RJDH-RCA - ART/CULTURE
ART/CULTURE

ART/CULTURE (8)

Centrafrique : un jeu concours lancé pour dénicher les meilleurs écrivains centrafricains de l’année 2020

BANGUI, 17 Juillet 2020 (RJDH) --- L’Edition Oubangui avait lancé, du 15 juin au 08 septembre prochain, un jeu concours à l’endroit des écrivains centrafricains, dénommé : « Prix du président de la République pour l’écrivain(e) Centrafricain(e) ». Ce concours a pour objectif de sélectionner des livres écrits par des centrafricains candidats afin de choisir les meilleurs écrivains de l’année.

Ce concours permet de présenter les œuvres et faire découvrir les écrivains centrafricains aux institutions de la République et au public centrafricain.  Dieu Merci Sammy Zigbe, assistant manager à l’Edition Oubangui, a indiqué que ce concours vient à point nommé, « pour pouvoir attirer l’attention de la population y compris des institutions de la place sur l’effort que fournit l’écrivain dans le développement de notre pays. A partir du 31 Aout, cette période sera consacrée à l’évaluation de ces écrivains et le 08 septembre prochain sera la date de délibération ». 

Beaucoup d’œuvres centrafricaines sont méconnues par la population centrafricaine. Cela a commencé depuis les années 80, dit-il, « à travers nos ainés à savoir Pierre Sammy Mackfoy, Etienne Goyémide, Pierre Makambo Bambote et bien d’autres qui sont aujourd’hui méconnus du public centrafricain. Ce qui sera fait ce jour-là c’est quoi, l’Edition Oubangui va enregistrer tous les livres qui leur parviennent. Nous allons les soumettre au jury qui sélectionnera et nous allons remettre aux représentants des différentes institutions du pays et certains responsables des éditions à l’étranger afin d’apprécier trois meilleurs livres de l’année en RCA » poursuit- il.

Notons que ce jeu concours est lancé depuis le 15 juin et prendra fin le 08 septembre 2020. A l’issue de l’appréciation du jury, Il y aura la présentation des trois meilleurs écrivains de l’année 2020.

Jocelyne Nadège Kokada

vendredi, 17 juillet 2020 15:14 Écrit par Dans ART/CULTURE

Centrafrique : L’Union Européenne et les artistes lancent une caravane pour la riposte contre le coronavirus

BANGUI, 20 mai 2020 (RJDH)---Du 18 au 22 mai, l’Union Européenne et les artistes centrafricains entrent en campagne de sensibilisation à travers une caravane de sensibilisation à Bangui, Bimbo et Begoua pour la riposte contre le coronavirus.

Parmi les nombreuses activités que mène la Délégation de l'Union européenne en République Centrafricaine en riposte contre le Coronavirus, une nouvelle initiative voit le jour par l’organisation d’une caravane qui circulera 4 jours à compter du 18/05/2020 à Bangui, Bimbo et Begoua.

Cette initiative s’inscrit dans la continuité de celle menée en appui au Collectif 236, constitué de jeunes artistes centrafricains, qui a composé la chanson COVID 19 TIRI-TI-I-LA, « c’est notre combat », accompagnée d'un clip musical, pour sensibiliser les populations centrafricaines et particulièrement les jeunes (70% de la population), avec l’appui de l’Union européenne et la direction artistique de l’Alliance Française de Bangui (AFB) ».

Placée sous la supervision directe du Directeur de l’AFB, Olivier Colin, cette caravane sera menée par 5 artistes du Collectif 236 qui seront positionnés sur un car podium customisé avec le message de la campagne Covid-19 TIRI TI I LA sur des banderoles.

Durant les tournées, les artistes délivreront des messages de prévention (le car podium sera équipé d’un système d’amplification, d’une console DJ et de 5 micros HF) et distribueront plus de 20 000 flyers de 9h à 15h sur les communes de Bimbo et Bangui.

Ce sera un moment parfait pour faire la promotion de la Chanson « TIRI TI I LA » qui tournera en boucle. « Les artistes seront vigilants à ne pas provoquer d’attroupements, et c’est la raison pour laquelle le véhicule ne stationnera pas durant la tournée », précise l’UE en Centrafrique.

Les membres du Collectif 236 peuvent être fiers d’être autant impliqués dans cette campagne de communication sur les gestes barrières et la solidarité pour faire face à cette pandémie.

La Délégation de l’Union européenne les en félicite et les encourage vivement à poursuivre toute action dans cet esprit de fraternité !

RJDH

mercredi, 20 mai 2020 15:45 Écrit par Dans ART/CULTURE

Centrafrique : Plateforme Mozoko: “ Parlons autrement de la Centrafrique ”

TOURS, le 07 février 2020 (RJDH)---“Connecter le monde par la culture et aussi permettre aux Centrafricains de rester connecter à leurs musiques et leurs cultures” grâce à la plateforme musicale, “Mozoko. Telle est la grande ambition de l’étudiant Centrafricain, Clairvie-Edouard Yetikoua, entrepreneur à l’Institut Polytechnique de Tours (France), initiateur de cette plateforme.

