforcement des capacités des forces nationales, « ce projet a été confié à Civil Pol, pour le redéploiement des forces de sécurité intérieure sur le corridor Beloko-Bangui, c’est une nouvelle étape qui commence aujourd’hui, avec des moyens mobiles. Car c’est important pour que les éléments de la police, gendarmerie, de la douane et les agents des eaux et foret puissent se faire rayonner l’autorité de l’Etat et rassurer les populations,et leurs fournir un service publique de sécurité dont elles ont besoin », a souligné le chargé de mission à l’occasion de cette cérémonie.

Pour Henry Wanze Linguissara  Ministre de la Sécurité publique, c’est un sujet de satisfaction d’avoir réceptionné cet appui, « c’est avec beaucoup de joie que nous recevons aujourd’hui ces motocyclettes de la part de l’Union Européenne. Au moment où notre pays traverse une période de crise, l’Union Européenne ne cesse de nous appuyer de manière multiforme à rétablir la sécurité et l’autorité de l’Etat» a-t-il déclaré.

La gestion de ces motocyclettes est conditionnée par un contrat entre le Ministèrede laSécurité publique et les futurs bénéficiaires de ces engins.

Carlos Watou

mercredi, 22 juillet 2020 14:01 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : 15 Ligues de football du pays dotées en matériel bureautique et moyen roulant par la Fédération

BANGUI, le 22 juillet 2020 (RJDH) --- 15 Ligues de football de la République Centrafrique ont reçu chacune une moto de marque DT, un ordinateur bureautique, d’imprimante, trois filets et autres matériels des arbitres. Un don de la Fédération Centrafricaine de Football  (FCF) sur financement de la FIFA. La remise de ces kits a eu lieu ce 21 juillet 2020 au siège de ladite fédération.

C’est un don qui fait suite aux multiples appels des responsables des différentes ligues du pays lancés à la Fédération Centrafricaine de football, afin de faciliter les conditions de travail. Un don offert un jour après l’élection des nouveaux membres du bureau, qui permet aux responsables de ces ligues  de bénéficier chacun d'une moto et d’autres matériels de travail.

 « C’est un besoin exprimé par nos différentes ligues pour leur mobilité. Vous imaginez que vous êtes président de la ligue de la Ouaka et que vous devez aller à Grimari et dans les différentes sous ligues mais le moyen locomotif fait défaut. Donc aujourd’hui, nous répondons à ces demandes pour faciliter la tâche aux responsables de nos ligues pour la bonne marche du football à travers le pays», a expliqué Célestin Yanindji président de la Fédération Centrafricaine de Football.

Ces motos ont été remises, il y a de cela quelques mois, « Nous profitons de cette assemblée générale pour distribuer aux ayants droit. Mais Il n’y a pas que les motos, nous avons remis aussi des filets des fanions pour les arbitres ainsi que des ordinateurs pour leur permettre de travailler de manière confortable, car désormais ils vont procéder aux enregistrements de la licence en ligne pour leurs travaux et la connectivité avec la fédération », ajouté le président.

Pour Josué Dangafaye président de la ligue de la Ouaka, ce don est un bouffée d’oxygène pour les ligues, « C’est un grand soulagement pour les différentes ligues de la République Centrafricaine. Car ces matériels vont nous permettre de bien surveiller en temps réel, nos différentes sous-ligues et d’être en connexion rapide avec la fédération. J’invite mes collègues des autres ligues de faire un bon usage de ces matériels », s’est-t-il réjoui.

Ce don de la FCF en faveur des différentes ligues du pays est appuyé par la FIFA. L’objectif visé à travers cet appui est de rehausser le niveau de cette discipline en RCA.

Carlos Watou.

mardi, 21 juillet 2020 15:06 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : Le Ministre des Sports met en garde les sous-ligues qui relancent les activités sportives

BANGUI, le 21 juillet 2020 (RJDH) --- Le Ministre de la jeunesse et des sports a mis en garde les différentes sous-ligues qui ont repris les activités sportives contrairement à la décision des autorités Centrafricaines face à la pandémie de Covid_19.

Cette mise en garde fait suite à la reprise des activités sportives au sein des sous-ligues de la capitale. Avec l’évolution de cette pandémie dans le pays, les autorités interdisent tout regroupement de plus de 15 personnes dans les lieux publics.

