Centrafrique : L’UJCA demande la protection des journalistes dans la lutte contre le Covid 19

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : L’UJCA demande la protection des journalistes dans la lutte contre le Covid 19

BANGUI, le 05 mai 2020 (RJDH)---A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai de chaque année, dans un contexte où la maladie à coronavirus frappe le monde entier, l’Union des journalistes de Centrafrique ne cache plus ses inquiétudes quant à la protection des journalistes en cette période au regard des dispositifs mis en place pour que ces derniers puissent jouer pleinement leur rôle.

Pour le président de l’UJCA Tita Samba Solet en cette période de crise sanitaire mondiale, les journalistes sont au premier rang dans cette lutte contre cette pandémie mortelle, ce qui selon lui, les exposerait à une contamination. « L’UJCA est en train de s’évertuer de dire au gouvernement et aux partenaires que les journalistes sont exposés, ce sont les mêmes personnes au même titre que le personnel soignant. Ils sont en première ligne, ils travaillent avec des matériels pour prendre du son mais si ces matériels ne sont pas désinfectés et si ces personnes ne sont pas protégées, et même les micros qu’ils utilisent si on ne les désinfecte pas, ils pourraient retransmettre la maladie à plusieurs personnes via les matériels au cas où le micro est infecté la transmission sera inéluctable ».  

Pour ce faire, l’UJCA souhaite un appui consistant du gouvernement ainsi que des partenaires pour la protection des professionnels des médias dans l’exercice de leur travail. « Donc nous demandons à ce que les autorités de ce pays, et ce, à tous les niveaux prennent soins de protéger les journalistes et autres professionnels de médias », a appelé le président de l’Union des Journalistes de Centrafrique.

En plus de problème soulevé par l’organisation des associations des professionnels des media, il n’en demeure pas moins que d’autres questions plus importantes soient aussi évoquées. Il s’agit bien sûr de la convention collective, du statut particulier des journalistes et des cartes de la presse qui, apparemment, ne sont pas encore à l’ordre du jour.

Ketsia Kolissio

Lu 280 fois
lundi, 04 mai 2020 12:31 Écrit par  In DROITS DE L’HOMME
Connectez-vous pour commenter