RJDH-RCA - SANTE
SANTE

SANTE (81)

Centrafrique : révision du plan de communication de lutte contre la Covid-19

BANGUI, 10 août 2020 (RJDH) --Le plan de communication et d'engagement commentaire pour la lutte contre la Covid-19 est en phase de révision pour se conformer aux nouvelles cibles et à l'évolution de la pandémie. Un atelier a réuni les acteurs du 06 au 07 juillet 2020 à Bangui, organisé par le ministère de la santé avec l'appui de l'Unicef et de l'OMS.

L'évolution de la pandémie de la Covid-19 a contraint les acteurs à réajuster leurs messages et les principales cibles, dans un contexte où le pays adopte la stratégie de la surveillance à base communautaire. La Centrafrique, à l'heure actuelle s’appuie sur les médias, les relais et groupes communautaires pour vulgariser les bonnes pratiques de lutte contre cette pandémie.

Le ministre de la santé, Dr Pierre Somse trouve nécessaire la révision de ce plan, qui doit désormais se baser sur la vision globale qui consiste à limiter la propagation et à limiter la mortalité. Ces piliers de la lutte actuelle en Centrafrique doivent ressortir dans le plan en révision.

La Centrafrique est passée de la phase invisible ou silencieuse de l'épidémie à la deuxième phase, notamment celle de multiplication du nombre des cas et de décès. Selon le ministre de la santé, « La Centrafrique se trouve actuellement à la phase 2 de l'épidémie où la transmission locale s'est implantée plus que les cas importés. C'est pourquoi, la communication devra être orientée vers les groupes vulnérables et les personnes porteuses de comorbidité».

La troisième phase selon le membre du gouvernement, est celle où le décès devient important avec des impacts au niveau social et économique. La dernière phase présente des conséquences néfastes sur le plan économique, sociale avec des risques de dysfonctionnement.

En effet, le premier plan de communication s'était focalisé sur la compréhension de cette pandémie, ses modes de transmissions et de préventions. Le nouveau plan avec la dimension communautaire tient compte de la détection et notification précoce, le monitoring des gestes barrières, l'investigation des cas suspects, le prélèvement des échantillons, le suivi des cas simples et modérés, le référencement des cas graves, le suivi des contacts, la recherche des enfants et femmes enceintes non vaccinés, la collecte des informations et la retro-alimentation du système.

La première expérience de cette approche dans le 3e arrondissement de Bangui présente plusieurs avantages et sa duplication dans les zones rurales nécessitera une réorganisation en fonction des particularités dans ces zones.

Le plan en révision devra aussi intensifier la communication sur le port des masques, qui est le pivot de toute la lutte mais aussi renforcer la résilience. Mais, elle tient aussi compte de l'accès à l'information de la population sur tout le territoire national.

Fridolin Ngoulou

lundi, 10 août 2020 14:02 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : Plus de 7 mille personnes sur 10 mille sont sous ARV selon le RECAPEV

BANGUI 27 juillet 2020(RJDH)--- En République Centrafricaine, les personnes sous ARV ont atteint un effectif d’environ sept mille. Ces données sont publiées le 24 juillet dernier à l’occasion de la célébration de la journée internationale en la mémoire des personnes décédées de la maladie du VIH/SIDA.

L’objectif de la célébration est de  réaffirmer l’accès aux services de prise en charge de qualité dans tous les centres de santé et hôpitaux de la RCA. Ceci pour permettre de réduire le taux de décès lié au VIH SIDA dans le pays.

Sept mille trente-deux personnes sur cent dix mille patients vivant avec le VIH SIDA, sont sous traitements antirétroviraux en République Centrafricaine.

Bienvenu Gazalima, coordonnateur national de RECAPEV parle d’un problème crucial en termes de prise en charge face à la pandémie de Covid_19,  « c’est un problème très crucial pour la prise en charge et la Covid-19 qui vient s’ajouter à la pandémie du VIH SIDA. Aujourd’hui, ceux qui vivent avec le  VIH/SIDA, sont exposés à toutes les maladies. La majorité des personnes qui sont décédées de Covid-19, parmi elles, on compte celles qui vivent avec le VIH SIDA parce qu’elles n’ont pas accès aux traitements contre les infections opportunistes, à la mesure préventive c’est un souci aujourd’hui avec les personnes vivant avec le VIH SIDA », a-t-il décrié.

