RJDH-RCA - SOCIETE
SOCIETE

SOCIETE (127)

Une photo, largement partagée sur les réseaux sociaux depuis février, illustre des posts qui parlent de la Centrafrique. Pourtant la photo a été prise ailleurs, et illustre des articles au Niger et au Nigéria.

La photo a fait son apparition dans la web-sphère centrafricaine au moment des troubles qu’il y a eu à Bozoum le mois dernier.

Partagée plus de 138 fois et ayant engendré plus de 50 commentaires, à la rédaction de ce factcheck, dans le groupe « La Centrafrique dans une Afrique Prospère, Unie et Indépendante »

 

 La photo a aussi été partagée dans le groupe : « Google Centrafrique actualité » ou « Savoir sur l’histoire de la RCA » avec la légende :

« Plusieurs groupes armés sont signalés ces derniers jours sur les axes environnants de la ville de Bozoum, en allant vers Bangui, Bouar, Bossangoa, Paoua et Bocaranga. »

Une image illustrant plusieurs articles au Niger et au Nigéria

Notre rédaction a essayé de retrouver la photo sur internet grâce aux applications et sites de recherche inversée d’image. Ces permettent de voir où et quand une image a été publié sur internet.

Sur TinEye, nous n’avons pas pu retrouver l’historique de cette image, comme vous pouvez me voir sur cette capture d’écran où c’est écrit zéro résultat

Nous avons donc migré vers l’application mobile Image reverse, que l’on peut télécharger gratuitement sur Google Play.

L’image illustre plusieurs articles publiés par des médias nigérians. Le titre en anglais parle d’une femme de 70 qui dirigerait un groupe de chasseurs au Niger pour combattre des bandits.

Nous sommes remontés jusqu’en 2019 où la photo est encore utilisée par plusieurs médias anglophones.

Il ne fait donc aucun doute que cette image n’a pas été prise en 2020, moins encore en Centrafrique.

D’ailleurs le tag de localisation revenu dans toutes les recherches inversées avec cette image est : Niger.

 S/e Michael NDAMOYEN

 Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ?

Contactez notre rédaction au : +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contactez directement l’émission « Eke sioni sango » de la radio fréquence RJDH +236 72 27 95 20.

 

dimanche, 22 mars 2020 13:03 Écrit par Dans SOCIETE

Centrafrique : Méfiez-vous de ce faux communiqué sur le coronavirus attribué à l’Unicef

BANGUI, le 21 mars 2020 (RJDH)---Depuis 5 jours, une notice d’information sur le coronavirus, attribuée à Unicef, circule sur Internet. Certains médias en Centrafrique l’ont même repris et certaines ONG l’ont partagée dans une revue de presse. Ce document est un faux, Unicef n’en reconnaît pas la paternité, et pire, il contient plusieurs infox sur le covid-19 que notre rédaction va débusquer. Méfiez-vous en, car les conseils qui y sont donnés pourraient considérablement exposer le potentiel vital. La note porte des logo Unicef en haut, à droite et à gauche. Puis une signature Unicef, toute en majuscule, en bas à droite. Nos contacts au sein de cette Agence des Nations-Unies ont affirmé que ce document n’avait rien à voir avec cette institution onusienne. Un démenti formel devrait être publié prochainement par Unicef.

Voici certaines infox contenues dans cette notice :

 (a) Le virus ne fait pas 500 micros : la première infox sur cette note soutient que le virus fait 500 micros, supposant qu’il parle de la longueur de la chaine, donc micromètre, c’est une infox. Les revues scientifiques prouvent que le virus fait largement plus petit, 150 nanomètres. C’est un peu comme l’épaisseur d’un cheveu qu’on divise par 100.

(b) Le virus se transmet par voie aérienne : cette note dit pourtant le contraire. Il soutient que le virus ne se transmet pas dans l’air, mais plutôt au sol. Ce qui est ridiculement faux. Sinon, pourquoi on demanderait d’observer au moins un mètre de distance avec les personnes qui toussent ou qui sont malades ?

(c) Le virus meurt à 26-27°C, ceci est aussi faux : on dit dans la notice que le virus ne survit pas dans les zones chaudes. Ce qui n’est pas du tout vrai. Il fait actuellement 33° en Thaïlande, pourtant il y a plus de 411 cas dans ce pays. Le vendredi 20 mars 2020, 89 nouvelles infections ont été annoncées dans ce pays. Le virus cause de la fièvre aux malades d’ailleurs autour de 40°.

 (d) Faux, boire de l’eau chaude et s’exposer au soleil ne vous protège pas du covid-19 : cette dangereuse et fausse information est à éviter. Le virus se loge dans les voies respiratoires. Mais ce que nous buvons va dans le système digestif. Boire de l’eau chaude ne pourrait que bruler vos muqueuses intestinales et pas du tout le virus. Il est vrai que les ultraviolets tueraient le virus, mais la meilleure option est de se laver les mains avec du savon pour s’en débarrasser ou du gel hydro-alcoolisés pour le tuer.

(e) Faux, se gargariser avec de l’eau chaude et du sel ne vous protège pas. Cette note dit que cette action tue les amygdales (qui n’ont rien à voir avec le virus) et les empêcherait de fuir dans le poumon. Ceci est aussi ridiculement faux.

