Centrafrique : Grogne au sein des éléments de l’Unité Spéciale Mixte de Sécurité à Bouar

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Grogne au sein des éléments de l’Unité Spéciale Mixte de Sécurité à Bouar

BANGUI, le 17 avril 2020 (RJDH)--- Tôt ce matin, les éléments des unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) en formation à Bouar, dans la Nana-Mambéré, sont entrés en grève pour réclamer leur prise en charge. Les circulations des véhicules sur ce corridor hautement sensible, sont bloquées.

Au cœur de cette grogne entamée tôt ce matin à Bouar, le paiement des arriérés de PGA (primes d’alimentation générale), mais également pour exiger du gouvernement leur sortie de formation, qui devrait initialement durer deux mois mais qui totalise aujourd’hui six mois.

Des sources locales fiables ont indiqué au RJDH, que des réclamations ont été faites auprès du gouvernement pour l’amélioration de leur condition de vie depuis de semaines, « leur réclamation est restée sans suite depuis plusieurs semaines », a-t-on appris des mêmes sources.

« Dépités, environ 400 éléments en formation dans le cadre des USMS, sont sortis à 10 kilomètres de Bouar, sur l’axe Baoro, et ont paralysé toutes circulations sur cet axe routier hautement sensible pour le pays, nécessaire au ravitaillement de la capitale Bangui, via la République du Cameroun, », a rapporté une source locale au RJDH.

Contacté par le RJDH, un cadre au ministère en charge du DDRR a indiqué que « des négociations sont ouvertes avec les grévistes pour éviter que la situation ne s’enlise », dit-il, « cette grève écorche l’image du gouvernement vis-à-vis des partenaires en ce qui concerne la gestion de ce dossier », fait-il valoir.

La mise en place des USMS est l’une des recommandations de l’Accord de paix en Centrafrique, considéré comme un instrument nécessaire pour le rétablissement de la sécurité dans le pays.

Vianney Ingasso

Lu 391 fois
vendredi, 17 avril 2020 12:45 Écrit par  In DDRR
Connectez-vous pour commenter