Il interpelle les partenaires de la santé à tourner leur regard sur ces personnes en cette période de Covid-19, « j’exhorte le personnel soignant à respecter le serment. La majorité des personnes vivant avec le VIH SIDA sont mal traitées. Il faut qu’ils pensent à leurs frères centrafricains qui souffrent, qui sont à la maison qui ne bénéficient d’aucun traitement opportuniste ».

Les conditions des personnes vivant avec le VIH/SIDA sont très critiques en République Centrafricaine avec l’arrivée de la pandémie de Coronavirus. Cette situation a été décriée plusieurs fois par des partenaires et les personnes vivant avec le VIH. 

Sandra Belly.

lundi, 27 juillet 2020 16:46 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : Le centre de santé de Nzacko dans le Mbomou en rupture de produits pharmaceutiques

Nzacko 23 juillet 2020(RJDH) --- La ville de Nzacko dans la préfecture du Mbomou située à l’Est du pays, fait face à une rupture de médicaments depuis trois semaines. Une situation qui vient s’ajouter à une longue liste de difficultés que rencontre le centre de santé de Nzacko au rang desquelles, le manque de personnel qualifié et l’insuffisance de matériels de soins et de prise en charge des patients.

Le centre de santé de Nzacko se trouve dans une difficulté énorme. Il ne dispose que de deux chambres d’hospitalisation, pour six lits. A cela s’ajoute, l’absence de maternité et de pédiatrie. L’unique salle d’accouchement  sert aussi pour de soins. Les patients hospitalisés passent la journée presque à même le sol.

Depuis le déclenchement de la crise en juin 2017, les enfants de 0 à 5ans de Nzacko ont reçu une seule fois les vaccins en provenance de Bria grâce à l’appui de l’ONG MSF France en décembre 2019,  et en quantité insuffisante, vu le nombre élevé des enfants, sans évoquer les nouveaux nés qui n’ont pas de moustiquaire.

Le maire de la ville de Nzacko, Adjia Kaltouma demande au gouvernement ainsi que les acteurs humanitaires  de venir en aide à la population de Nzacko.

Jean Marie Anibikoumba

jeudi, 23 juillet 2020 15:16 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : Une dizaine d’anesthésistes initiés à l’utilisation des appareils respiratoires contre la Covid_19

BANGUI, 21 Juillet 2020 (RJDH) --- Une dizaine d’anesthésistes ont été formés sur l’utilisation des 26 nouveaux appareils respiratoires, destinés pour la prise en charge des malades de Covid_19 dont les cas sont compliqués. La formation a eu lieu ce lundi 20 juillet et est organisée par le ministère de la Santé et de la population.

Le constat révèle que bon nombre de décès des patients de Covid-19 est lié au manque de matériels respiratoires appropriés. A cela s’ajoute le manque de personnels qualifiés pour la manipulation de ces outils. C’est dans ce contexte que le ministère de la santé et de la population a formulé des besoins aux partenaires pour l’octroi des 26 nouveaux appareils respiratoires sur les deux disponibles depuis le début de la pandémie.

La prise en charge des patients de la Covid-19 nécessite des ressources humaines qualifiées, indique Dr Boniface Kainy, « 15 techniciens supérieurs en anesthésie sont en train d’être outillés sur l’utilisation des 26 appareils d’oxygène, qui sont d’une importance primordiale. Ces appareils sont arrivés et il va falloir former les spécialistes dans le domaine afin de mieux les manipuler », a fait savoir Docteur Kainy Boniface Ngbon-Kassa, médecin anesthésiste réanimateur au département de la santé.

 « Une femme a trouvé la mort en ma présence parce qu’il manquait un appareil d’oxygène. J’ai eu peur parce que je pourrais subir le même sort. Tous les cas graves décèdent dans un tableau de détresse respiratoire, c’est-à-dire une détresse vitale », ajoute-il.

Seuls les centres hospitaliers de la ville de Bangui bénéficieront de ces 26 appareils respiratoires. Son importance est de redonner un souffle de vie à travers ces machines. 

Auguste Bati-Kalamet.

mardi, 21 juillet 2020 15:19 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : la diaspora centrafricaine des USA appuie à la maternité « Wali ti Emma »

BANGUI, 15 juillet 2020 (RJDH) --- La maternité « Wali ti Emma » située dans la commune de Bimbo-3 a reçu ce 14 juillet 2020 des kits pour la lutte contre la Covid 19 et des médicaments à hauteur de 1000 dollars US. Un don de l’association US SEWA visant à aider cette maternité qui dessert toute la population de Bimbo-3.