Pour le Ministre de la jeunesse et des sports Lionel Privat Dounda, c’est une situation désastreuse qui peut favoriser la progression de la Covid 19 dans le pays, « je profite de cette opportunité pour mettre en garde toutes les sous-ligues qui se sont permises de reprendre les activités sportives sans l’autorisation du gouvernement, de mettre fin à cela. C’est une situation qui favorise l’évolution de Corona Virus dans le pays » a-t-il martelé. 

Rappelant les messages de son collègue de la santé, le ministre Lionel Privat Dounda réitère ces messages de responsabilité,   «mon collègue de la santé ne cesse d’appeler tout le monde au sens de la responsabilité. Et donc, il est hors de question que les sous-ligues et autres reprennent les activités. Le rassemblement de plus de 15 personnes est interdit par les autorités pour empêcher la propagation de cette pandémie à travers le pays » ajoute-t-il.

La levée partielle des mesures d’assouplissement prise par le gouvernement en juin dernier vise que des lieux de cultes,  les écoles, les caves et autres dans le strict respect des mesures barrières.

Carlos Watou

vendredi, 17 juillet 2020 09:49 In SPORTS Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : vers la rédynamisation de la fédération centrafricaine de Tae-Kwondo après la crise interne 

BANGUI, 17 juillet 2020 (RJDH) --- Les deux camps en discorde depuis plusieurs semaines au sein de la fédération centrafricaine Tae-Kwondo de se sont convenus le 16 juillet à renforcer des nouveaux membres avant la fin de cette semaine. Décision prise lors d’une réunion organisée par le Ministère tutelle en collaboration avec le CNOSCA.

La réunion de concertation organisée par le Ministère de la jeunesse et des sports entre les membres de la fédération de Tae-Kwondo en discorde, vise à apaiser la tension qui ne cesse de fragiliser cette discipline sportive en République Centrafricaine.  Arsène Ngrépayo, Directeur de Cabinet du Ministre de la Jeunesse et des Sports, a fait savoir que le nœud du problème se pose au niveau d'une crise entre les maîtres et le bureau fédéral. « C’est l’ensemble de ceintures noires des maîtres de Taekwondo qui se sont insurgés contre le bureau fédéral. Selon eux, la majorité des membres du bureau fédéral sont démissionnaires et donc ce bureau doit démissionner ».

« C’est ainsi que le Ministre de la jeunesse et des sports, et le Comité National Olympique Sportif Centrafricain ont réuni ces eux camps pour une solution pacifique. L’autre camp exige la démission du bureau exécutif de la fédération mais selon les dispositions statutaires cela est impossible. Il est question de renforcer ce bureau par des nouveaux membre », ajoute le directeur de Cabinet.

Henry Tago, Vice-président du CNOSCA, explique qu’à la sortie des discussions, un début de solution qui permettra à l’équipe d’être dynamique, « il y a un début de consentement entre les deux parties. Je crois que d’ici quelques jours, le bureau de la fédération de Karaté sera renforcé par des nouveaux membres pour la bonne marche de cette fédération », a-t-il déclaré.

Il convient de signaler qu’au moment où les membres de la Fédération Centrafricaine de Tae-Kwondo se divise, la sanction de la CAF et de la FIFA, pèse encore sur la fédération Centrafricaine du football. Pendant ce temps, le président Congolais Etienne Tshisekedi vient à peine de poser la première pierre de la construction d’un centre culturel de la sous-région d’Afrique Central dans son pays.  

Carlos Watou

jeudi, 16 juillet 2020 06:20 In SANTE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : la diaspora centrafricaine des USA appuie à la maternité « Wali ti Emma »

BANGUI, 15 juillet 2020 (RJDH) --- La maternité « Wali ti Emma » située dans la commune de Bimbo-3 a reçu ce 14 juillet 2020 des kits pour la lutte contre la Covid 19 et des médicaments à hauteur de 1000 dollars US. Un don de l’association US SEWA visant à aider cette maternité qui dessert toute la population de Bimbo-3.

La maternité « Wali ti Emma » dans la commune de Bimbo 3 est dépourvue des moyens pour lutter contre la propagation de Coronavirus et à prendre en charge convenablement les enfants et les femmes enceintes. Cette faiblesse se justifie par l’acte de vandalisme qu’a subi ce centre hospitalier pendant la dernière crise militaro-politique.

