RJDH-RCA - SPORTS
SPORTS

SPORTS (15)

Centrafrique : Célestin Yanindji fait le point sur le Programme de Soutien Technique (PST) à la Fédération Centrafricaine de Football

Après la signature du Programme de Soutien Technique (PST) de la FIFA via la Fédération Française de Football (FFF) à la Fédération Centrafricaine de Football, le 12 mars à Paris, le président intérimaire de ladite institution, Célestin Yanindji, a situé l’opinion au cours d’une Conférence de presse sur ses enjeux.

D’abord, le Programme de Soutien Technique vise à promouvoir le football en Centrafrique. Il a été initié par la FIFA en collaboration avec la FFF « pour contribuer plus particulièrement au bon développement du football en Afrique francophone, dans le cadre d'un "Programme Forward" de soutien technique adapté ».

Sur une durée de 24 mois (2 ans), le PST a pour objectif de former « plus de 200.000 » jeunes centrafricains. Il vise aussi « la formation des encadreurs techniques, la formation des formateurs » qui sillonneront toutes les ligues de foot de la République Centrafricaine en vue de « former d’autres encadreurs en technique du recrutement de jeunes joueurs ». Après cette série d’apprentissage, « les meilleurs vont intégrer le centre technique de Gbangouma et seront suivis sur une longue période et nous allons les placer dans des grands clubs à l’extérieur » a déclaré M. Célestin Yanindji à la presse.

Pour réussir le PST et dans le cadre de cette signature tripartite (FCF-FFF-FIFA), un expert français sera mis à la disposition de la direction technique « et ne prendra pas la place du Directeur Technique Nationale », à précisé le président de la FCF. Cet expert français encadrera les entraîneurs centrafricains pour le renforcement de leur capacité. Dans ce volet, la Direction Technique Nationale connaîtra une modification de sa structure. 

Le succès de ce programme requiert l’adhésion de tous les acteurs du foot centrafricain a rappelé Célestin Yanindji qui a souhaité « qu’à travers ce projet, la RCA disposera des futurs Kondogbia, Foxi ou Mabide de demain ».

Cependant, l’on comprend que Jean Jacques Ombi conservera son poste pour conduire le PST alors que l’Arrêté le nommant DTN a été rapporté par le Ministère des Sports. Sur ce point, la Fédération Centrafricaine de Football et le Département de tutelle devront taire leur divergence et situer l’opinion.

Le Protocole d’accord de Collaboration en matière de développement du football signé entre la FIFA et la Fédération Française de Football (FFF) en décembre 2018, par lequel cette dernière s’engageait à garantir un soutien technique aux associations membres de la FIFA en provenance d’Afrique francophone avec l’appui financier du programme de développement Forward de la FIFA.

Fleury Agou

lundi, 23 mars 2020 16:30 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique: Tournoi UNIFFAC féminin : « La sélection de la République Centrafricaine (RCA) une équipe d'avenir »

BANGUI, le 28 février 2020 (RJDH)---Les deux dernières défaites de la sélection centrafricaine féminine de foot devant la R.D Congo (00-04) et la Guinée Equatoriale (04-1), ont mis un terme à son rêve d’être finaliste du   tournoi féminin de l’Union des Fédérations de Football d'Afrique Centrale (UNIFFAC) 2020. La finale opposera la RDC à la Guinée Equatoriale.

Les Centrafricaines terminent la compétition sous régionale sur une note de deux matches nuls et de deux défaites totalisant deux points.  La prestation des Fauves Dame restera dans les annales de l’UNIFFAC. « La RCA une équipe d'avenir malgré leur élimination à l'issue de la quatrième journée du tournoi », a souligné l’UNIFFAC dans son communiqué. La même source a fait remarquer que « la sélection de la RCA est la révélation du tournoi ».

Si la Guinée Equatoriale et la R.D Congo ont atomisé la RCA, des joueuses Centrafricaines ont montré qu’il existe de talents à Bangui et le championnat local constitue un vivier : « Ainsi dans son communiqué, l’UNIFFAC a indiqué que la RCA a une équipe « qui fait plaisir à regarder dans l'ensemble. Un trio magique à suivre composer de Yamale Florencia, la capitaine et Demba Christelle et Kokate Dorcas. Une jeune gardienne aussi à suivre Bénédicte Somboya ».

Devait-t-on s’attendre à un meilleur résultat ?

