RJDH-RCA - DDRR
DDRR

DDRR (17)

Centrafrique : La jeunesse pionnière nationale signe un accord de partenariat avec FSD

BANGUI, le 27 janvier 2020 (RJDH)---Un accord de partenariat a été signé vendredi 24 janvier entre le Haut-Commissariat de la Jeunesse Pionnière Nationale et la Fondation Suisse de Déminage (FSD), pour l’emploi de jeunes pionniers dans le processus de la réhabilitation d’une partie du camp Leclerc à Bouar.

C’est un projet de l’Union Européenne pour la réhabilitation du camp militaire de Bouar, un camp qui accueille les Forces Armées Centrafricaines (FACA) et leurs familles. Le Haut-commissariat à la Présidence de la Jeunesse Pionnière Nationale et la Fondation Suisse de Déminage (FSD) ont signé vendredi dernier un accord de partenariat pouvant permettre le recrutement des jeunes formés par la JPN afin d’appuyer le génie militaire choisi pour l’exécution de ce projet.

Jean-Louis Delaite, chef du programme en charge des projets de l’Union Européenne à FSD, soutien à la mise en œuvre du concept de garnison au profit des armées centrafricaines, place la signature de cet accord dans le cadre d’appui aux entreprises locales et de soutenir les jeunes formés par la JPN.

« Dans le cadre des travaux menés par l’Union Européenne à travers la Fondation Suisse de Déminage sur le camp Leclerc à Bouar, la FSD a recherché de partenaires pour mettre en œuvre ces réhabilitations. Ces partenaires se sont appuyés sur les entreprises locales, mais aussi des ONG locales. Et le ministre et moi, nous avons étudié la possibilité d’associer la Jeunesse Pionnière Nationale dans la réalisation de ces travaux, de façon à permettre qu’à l’issue de leur formation d’exercer dans les spécialités dans lesquelles ils ont été formés et de bien exercer leur talent », a-t-il justifié.

Armel Ningatouloum-Sayo, ministre Haut-commissaire de la Jeunesse Pionnière Nationale, se dit satisfait de cet accord de partenariat avec la FSD soutenue par l’Union Européenne. « D’après les projets du gouvernement sur la politique de décentralisation, des actions se réalisent peu à peu, d’où la signature aujourd’hui de cet accord. Nous saluons la collaboration de l’union européenne avec ces projets à travers la Fondation Suisse de Déminage pour la réhabilitation du camp Leclerc à Bouar et aussi de venir auprès du ministère du haut-commissariat de jeunesse pionnière nationale, de mettre à leur disposition les jeunes pionniers pour la réalisation ces travaux », s’est réjoui le Haut-Commissaire.

Ce projet de réhabilitation du camp Leclerc prendra fin au mois d’avril prochain. L’Union Européenne en partenariat avec le Haut-Commissaire de la Jeunesse Pionnière Nationale veut associer systématiquement la jeunesse pionnière dans ce processus afin de mettre en pratique ce qu’ils ont appris au cours de leur formation.

Edgard Piozza

 

lundi, 27 janvier 2020 16:09 Écrit par Dans DDRR

Centrafrique : Poursuite à Paoua des opérations d’identification des ex combattants pour leur réintégration dans les communautés

PAOUA, le 13 Novembre 2019(RJDH)----Dans son projet de réintégration des ex combattants dans leur communauté respective, plus de 50 éléments ont été recensés à l’issue des opérations de profilage lancées par l’Organisation Internationale de Migration. Les activités ont été lancées depuis le 04 novembre dernier et se poursuivre dans la ville.

Les opérations ont commencé dans les périphériques de Paoua au nord-ouest du pays. Plus de 50 ex combattants ont été déjà démobilisés à quelques jours du lancement du processus qui s’inscrit dans le cadre du DDRR en Centrafrique. L’Assistant à l’OIM Mahamat Bilamou, a précisé l’objectif  de cette opération est de mettre en place les programmes de réintégration de ces éléments dans leur communauté respective, « c’est depuis le 4 novembre dernier que nous avons mis sur pied, les programmes des opérations de profilage dans le nord et le sud de Paoua dans l’Ouham Pende. L’objectif de cette opération est de favoriser l’insertion des ex-combattants dans leur communauté initiale », a expliqué l’Assistant à l’OIM. 

Après ce travail de profilage, il précise que les prochaines étapes consistent à fournir de l’emploi aux démobilisés, « nous venons de finir le peaufinage avec ces ex-combattants tout en distribuant le badge à chaque élément. La seconde phase de ce projet est de recruter ces derniers à travailler pour la construction ou la réhabilitation des infrastructures dans les régions. Ce projet va toucher une partie des ex-combattants de la ville de Bozoum », ajoute-il.

Ces éléments visés par le programme sont issus des groupes armés notamment la RJ Sayo et RJ Bélénga.

mercredi, 13 novembre 2019 14:41 Écrit par Dans DDRR

BANGUI, 29 Août 2019 (RJDH) --- Le défi de la restructuration et modernisation de l’armée centrafricaine passe aujourd’hui de l’armée de garnison en armée de qualification avec en toile de fond, l’informatisation des données militaires.  Quelques sous-officiers et hommes de rangs ont été sélectionnés pour ce nouvel élan dans le cadre de la reconstruction de l’armée.

La reconstruction des forces de défense est aujourd’hui l’étape la plus importante, qui consiste à passer de l’armée de garnison à une autre capable de manœuvrer, d’anticiper et à réagir. C’est dans cet ordre d’idée que la mission militaire européenne (EUTM) s’est déployée depuis 2016 aux côtés du gouvernement centrafricain pour renforcer les capacités opérationnelles des FACA.

L’entrainement des FACA s’articule aujourd’hui autour des techniques de combat au système des données informatiques. Le lieutenant Abib Séréwane, chef de corps information au centre de formation militaire du Camp Kassaï, évoque l’importance de l’information dans le système de défense, « de nos jours l’informatique est d’une importance capitale. Notre système de défense aujourd’hui passe des données analogiques aux données numériques informatisées », dit-il.

Les sous-officiers et hommes de rang choisis pour suivre cette formation de trois mois seront la plaque tournante de cette armée voulue moderne par les autorités centrafricaines, répondant ainsi au plan national de défense. Cette initiation est prévue pour trois mois et sera sanctionnée d’un certificat aux participants des différents corps des forces de défense nationales, « des certificats seront remis aux militaires après leur formation. Nous sommes rassurés qu’ils sont dynamiques et seront déployés dans les différents corps respectifs », a rassuré le lieutenant.

Le plan national de défense a été validé par le Président de la République en 2018, un document de base pouvant permettre la modernisation de l’armée nationale. La mise en œuvre de ce plan se concrétise progressivement avec l’appui de l’EUTM et d’autres partenaires de la RCA.

jeudi, 29 août 2019 13:36 Écrit par Dans DDRR
Page 2 sur 2