“Mozoko” (Musique en sango), est le nom de la plateforme (site web et application web) créée par Clairvie-Edouard Yetikoua pour diffuser et promouvoir la musique ainsi que les artistes centrafricains absents sur les plateformes occidentales. Cette application constituera un réseau pour les artistes qui auront là une opportunité de vivre de leur art.

Une raillerie qui suscite motivation 

L’origine de son imagination est née d’une mauvaise blague d’un collègue de classe surnommé qui a une idée stéréotype de la République Centrafricaine, a regretté Clairvie-Edouard Yetikoua. Alors, dans cette blague entre étudiant, « mon collègue m’a fait la remarque que la musique centrafricaine n’est pas assez représentée sur des plateformes. Il m'a demandé de lui faire découvrir les musiques de mon terroir ». Bien qu’il existe une centaine de titres centrafricains sur You tube, « j’étais confus par la difficulté de trouver un répertoire de la musique centrafricaine en ligne », a reconnu l’ingénieur, surnommé Edouardo. « J'ai alors eu cette forte motivation en tant qu’ingénieur de créer une plateforme qui peut répertorier les musiques centrafricaines », a-t-il justifié.

Ainsi, d’une simple imagination, elle est devenue « mon projet universitaire de fin d’études ». Pour réaliser son dessein qui lui a déjà coûté 1500 euros, le promoteur de “Mozoko” bénéficie du coaching de l’Université de Tours pour le modèle économique. 

L’engouement pour l’application Mozoko :

Déjà, 45 artistes se sont inscrits sur la plateforme qui diffuse pour l’instant en audio et 100% gratuit. Sa mise en ligne en 2017 comme période de test a drainé au moins 200 visiteurs par jours. 

Suite à cet engouement, déjà, une entreprise de développement informatique et artistique a décidé d’accompagner Mozoko. Edouardo compte lancer cette entreprise en 2021 pour occuper les jeunes et contribuer à la réduction du chômage.  Les playlists de “Mozoko” sont diverses. Ils vous feront découvrir de nouvelles mélodies centrafricaines qui animeront des soirées folles dans les grandes boites.  

Fridolin Ngoulou/Brice Ledoux Saramalet

 

vendredi, 07 février 2020 15:01 Écrit par Dans ART/CULTURE

Centrafrique : Plateforme Mozoko: “ Parlons autrement de la Centrafrique ”

TOURS, le 07 février 2020 (RJDH)---“Connecter le monde par la culture et aussi permettre aux Centrafricains de rester connecter à leurs musiques et leurs cultures” grâce à la plateforme musicale, “Mozoko. Telle est la grande ambition de l’étudiant Centrafricain, Clairvie-Edouard Yetikoua, entrepreneur à l’Institut Polytechnique de Tours (France), initiateur de cette plateforme.

“Mozoko” (Musique en sango), est le nom de la plateforme (site web et application web) créée par Clairvie-Edouard Yetikoua pour diffuser et promouvoir la musique ainsi que les artistes centrafricains absents sur les plateformes occidentales. Cette application constituera un réseau pour les artistes qui auront là une opportunité de vivre de leur art.

Une raillerie qui suscite motivation 

L’origine de son imagination est née d’une mauvaise blague d’un collègue de classe surnommé qui a une idée stéréotype de la République Centrafricaine, a regretté Clairvie-Edouard Yetikoua. Alors, dans cette blague entre étudiant, « mon collègue m’a fait la remarque que la musique centrafricaine n’est pas assez représentée sur des plateformes. Il m'a demandé de lui faire découvrir les musiques de mon terroir ». Bien qu’il existe une centaine de titres centrafricains sur You tube, « j’étais confus par la difficulté de trouver un répertoire de la musique centrafricaine en ligne », a reconnu l’ingénieur, surnommé Edouardo. « J'ai alors eu cette forte motivation en tant qu’ingénieur de créer une plateforme qui peut répertorier les musiques centrafricaines », a-t-il justifié.

Ainsi, d’une simple imagination, elle est devenue « mon projet universitaire de fin d’études ». Pour réaliser son dessein qui lui a déjà coûté 1500 euros, le promoteur de “Mozoko” bénéficie du coaching de l’Université de Tours pour le modèle économique. 

L’engouement pour l’application Mozoko :

Déjà, 45 artistes se sont inscrits sur la plateforme qui diffuse pour l’instant en audio et 100% gratuit. Sa mise en ligne en 2017 comme période de test a drainé au moins 200 visiteurs par jours. 