En République Centrafricaine, le foot féminin est méconnu du public et elle ne bénéficie d’une attention particulière comme chez les garçons. Pour participer à ce tournoi en Guinée Equatoriale, la sélection féminine a voyagé en car et non en avion. Ce long voyage Bangui-Mongono (Guinée Equatoriale) a eu des incidences sur les Fauves et sur leur prestation au tournoi féminin de l’Union des Fédérations de Football d'Afrique. Nous osons croire que les moyens seront employés pour que les Fauves Dames retournent à Bangui dans de meilleures conditions.

Fleury Agou  

vendredi, 28 février 2020 16:05 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : Les Fauves Dames de Foot et les Panthères du Gabon se séparent sur un match nul

MONGOMO, le 21 février 2020 (RJDH)---Pour leur deuxième match au tournoi féminin de l’Union des Fédérations de Football d'Afrique Centrale (UNIFFAC) 2020, les Centrafricaines recevaient hier, 21 février 2020 à Mongomo (Guinée Equatoriale) les Gabonaises. Les deux équipes se sont séparées sur une égalité (01-01).  

La République Centrafricaine a marqué le premier but de la partie inscrit sur pénalty par sa capitaine, Florencia Yamale. Mais les Fauves ne défendront pas leurs acquis et seront rattrapés au score à la treizième minute de la fin de la rencontre « sur une action bien orchestrée par Mazaly Vanessa », a rapporté l’officier média de l’UNIFFAC dans un communiqué. L’entraineuse des filles, Félicité Viviane Bengue a salué la prestation de son équipe sur son compte Facebook : « Merci à nos filles. On avance doucement, on va arriver ! » Dans la même journée, la RD. Congo a tenu tête au Nzalang Nacional de la Guinée Equatoriale (01-01). 

Une mention spéciale a été donnée à la gardienne centrafricaine Somboya Benedicte et Chimène Koumea du Gabon.

Le classement du tournoi après deux journées :

En dépit de leur énième match nul, le Centrafrique occupe la deuxième place du tournoi avec deux points derrière la Guinée Equatoriale (4 points) tandis que le Gabon, la R.D. Congo et le Tchad ont tous un (01) point. Les quatre premières équipes seront qualifiées pour les demi-finales.

« La troisième journée prévue samedi 22 février 2020 sera déterminante pour toutes les sélections présentes à ce tournoi », a prévu l’officier média de l’UNIFFAC. A cet effet, les Fauves de Bas-Oubangui croiseront le Nzalang Nacional (Guinée Equatoriale). Sur les réseaux sociaux, la participation de la sélection centrafricaine est suivie de près. Beaucoup d’internautes encouragent les filles à montrer que le foot féminin mérite aussi d’être aussi soutenu et surtout qu’une bonne prestation à l’UNIFFAC serait un bon message pour la Journée du 8 mars.

Fleury Agou

 
 

vendredi, 21 février 2020 15:11 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : La sélection (fille) U17 de foot fait match nul avec les Sao du Tchad

BANGUI, le 19 février 2020 (RJDH)---La sélection féminine U17 a débuté hier, dans la soirée du 18 février 2020 le tournoi U17 de l’Union des Fédérations de Football d'Afrique centrale (UNIFFAC) sur un score vierge avec leur homologue du Tchad.

Une source proche du staff technique des Fauves que notre rédaction a joint à Mongomo (Guinée Equatoriale), a rapporté que « les footballeuses se sont battues ». Elle a apprécié le niveau du foot présenté par les centrafricaines encadrées par Merlin Koyangbo et Félicité Bengué. Cependant, elle a déploré le manque de concentration et a noté que « les Fauves ont bien joué, mais nos footballeuses étaient stressées. Peut-être que c’est par rapport à la nuit qu’elles n'ont pas pu présenter leur football », a regretté cette même source.

Dans la même soirée, la Guinée Equatoriale a remporté la partie sur le Gabon (02-01). Demain, 20 février, les Centrafricaines croiseront le Gabon.

Fleury Agou

mercredi, 19 février 2020 14:16 Écrit par Dans SPORTS

 Centrafrique : La Fédération Centrafricaine de Football forme des officiers de sécurité du stade 

BANGUI, le 18 février 2020 (RJDH) --- Des officiers de sécurité de stade issus de différents clubs de la première, deuxième division et de la ligue de football sont en formation depuis ce mardi 18 février 2020 au Complexe Sportif Barthélemy Boganda. Ceci pour assurer la sécurité et la sureté de stade.  