(f) Enfin, la note dit que le respect des instructions données suffirait à empêcher le virus. Faux, faux et faux. Rien dans cette notice ne mérite une quelconque attention, à part se laver les mains. Cet article de vérification sur ce fameux communiqué attribué à l’Unicef est paru aussi sur le site de Congo Check, qui a lancé son programme Fact-check Covid19.

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contactez notre rédaction au : +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contactez directement l’émission « Eke sioni sango » de la radio fréquence RJDH +236 72 27 95 20.

dimanche, 22 mars 2020 12:06 Écrit par Dans SOCIETE

Centrafrique : Les autorités de Bangui en concertation sur le dossier des enseignants vacataires en grève

BANGUI, le 28 février 2020 (RJDH) --- Le gouvernement centrafricain se penche sur le dossier des enseignants vacataires entrés en grève bientôt un mois. Une information confiée au RJDH par des sources proches du ministère de l’enseignement primaire.

Les enseignants vacataires sont entrés en grève depuis le 10 février dernier pour dénoncer la manière à laquelle l’intégration a été faite car, selon eux, tout a été fait sans le respect des promotions. Ce mouvement, faut-il le rappeler, a paralysé quelques lycées de la capitale centrafricaine.

Pour tenter de désamorcer cette grogne sociale, le gouvernement a ouvert des discussions la semaine dernière avec les grévistes mais, les grévistes ont maintenu leur position en prolongeant encore la grève pour 21 semaines.

Interrogé, le délégué du collectif des vacataires, a indiqué au RJDH que ce mouvement de grève sera poursuivi jusqu’à l’obtention de satisfaction. Face à la ligne dure adoptée par les vacataires, de sources ont indiqué que le président de la République a instruit le gouvernement à revoir la liste des intégrables au niveau du département de l’éducation nationale. « Au conseil des ministres la semaine dernière, le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement de se pencher encore sur cette question. La liste est en train d’être revue et sera publiée prochainement », nous indique un cadre au ministère de l’enseignement primaire et de l’éducation nationale.

Depuis le déclenchement de cette grève, les lycées de l’AENS, Martyrs, Gobongo et autres villes du pays évoluent dans les cours de manière décousue.

Nadège Kokada

vendredi, 28 février 2020 16:35 Écrit par Dans SOCIETE

Centrafrique : La promotion de l’éducation au centre de préoccupation des partenaires du gouvernement

BANGUI, le 15 février 2020 (RJDH) ---La promotion de l’éducation des enfants en Centrafrique préoccupe davantage le gouvernement centrafricain ainsi que les partenaires soutenant ce secteur. Pour en débattre, une conférence de presse conjointe est organisée ce samedi 15 février avec les partenaires du gouvernement dans le cadre de la promotion du système éducatif en Centrafrique, selon l’article 28 de la convention relative au droit à l’éducation de l’Enfant.

Les invités pour cette conférence de presse à Radio Ndeke-Luka ce samedi 15 février, sont le Représentant du Gouvernement, de l’Unicef, de l’ONG internationale, ECW et le HCR. D’une manière consensuelle, « l’éducation des enfants devrait faire l’objet de préoccupation de tous », comme l’a souligné la représentante de l’Unicef, avant de faire l’état de lieu des enfants récupérés des mains des groupes armés, « environ 500 enfants associés aux groupes armés ont été retirés. Des procédures d’urgence sont en cours pour leur réinsertion sociale », a-t-elle fait remarquer.   

La persistante crise et ses corolaires ont fragilisé le système éducatif des enfants en Centrafrique. Les ressources du gouvernement étant déstabilisées, les partenaires, dont l’Unicef, Education Can Not Wait, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), se sont engagés à unanimité pour relayer la promotion de l’éducation des enfants en Centrafrique.

Les droits à l’éducation doivent être assurés par le gouvernement et les partenaires nationaux et internationaux comme le stipule l’article 28. Le Représentant du HCR dans son volet d’appui au système éducatif a fait savoir que « des bâtiments scolaires de 12 salles de classes sont construits par le HCR, pouvant contenir environ 5 735 élèves. 61 enfants réfugiés, 175 enfants déplacés internes, sont les principales cibles de ce projet. L’éducation est qualifiée comme facteur de cohésion sociale entre les communautés, parce que cet établissement va regorger également les natifs de la préfecture du Haut-Mbomou », a fait savoir le représentant du HCR, M. Buti Kale.

A l’occasion de cette conférence de presse, les différents acteurs du système éducatif centrafricain ont réitéré leur appui au gouvernement dans le cadre de la promotion des enfants en situation difficile. L’éducation et la protection des enfants est une obligation du gouvernement et des institutions nationales et internationales, selon les article 28 et article 11 de la convention relative à l’éducation et à la lutte contre l’enrôlement des enfants.

Auguste Bati-Kalamet

vendredi, 21 février 2020 15:04 Écrit par Dans SOCIETE

RJDH - Eke Sioni Sango !

Centrafrique : Attention intox ! Cette image montrant des soldats armés n'a pas été prise en RCA