Suite à cet engouement, déjà, une entreprise de développement informatique et artistique a décidé d’accompagner Mozoko. Edouardo compte lancer cette entreprise en 2021 pour occuper les jeunes et contribuer à la réduction du chômage.  Les playlists de “Mozoko” sont diverses. Ils vous feront découvrir de nouvelles mélodies centrafricaines qui animeront des soirées folles dans les grandes boites.  

Fridolin Ngoulou/Brice Ledoux Saramalet

 

vendredi, 07 février 2020 15:01 Écrit par Dans ART/CULTURE

Centrafrique : Malabar Spiral, l’artiste du peuple, en tournée en France

LYON, le 21 janvier 2020 (RJDH)---L’artiste Euloge Paterne Malabi-Tchesseou alias « Malabar Spiral » a entamé depuis le 4 janvier en France une série de concert de présentation de ses titres. Il compte par ces concerts valoriser la musique centrafricaine mais aussi transmettre à la jeunesse un message d’espoir pour l’avenir de son pays.

Considéré aujourd’hui comme étant l’une des étoiles montantes de l’afrobeat centrafricain, Malabar Spiral est en tournée musicale à l’hexagone à la rencontre des centrafricains dans cette partie du continent européen. Il a donné ce samedi 18 janvier 2020 un concert à Lyon en présence de plusieurs artistes et musiciens Centrafricains de la France et de la Belgique. Accompagné des voix féminines d’Idylle Mamba, de Winnie Massanga, celles des doyens du Formidable Musiki, du jeune Claudio Ngoïta, du groupe Enigmatik, Malabar Spiral a bénéficié d’un style chorégraphique de Steve Mav, un autre chanteur Centrafricain mais également chorégraphe résidant à Bruxelles en Belgique.

Avec les titres comme « Retard » ou encore « Verdict de l’amour », « I calculé ala apê », « Chemin de réussite », ces chansons relatent le quotidien de la vie, et illustrent les réalités de la société africaine. Il exhorte au courage pour un lendemain meilleur. Son charisme motive les jeunes de sa génération sur le chemin de la réussite. Il dénonce les inégalités de la société afin d’éveiller les consciences vers un changement de mentalité.

Sonorités rythmiques, mélodies suaves, paroles pleines de bon sens moral, son titre, « Chemin de réussite » va lui valoir une nomination dans la catégorie « Meilleur artiste centrafricain » de l’année 2017 à Tongolo Award qui récompense les talents centrafricains. Cette même année, il recevra le prix du meilleur artiste africain à la journée internationale de la musique à Oujda (Maroc).

Malabar Spiral imprime le style « Monteng Beat », un mélange de l’afro beat avec le rythme Montenguene une danse traditionnelle de la Lobaye.

Cette sortie en France reste un grand espoir pour se faire connaitre et contribuer à changer les mentalités. « La réussite est le fruit de sacrifices. Ma mission est de changer les mentalités par la musique et valoriser mon pays aux yeux du monde entier », a-t-il déclaré.

En parallèle de sa carrière musicale, cet artiste de 26 ans poursuit toujours ses études de médecine (5e année) avec lequel il faut souvent composer pour ses déplacements, comme celui de France où il passera trois mois pour la cause de la musique.

Ce grand rendez-vous de Lyon vient respectivement après celui de Rennes le 04 janvier 2020, Paris. Le 14 février, il sera à Bordeaux, probablement un autre à Orléans le 15 février, celui de Toulouse le 22 février avant de clôturer le 7 mars à Paris. 

Cette tournée marquée par l’encouragement et le soutien de ses ainés comme BB Matou, Idylle Mamba ou encore Bibi Tanga a été organisée par l’Association RJC et Sewa Organisation représentées par Axel et Cherubin Le Corre sans compter l’appui administratif du Ministère Centrafricain de la Culture en collaboration avec Peggy Mbassinga.

Fridolin Ngoulou

 

mardi, 21 janvier 2020 14:40 Écrit par Dans ART/CULTURE

Centrafrique : Bangui abritera en février la 3e édition de Festival du Rire

BANGUI, le 08 janvier 2020 (RJDH)--- « La paix en Afrique centrale », c’est la thématique autour de laquelle s’organisera la troisième édition du festival « Bangui rire » prévue du 28 février au 1er mars 2020. Cette édition verra la participation de cinq (5) humoristes internationaux. Cependant, l’organisation de ce grand festival souffre de difficulté de mobilisation financière. C’est ce qui est assorti d’un point de presse tenu ce mardi 7 janvier 2020 à Bangui.

C’est dans un point de presse tenu par Yvon Cyrille Gone Alias Docteur Mandjéké, le directeur du festival Bangui Rire ce mardi 07 janvier 2020 que l’annonce de la troisième édition du festival Bangui Rire, du 28 Février au 1er Mars 2020 a été faite. Le thème retenu pour cette troisième édition est : « la paix en Afrique Centrale ».