Suite aux multiples cas de dérapage et des désagréments constatés dans les différents stades lors des matchs, la Confédération Africaine de Football, la FIFA et les différentes fédérations ont décidé de mettre en place des mesures à travers ce nouveau concept de former les officiers afin d’assurer la sécurité dans les stades.  

Jean Claude Tomorow, Directeur des officiers explique que cette mesure visant à former les officiers de sécurité est prise par la CAF et FIFA, « la Confédération Africaine de Football et la FIFA ont mis en place un nouveau concept pour la sécurité et la sûreté dans les stades. L’obligation est faite à toutes les associations membres de la FIFA et la CAF, de former des officiers de sécurité au profit des clubs et des ligues dans le but de mettre en application le texte qui reglèmente ce nouveau concept », a fait valoir ce cadre de la CAF.

« L’objectif visé à travers cette nouvelle innovation, est de donner l’opportunité à tous les acteurs de football entre autres les officiels, les athlètes, les supporters… d’être en sécurité permanente, afin que le stade soit un lieu de plaisir, de joie et non un endroit de détresses ou un lieu de tragédie comme nous avons connu dans différents stades », a rappelé Jean Claude Tomorrow.

La mise en place des officiers de sécurité intervient suite à la session de formation initiée par la FIFA et la CAF en février 2019, demandant aux fédérations membres desdites organisations internationales de pérenniser cette initiative afin de contenir l’anarchisme lors des matchs.

Carlos Watou  

mardi, 18 février 2020 15:06 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique :   "La construction des infrastructures sportives relève de la responsabilité de l'Etat", déclare Mustapha Berraf

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)--- L’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique se préoccupe de la dégradation avancée des infrastructures sportives en Centrafrique car, selon Mustapha Berraf Président de l’Association des Comité Nationaux Olympiques d’Afrique, la construction et réhabilitation des infrastructures sportives relève de la compétence des autorités centrafricaines. Déclaration faite vendredi 13 février face aux journalistes centrafricains.

En visite de travail en Centrafrique du 10 au 14 février, le président de l'ACNOA l'algérien Mustapha Berraf et les responsables du Comité National Olympique Sportif Centrafricain (CNOSCA) ont visité quelques installations sportives. De village olympique de Toungoufara, tombé en désuétude, en passant par le terrain de beach-volley construit au sein du stade Barthélémy Boganda, pour clôturer à l'Omnisports, la dégradation avancée de ces infrastructures sportives a suscité la réaction sa réaction et il appelle à la construction et à la réhabilitation de ces cadres sportifs pour le développement des activités sportives dans le pays.

Mustapha Berraf, Président l’ACNOA a fait cette remarque, en déclarant que « la construction et la réhabilitation des infrastructures sportives est une responsabilité des autorités d’un pays. Notre organisation vient en appui dans certaines activités tel que l’appui financier dans le cadre de la formation… Lors de la visite des différents centres sportifs, nous avons constaté la dégradation de certains centres », dit-il.

Il interpelle les centrafricains à veiller sur les infrastructures sportives. « Ce qui est à déplorer est la protection de certains centres par la population environnante. Si le gouvernement déploie des efforts pour construire quelque centre sportif, il appartient à la population centrafricaine de le protéger jalousement. Malheureusement ce n’est pas le cas selon notre constat. A titre d’exemple, le centre sportif de Toungoufara qui se trouve pour le moment dans une situation désastreuse », a remarqué Mustapha Berraf.

Il conclut sur une note d’espoir en annonçant que le gouvernement centrafricain et l’ACNOA projettent dans un bref délai la réhabilitation du centre sportif de Toungoufara en état de dégradation avancée.

Carlos Watou

         

dimanche, 16 février 2020 14:35 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : La sélection centrafricaine Dame U17 au tournoi de l'UNIFFAC 2020

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)---Les Fauves Dames U18 ont quitté Bangui hier, 15 février 2020 pour la Guinée Equatoriale pour participer au tournoi U18 de Union des Fédérations de Football d'Afrique centrale (UNIFFAC). Au lieu d’un voyage en avion, les centrafricaines sont parties par la route pour représenter la République Centrafricaine à cette compétition régionale.

Cinq pays participeront à ce tournoi premier qui débutera le 18 février 2020, notamment la Guinée Equatoriale, le Tchad, le Gabon, le Centrafrique ainsi que la République Démocratique du Congo. Le Cameroun, le Sao-Tomé et principe ne seront pas en Guinée Equatoriale. Ces trois équipes se préparent pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de la catégorie.