La maternité « Wali ti Emma » dans la commune de Bimbo 3 est dépourvue des moyens pour lutter contre la propagation de Coronavirus et à prendre en charge convenablement les enfants et les femmes enceintes. Cette faiblesse se justifie par l’acte de vandalisme qu’a subi ce centre hospitalier pendant la dernière crise militaro-politique.

Pour Innocent Ngombé représentant d’US Séwa, ce modeste geste est la contribution des fils et filles du pays, soucieux de contribuer au développement de leur pays : « Le bureau exécutif de la diaspora centrafricaine, réunie au sein de l’association US SEWA, a décidé d’apporter sa modeste contribution d’un montant d'environ 500 000 FCFA à la maternité Wali ti Emma dans la commune de Bimbo-3. Ce don est composé des kits anti Covid 19 tels que, des seaux pour les lavages des mains, des cartons de savons, de gels hydro-alcoolique et des produits pharmaceutiques et deux lampadaires à énergie solaire… Cela témoigne de notre solidarité envers notre patrie qui en train de traverser un moment difficile lié à la crise sanitaire de portée mondiale qui est la Covid 19. » 

Nicole Namngbei, responsable de ladite maternité, se sent soulager de ce don, « C’est avec beaucoup de joie que nous recevons ces kits de lutte contre la pandémie de la Covid19. Depuis les évènements que traverse notre pays, le centre de santé dont j’ai la charge traverse une difficulté surtout sur le plan logistique à lutter contre cette pandémie et à prendre en charge les enfants et les femmes enceintes. J’invite certains compatriotes de bonne volonté à suivre l’exemple de nos frères et sœurs d’US SEWA. »

La maternité Wali tî Emma, dans la commune de Bimbo 3, accueille entre 40 à 60 femmes par mois pour les accouchements en dépit de sérieux problèmes de fonctionnement à cause du sous-effectif du personnel soignant, d’un côté, et du manque d’équipements adéquats afin de répondre aux attentes de ses patients de l’autre.

Carlos Watou

jeudi, 16 juillet 2020 06:20 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : le ministère de la santé envisage la prise en charge des malades de Covid-19

BANGUI, 13 Juillet 2020 (RJDH) --- Le ministère de la Santé Publique et de la population en collaboration avec la Croix Rouge Française, a renforcé les capacités des agents de santé pour la prise en charge psychosociale des malades du Covid-19 pendant la période de confinement. Cette nouvelle méthode a été annoncée ce vendredi 10 juillet à la région sanitaire n°7 à Bangui.

Le ministère de la santé et de la population a constaté des cas d’aggravation de situation chez les personnes atteintes de Covid-19 à Bangui et les périphéries. Le manque de suivi et la prise en charge psychologique sont les raisons de certains cas de mortalité. C’est dans ce contexte que le département de la santé en collaboration avec la Croix Rouge Française, a mis en place une nouvelle méthode de suivi des malades de Covid-19.

Pour qu’il y ait efficacité dans l’application de ces nouvelles approches, il est important de renforcer les capacités des agents de santé des secteurs Bangui 2 et 4 avec ces techniques, « l’accent a été mis sur le dépistage, la prise en charge médicale. La prise en charge psychosociale reste un problème », a souligné Prosper Ngbo-Dibéré, chef secteur de Bangui 3 au ministère de la santé publique.

Ces nouvelles approches qui ont été mises en place, « permettront aux agents de santé d’être initiés. Cette approche fait partie du programme du ministère de la santé. Certains malades se sont donnés volontairement la mort par manque d’appui.  L’entretien avec les malades confinés s’effectue d’une manière confidentielle, qu’ils comprennent que la maladie de la Covid-19 est une maladie curative, comme toutes les autres maladies et non une fatalité », a défini le chef secteur de Bangui 3.

Cette formation des agents de santé va s’étendre progressivement à l’intérieur du pays.

Auguste Bati-Kalamet

lundi, 13 juillet 2020 16:44 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : face à la pandémie du Corona Virus, les leaders communautaires de la commune de Ngotto s’inquiètent

BANGUI, 10 juillet 2020 (RJDH) --- Dans la commune de Ngotto, au nord de la Lobaye, l’on note une faible sensibilisation de la population sur les mesures barrières, a relevé le curé de la commune dans une interview accordée au RJDH la semaine dernière.