Pour Innocent Ngombé représentant d’US Séwa, ce modeste geste est la contribution des fils et filles du pays, soucieux de contribuer au développement de leur pays : « Le bureau exécutif de la diaspora centrafricaine, réunie au sein de l’association US SEWA, a décidé d’apporter sa modeste contribution d’un montant d'environ 500 000 FCFA à la maternité Wali ti Emma dans la commune de Bimbo-3. Ce don est composé des kits anti Covid 19 tels que, des seaux pour les lavages des mains, des cartons de savons, de gels hydro-alcoolique et des produits pharmaceutiques et deux lampadaires à énergie solaire… Cela témoigne de notre solidarité envers notre patrie qui en train de traverser un moment difficile lié à la crise sanitaire de portée mondiale qui est la Covid 19. » 

Nicole Namngbei, responsable de ladite maternité, se sent soulager de ce don, « C’est avec beaucoup de joie que nous recevons ces kits de lutte contre la pandémie de la Covid19. Depuis les évènements que traverse notre pays, le centre de santé dont j’ai la charge traverse une difficulté surtout sur le plan logistique à lutter contre cette pandémie et à prendre en charge les enfants et les femmes enceintes. J’invite certains compatriotes de bonne volonté à suivre l’exemple de nos frères et sœurs d’US SEWA. »

La maternité Wali tî Emma, dans la commune de Bimbo 3, accueille entre 40 à 60 femmes par mois pour les accouchements en dépit de sérieux problèmes de fonctionnement à cause du sous-effectif du personnel soignant, d’un côté, et du manque d’équipements adéquats afin de répondre aux attentes de ses patients de l’autre.

Carlos Watou

mercredi, 08 juillet 2020 16:12 In SANTE Tags
Soyez le premier à commenter!

Centrafrique : les malades du SIDA de plus en plus exposés à la Covid 19

BANGUI, 08 juillet 2020 (RJDH) ---Les personnes vivant avec le VIH/SIDA, déplorent leurs conditions de vie en cette période de Covid 19 et appellent les autorités centrafricaines à voler à leur secours. Appel  lancé ce mercredi 8 juillet 2020, lors de la distribution des cache-nez aux leaders des associations de ces personnes vivant avec le VIH à Bangui.

Il ressort de leur constat que la lutte contre le VIH/SIDA est délaissée au profit de celle contre la Covid 19 à travers le pays. Ces personnes se sentent, selon leurs témoignages, abandonnées . Une situation qui, ajoutent-elles, risque de coûter la vie à de nombreuses personnes infectées par cette maladie.

Jean François Aguilera, chef de mission à l’Organisation internationale de migration(OIM), a fait le même constat à travers le dernier rapport de l’ONUSIDA. « En Centrafrique, il est estimé qu’environ 4000 personnes sont décédées du fait de maladie liée au VIH/SIDA en 2019. Chaque année, 5000 personnes sont nouvellement infectées dans le pays et les populations déplacées sont laissées pour compte » a-t-il déclaré.

« La lutte la Covid 19 et le VIH sont les mêmes combats, car selon le dernier rapport mondial de l’ONUSIDA publié le 06 juillet dernier, la pandémie du Coronavirus a gravement perturbé la riposte contre le Sida. Une interruption totale de 6 mois de traitement contre le VIH entraînera plus de 500 000 morts supplémentaires en Afrique subsaharienne l’année prochaine selon l’ONUSIDA », a-t-il conclu.

Bienvenu Gazalima, Coordonnateur National du réseau des personnes vivant avec le VIH (RECAPEVV), appelle les autorités centrafricaines à prendre leurs responsabilités dans la prise en charge des malades du SIDA.« En tout cas, le gouvernement doit tourner urgemment le regard vers ces personnes vivant avec le VIH sinon la Covid 19 va augmenter le nombre du décès de nos compatriotes qui sont des personnes vulnérables », s'inquiète-t-il.

Face à cette situation inquiétante, les organisations des Nations Unies présentes en République Centrafricaine, notamment l’Organisation Internationale pour la Migration et l’ONUSIDA s’impliquent davantage dans la lutte contre la Covid 19 et le VIH/SIDA pour éviter le pire dans les jours à venir parmi les personnes vivant avec le VIH.

Carlos Watou

Page 1 sur 6