Le 18 février à Ebebiyin, les footballeuses Guinéennes et Gabonaises ouvriront le bal de ce tournoi dans un duel entre deux pays voisins. La finale de cette première édition se jouera le 28 du même mois au stade de Mongomo.

Fleury Agou

dimanche, 16 février 2020 14:18 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique-Foot : « Je suis venu gagner et inscrire mon nom dans l’histoire de mon pays », dixit Kondogbia

BANGUI, le 12 février 2020 (RJDH)---Le capitaine des Fauves de Bas-Oubangui, Geoffrey Kondogbia a conféré avec nos confrères sportifs, hier, mardi 11 février 2020. Il est revenu sur les défis de son équipe pour la qualification à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 : « Je n'ai pas abandonné le confort que j’avais en équipe de France à Claire-Fontaine pour ne pas aller en simple aventure en Centrafrique. Je suis venu gagner et inscrire mon nom dans l’histoire de mon pays ».  

Le milieu de terrain centrafricain a déploré que les questions de prime à porter préjudice aux Fauves de Bas-Oubangui et a encouragé « pour une meilleure organisation pour les autres matchs à venir notamment la double confrontation avec le Maroc ». Il a promis que « le moment est venu pour moi de rassembler tout le monde et ensemble on va définir la nouvelle marche à suivre pour qu’enfin on joue la CAN du Cameroun ».

La grande ambition pour le vainqueur de la Coupe du monde U20 avec la France est de contribuer à la qualification de son pays à la CAN 2021. Mais troisième de leur groupe, la République Centrafricaine (RCA) devra surmonter plusieurs défis. « Si nous voulons nous qualifier, il faut qu’on arrive à gagner à l’extérieur. On aura que neuf (09) points à Bangui ce qui ne garantit rien », a-t-il conseillé. Reconnaissant la qualité de jeu des Lions de l’Atlas qu’il croisera lors de la double confrontation en mars, G. Kondogbia a indiqué que les Fauves pourront surprendre « le Maroc à domicile, avec une bonne organisation, nous pouvons les battre ».

Le gombo, plat fétiche de G. Kondogbia ?

Le joueur de Valence a salué la passion du public centrafricain pour le foot. « Jamais de toute ma vie je n’ai vu un public magnifique comme lui. A 12h le stade est prêt », a-t-il reconnu. « A l’échauffement j’ai même eu des larmes aux yeux », a confié G. Kondogbia.

Puis, pour clore l’entretien, le joueur a fait remarquer son attachement à son pays d’origine. « J’aime la sauce gombo de Bangui. A chaque fois que je le mange, on gagne ». Alors, que les maîtres de la fédération lui réservent un bon plat de gombo pour le stimuler. C’est bien sa potion magique.

Fleury Agou

mercredi, 12 février 2020 14:20 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : Anicet Lavodrama livre ses impressions après sa nomination à la Direction Technique de la Fédération de Basket

BANGUI, le 07 février 2020 (RJDH)---Un mois après sa nomination au poste de Directeur Technique National, l’ancien international Centrafricain, Anicet Lavodrama a livré ses impressions lors d’un entretien avec nos confrères de Guira Fm.

« J’exprime ma reconnaissance d’être considéré partie des solutions pour rehausser notre basket en Centrafrique. Nous sommes tous conscients et témoins de la baisse de notre sport. J’ai toujours manifesté ma disponibilité à appuyer les bonnes intentions de récupérer le prestige de notre pays à travers ndembo ti nzangui ti i », s’est exprimé Anicet Lavodrama, le champion d’Afrique 1987.

Face au déclin du basket centrafricain et la difficulté pour lui retrouver l’élite africaine, l’ancien pivot centrafricain a promis de proposer une piste de solution, mais avant cela il faudra faire un diagnostic. « Ma conception est qu'on ne peut soigner un malade si on ne fait pas le constat qu'il est malade et si on ne sait pas de quoi il souffre », a indiqué Anicet Lavodrama. « Prêt à définir le contenu du projet à partir de ce Décret, confirmer le calendrier de travail les conditions pertinentes et marquer les étapes », ce travail sera fait collégialement « en impliquant tous les acteurs de notre sport qui, entre nous tous, seraient amenés à travailler ensemble pour le basketball centrafricain », a-t-il ajouté en faisant remarquer sa grande gratitude : « Une grande reconnaissance d’être appelé à m'impliquer dans notre basket ».