« Les dispositifs d’hygiène et de protection sont quasi-inexistants. Les gens s’entremêlent dans le marché, les débits de boissons locales et autres lieux de distractions », constate le curé de la paroisse Sainte Famille de Ngotto, abbé Antarez Madogbanga qui s’en alarme comme bon nombre de ses pairs leaders de la localité. « C’est une pandémie, donc, Ngotto n’est pas épargnée. On ne fait pas de dépistage, il n’y a pas grandes choses par rapport à la sensibilisation dans cette localité. Je suis étonné. On devait utiliser toutes les structures de la place. Parce que beaucoup sont ignorants de cette pandémie », note le prélat.

Cette situation pousse les gens à encore douter. « Dans les marchés, les lieux de distraction, les gens s’entremêlent. Il y a beaucoup de doutes. Pour les uns, cela n’existe pas, c’est la maladie des blancs, pour les autres, ils ne sentent pas concernés car Ngotto est loin de Bangui » a-t-il poursuivi.

Pour y apporter une réponse, la Caritas paroissiale de Ngotto avec l’appui de Caritas internationale a organisé pour cela une séance de sensibilisation à l’endroit des autorités locales et des différents leaders communautaires. « On a présenté cette pandémie, ses modes de transmissions, les mesures barrières.  Cela a été très apprécié par les participants » a-t-il dit.

Un appel est vivement lancé par les leaders communautaires de la commune de Ngotto qui se trouve isolée dans le Nord de la Lobaye vers le district sanitaire de Boda mais surtout du Ministère de la santé et autres partenaires de songer à intensifier la sensibilisation au sein de la population et surtout les ravitailler en kits d’hygiène et de protection.

 Barnabas Badiwi

vendredi, 10 juillet 2020 15:26 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : les malades du SIDA de plus en plus exposés à la Covid 19

BANGUI, 08 juillet 2020 (RJDH) ---Les personnes vivant avec le VIH/SIDA, déplorent leurs conditions de vie en cette période de Covid 19 et appellent les autorités centrafricaines à voler à leur secours. Appel  lancé ce mercredi 8 juillet 2020, lors de la distribution des cache-nez aux leaders des associations de ces personnes vivant avec le VIH à Bangui.

Il ressort de leur constat que la lutte contre le VIH/SIDA est délaissée au profit de celle contre la Covid 19 à travers le pays. Ces personnes se sentent, selon leurs témoignages, abandonnées . Une situation qui, ajoutent-elles, risque de coûter la vie à de nombreuses personnes infectées par cette maladie.

Jean François Aguilera, chef de mission à l’Organisation internationale de migration(OIM), a fait le même constat à travers le dernier rapport de l’ONUSIDA. « En Centrafrique, il est estimé qu’environ 4000 personnes sont décédées du fait de maladie liée au VIH/SIDA en 2019. Chaque année, 5000 personnes sont nouvellement infectées dans le pays et les populations déplacées sont laissées pour compte » a-t-il déclaré.

« La lutte la Covid 19 et le VIH sont les mêmes combats, car selon le dernier rapport mondial de l’ONUSIDA publié le 06 juillet dernier, la pandémie du Coronavirus a gravement perturbé la riposte contre le Sida. Une interruption totale de 6 mois de traitement contre le VIH entraînera plus de 500 000 morts supplémentaires en Afrique subsaharienne l’année prochaine selon l’ONUSIDA », a-t-il conclu.

Bienvenu Gazalima, Coordonnateur National du réseau des personnes vivant avec le VIH (RECAPEVV), appelle les autorités centrafricaines à prendre leurs responsabilités dans la prise en charge des malades du SIDA.« En tout cas, le gouvernement doit tourner urgemment le regard vers ces personnes vivant avec le VIH sinon la Covid 19 va augmenter le nombre du décès de nos compatriotes qui sont des personnes vulnérables », s'inquiète-t-il.

Face à cette situation inquiétante, les organisations des Nations Unies présentes en République Centrafricaine, notamment l’Organisation Internationale pour la Migration et l’ONUSIDA s’impliquent davantage dans la lutte contre la Covid 19 et le VIH/SIDA pour éviter le pire dans les jours à venir parmi les personnes vivant avec le VIH.

Carlos Watou

mercredi, 08 juillet 2020 16:12 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : le ministre de la Santé dénonce l’incivisme de certaines autorités politiques dans la lutte contre le coronavirus

BANGUI, 23 juin 2020 (RJDH) --- Dr Pierre Somse, ministre de la santé, justifie la montée rapide de la maladie à coronavirus par le comportement incivique de certaines autorités politiques du pays. Il pointe du doigt ces hauts dignitaires dans le non-respect des mesures pour barrer la route à la pandémie de Coronavirus, en organisant des grandes manifestations sans tenir compte des gestes barrières. Il l’a dit le samedi lors d’une conférence de presse.