« Le festival Bangui Rire œuvre pour la promotion du théâtre en général et de l’humour, en particulier, en Afrique et dans le monde entier. Il s’agit d’utiliser le rire comme remèdes aux maux qui gangrène les pays en guerre et en mal de développement », a fait savoir Docteur Mandjeke.

De poursuivre, il estime que les artistes peuvent contribuer à l’éducation de la population à travers un genre théâtre. C’est aussi une occasion d’offrir aux artistes professionnels invités et aux artistes locaux une occasion d’échanges professionnels, favoriser une rééducation sociale et faire de l’humour un vecteur du tourisme en Centrafrique, tels sont les objectifs poursuivis par le festival Bangui Rire, selon le directeur.

Toutefois, Docteur Mandjeke a indiqué  que « l’organisation de ce grand festival souffre encore de la mobilisation financière. Seul un compatriote Centrafricain accepté de parrainer cette édition en prenant déjà en charge les dépenses essentielles liées au transport international des artistes invités », a-t-il lancé un vibrant appel aux personnes de bonne volonté de se mobiliser afin de soutenir la culture en République Centrafricaine.

Le succès de la deuxième édition qui n’avait eu que la participation d’un seul Humoriste international, béninois de nationalité, a permis d’accueillir pour cette troisième édition cinq (5) Humoristes et une compagnie internationaux dont, entre autres, Adama Dahico (Côte d’ivoire), Zebal Traoré (Guinée Conakry), Cerveau Magique (Congo Brazza), Juste Parfait (Congo Brazza), Karte Sim (Tchad) Et Les Senateurs (Cameroun).

 

Thierry Saramandji

mercredi, 08 janvier 2020 16:16 Écrit par Dans ART/CULTURE

BANGUI,  le 11 septembre 2019 (RJDH) ----L’association les « Frères Centrafricains » de l’école foot pour la paix d’Anatole Kouet lancera un grand concours culturel des jeunes talents de la musique centrafricaine. Ce concours est placé sous le signe du vivre ensemble et de la cohésion sociale vise à promouvoir l’émergence des jeunes talents.

Le lancement de cette activité culturelle a été annoncé ce mardi 10 septembre à Bangui par le coordonnateur Fernand Kaine de cette association afin de favoriser l’émergence des artistes musiciens centrafricains et de renforcer la cohésion sociale ainsi que le vivre ensemble.

« Nous sommes réunis ici pour lancer le concours dénommé « Génération 3000 » qui a pour thème, la cohésion sociale et le vivre ensemble. L’association travaille beaucoup plus dans le domaine de la cohésion sociale. Depuis la crise en RCA. Donc, il est important pour nous de travailler dans ce sens pour le retour de la paix dans le pays», a déclaré.

Des jeunes de huit à 18 ans sont les potentiels candidats de ce concours et chaque candidat doit proposer une chanson en français ou sango. Les inscriptions se font dans les maisons des jeunes de chaque arrondissement de Bangui.

Ce concours est prévu pour le samedi 21 septembre prochain à l’hémicycle des Affaires étrangères à partir de 15h. Les candidats vont réaliser de clips vidéos et des productions.

mercredi, 11 septembre 2019 10:35 Écrit par Dans ART/CULTURE

BANGUI,  le 11 septembre 2019 (RJDH) ----L’association les « Frères Centrafricains » de l’école foot pour la paix d’Anatole Kouet lancera un grand concours culturel des jeunes talents de la musique centrafricaine. Ce concours est placé sous le signe du vivre ensemble et de la cohésion sociale vise à promouvoir l’émergence des jeunes talents.

Le lancement de cette activité culturelle a été annoncé ce mardi 10 septembre à Bangui par le coordonnateur Fernand Kaine de cette association afin de favoriser l’émergence des artistes musiciens centrafricains et de renforcer la cohésion sociale ainsi que le vivre ensemble.

« Nous sommes réunis ici pour lancer le concours dénommé « Génération 3000 » qui a pour thème, la cohésion sociale et le vivre ensemble. L’association travaille beaucoup plus dans le domaine de la cohésion sociale. Depuis la crise en RCA. Donc, il est important pour nous de travailler dans ce sens pour le retour de la paix dans le pays», a déclaré.

Des jeunes de huit à 18 ans sont les potentiels candidats de ce concours et chaque candidat doit proposer une chanson en français ou sango. Les inscriptions se font dans les maisons des jeunes de chaque arrondissement de Bangui.

Ce concours est prévu pour le samedi 21 septembre prochain à l’hémicycle des Affaires étrangères à partir de 15h. Les candidats vont réaliser de clips vidéos et des productions.

mercredi, 11 septembre 2019 10:35 Écrit par Dans ART/CULTURE