Qui est Anicet Lavodrama ?

Fils de diplomate, Anicet Lavodrama a évolué durant sa carrière aux postes d'ailier fort et de pivot. Il est né le 4 juillet 1963 à Bangui (République centrafricaine).

Il a débuté le basket très jeune au sein du club ASOPT avant d’intégrer Houston Baptist (1981-1985) et sera nanti d’un double diplôme en finance et gestion d'entreprise. Il et est devenu « l’un des meilleurs joueurs du championnat universitaire américain (NCAA) au milieu des années 1980 », a noté RFI.

Le 18 juin 1985, il sera drafté par Los Angeles Clippers avec le choix 5 lors du repêchage de 1985 de la NBA. Le 27 septembre 1985, Anicet Lavodrama signe un contrat avec les Los Angeles Clippers et un mois plus tard, il prit alors la destination de l’Espagne. Il fera éclore son talent au Clesa Ferrol (1985 – 1990). Puis, portera les couleurs du OAR Ferrol (1990 - 1994) ensuite au Forum Valladolid (1994 – 1995), Joventut de Badalona (1995-1996) et enfin Valladolid (1996-1998). Il a passé treize saisons dans le championnat espagnol et totalisera 4085 points.

Le joueur demeure une pointure du basket Africain avec le titre de l’Afrobasket en Tunisie remporté avec le Centrafrique en 1987. Le pivot Anicet Lavodrama formera un bon duo avec le meneur de jeu Frédéric Goporo.  En 1988, il participera aux Jeux Olympiques. Avec 124 points en 184 mn, il a été l’un des meilleurs marqueurs de la compétition. Malheureusement, qu’il mettra un terme précocement à sa carrière internationale. Cela n’a pas manqué d’avoir une incidence sur la prestation de la sélection centrafricaine qui n’a plus de contrôleur aérien de sa réputation.  

« Anicet Lavodrama a été classé parmi les 20 meilleurs joueurs africains de tous les temps par Canal+ /NBA », avait commenté la Fédération Centrafricaine de Basket.

Installé en Espagne, le retraité du ballon orange continue ses activités dans la gestion du sport et la formation des jeunes. Selon RFI, « il travaille pour le département des relations internationales et de la promotion de la fédération internationale de basket (FIBA) ».

Fleury Agou

 

vendredi, 07 février 2020 14:53 Écrit par Dans SPORTS

Centrafrique : Bientôt le démarrage de chalenge de football en faveur des moins 15 ans Bangui

BANGUI, le 29 janvier 2020 (RJDH) ---L’ONG Les frères Centrafricains compte organiser au mois de février prochain, un challenge de football en faveur des enfants de moins de 15 ans afin de les motiver à s’intéresser davantage au football. Ce tournoi se déroulera dans les 8 arrondissements de Bangui et ses environs à savoir Bimbo et Begoua.

Porté par l’ONG nationale Les Frères Centrafricains d’Anatole N’kouet, le démarrage du tournoi est prévu pour le mois de février prochain. L’intérêt, selon Jean Bruno Tatti, Directeur Technique de l’Ecole de Football de l’ONG, s’inscrit dans la relève de l’équipe nationale de football.  « Nous avons constaté que les anciennes gloires de football se sont regroupées dans une association et à chaque fois ils jouent ce qu’on appelle chalenge. C’est pourquoi nous avons décidé de copier cette initiative pour la ramener aux enfants de 8 à 14 ans. Donc dans un bref délai nous allons organiser ce tournoi qui ne concerne que des enfants. Ce tournoi va regrouper les enfants des 8 arrondissements de Bangui, y compris Bimbo et Begoua », annonce Jean-Bruno Tatti.

« Ce que nous recherchons à travers cette initiative, est d’encourager ces enfants à s’intéresser davantage aux activités sportives en générale et particulièrement en football. Nous savons tous que les enfants tirent leur plaisir dans les différentes formes de jeu. Mais aussi les enfants peuvent apprendre beaucoup de chose à travers les sports », a jugé le Directeur technique de l’école de football Anatole N’kouet.

Cette forme de compétition que souhaite organiser l’ONG Les frères Centrafricains, est une première initiative qu’elle compte inscrire dans le temps afin de dénicher des nouveaux talents en football chez les jeunes.

Carlos Watou        

mercredi, 29 janvier 2020 13:55 Écrit par Dans SPORTS
Page 1 sur 2