Au moment où le pays enregistre de jour en jour un nombre important des personnes déclarées positives au test de Covid 19, le ministre de la santé, lors d’une conférence de presse samedi, n’a pas manqué de pointer du doigt le comportement incivique des certaines personnes voire des hauts dignitaires du pays qui, selon lui, serait aussi à l’origine de contamination à grande échelle dans le pays.

« Il y a de l’indiscipline au sommet, c’est-à-dire, que nous avons des autorités même politiques indisciplinées et qui ne respectent pas les mesures édictées », a déclaré Pierre Somse.

Pour le ministre de la santé, ce genre de comportement irresponsable est un obstacle à la lutte contre la pandémie de coronavirus, croit-il. « Malgré l’interdiction des obsèques, des hauts-responsables du pays qui doivent servir de référence, c’est ceux-là qui organisent des obsèques géantes sans tenir compte des mesures édictées. Alors à quoi cela sert de prendre des mesures, des lois, et sommes-nous incapables de les respecter ? Nous avons même des députés et ministres qui ne se sont pas abstenus à célébrer des mariages gigantesques », s’indigne-t-il.   

Fort de ce constat, Dr Pierre Somsé précise qu’une nouvelle méthodologie sera mise en place pour contraindre les contrevenants. « On parle de la prise de conscience générale ou la mobilisation décisive, mais la population continue d’être incrédule, même indifférente et sceptique. Nous sommes obligés de changer de stratégie de communication car seule la communication ne suffit pas. La communication est un facteur important mais il faut une combinaison des déterminants. On n’aura jamais des gens à 100 % qui vont croire à l’existence de cette pandémie. Mais nous sommes en train d’émettre un projet pour soumettre au gouvernement pour le changement de stratégie ».    

La mise au point du ministre arrive au moment où la plupart des Centrafricains doutent encore de la présence de cette maladie sur le sol centrafricain.

Ketsia Kolissio     

mardi, 23 juin 2020 15:50 Écrit par Dans SANTE

Centrafrique : des jeunes majoritairement touchés par le coronavirus, selon le ministère de la santé

BANGUI, 22 juin 2020 (RJDH) --- La Centrafrique totalise à ce jour 2808 cas de contamination de Covid 19. L’augmentation des cas de maladie, selon le ministre de la santé Dr Pierre Somse, est due au non-respect des mesures prises par le gouvernement touchant majoritairement les jeunes de 30 à 40 ans.

Selon les chiffres rendus publics par le ministère de la santé, à ce jour 20 901 personnes au total sont testées, dont 2808 cas sont déclarés positifs pour 470 guéris, et 23 décès. Mais là où le bât blesse, les jeunes sont majoritairement touchés par cette pandémie au regard des statistiques. « La statistique sur le nombre des cas montre que 70 % des cas sont des personnes âgées de 30 à 40 ans soit la population la plus jeune. Cette hausse en milieu jeune se justifie par le non-respect des mesures barrières », a relevé Dr Pierre Somse.

Le sexe masculin, dans les indicateurs du ministère de la santé, constitue la frange de la population la plus touchée. « Nous avons totalisé à ce jour 20 901 personnes testées dont 2808 cas positifs 470 guéris et 23 décès dont 5 en milieu hospitalier et 18 autres extra hospitalier. Parmi les cas testés, 700 cas de sexe féminin et 1986 cas de sexe masculin. 624 contacts suivi sont testés positifs », a noté le ministre de la santé.

A propos des décès de Covid 19 hors hôpitaux, il s’agit pour Pierre Somse des cas non déclarés. « La plupart de décès sont des personnes non déclarées. Si elles s’étaient déclarées, on les prendrait en charge. Les décès en milieu hospitalier sont restés stables mais ces personnes arrivent le plus souvent en retard ou elles meurent dans l’ambulance. On les considère comme des décès extra hospitalier », précise le ministre, avant de relever que, « les gens ont tendance, comme cela se manifeste comme le palu, la grippe banale alors ils préfèrent se traiter à la maison par l’automédication. C’est cette situation qui a fait que nous sommes arrivés à plus de décès ».  

Ketsia Kolissio

lundi, 22 juin 2020 15:21 Écrit par Dans SANTE
Page 1 sur 6