Centrafrique : « L’ANE tient à respecter les dispositions de la Constitution », dixit Julius Rufin Ngouade-Baba

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : « L’ANE tient à respecter les dispositions de la Constitution », dixit Julius  Rufin Ngouade-Baba

BANGUI le 16 Avril 2020, (RJDH) ---L’Autorité Nationale des Elections (ANE), en dépit de la pandémie à Covid19, maintient le cap pour l’organisation des élections en Décembre 2020. Contrairement aux informations faisant état de plausible report des élections, l’ANE selon lui ne s’engage pas dans cette voie, mais tient à respecter les dispositions de la Constitution. Julius Rufin Ngouade-Baba, Porte-parole de l’Autorité Nationale des Elections ANE, l’a dit dans une interview exclusive accordée au RJDH.

 

 

RJDH: Monsieur, Julius Rufin Gouade-Baba Bonjour !

Julius Rufin Ngouade-Baba : Bonjour

RJDH : Un cas importé de Covid 19 a été confirmé 14 mars en République Centrafricaine. Entre temps, le pays amorce le processus électoral en vue des élections groupées. Avec l’évolution de cette maladie, les autorités ont pris des mesures restrictives visant à faire obstacle à la propagation de cette maladie à travers le pays. Aujourd’hui, quel est l’impact de cette maladie sur les activités de ce processus ?

JRNB : Je vous remercie. Je vous annonce que nous observons strictement ces mesures, mais cela ne nous empêche pas de continuer à progresser. L’ANE a fait des analyses sur les éventuels impacts de ce contexte sanitaire sur le processus électoral. Pour l’instant, nous avons décidé de garder le cap sur la préparation des élections dont la date demeure le 27 Décembre 2020.

Je tiens à le dire parce qu’il y a des informations qui circulent. L’ANE ne s’engage pas dans cette voie-là, pour l’instant. L’ANE tient à respecter les dispositions de la loi qui charge l’institution à préparer les élections. Donc, pour l’instant nous gardons le cap. Nous avons eu des échanges avec nos partenaires, avec les prestataires que nous avons identifiés et qui doivent nous livrer du matériel. Des échanges et  analyses que nous avons menées, pour l’instant, nous pouvons tenir ce cap-là. Nous travaillons dans ce sens, bien entendu, en intégrant de nouvelles données, dans les préparations des élections.

RJDH : En quoi faisant ?

JRNB: Je vous donne un exemple. Nous avions déjà à l’époque, passé les commandes du matériel d’enregistrement des électeurs. L’entreprise qui a été retenue est une firme américaine. Nous avons eu plusieurs échanges avec cette firme qui nous confirme qu’elle peut encore tenir le délai de livraison qui est de 60 jours à partir de la signature du contrat.  Par conséquent, nous aussi, nous réorganisons notre travail de sorte à rester dans le temps imparti. Mais, en tenant compte de ce contexte-là nous avons intégré  un certain nombre d’innovation.

Par exemple dans le kit d’enregistrement des électeurs, nous avons dorénavant intégrer les kits de lavage de mains. C’est une nouvelle mesure qui s’impose à cause du contexte actuel. Nous envisageons aussi, et c’est en réflexion, de faire accompagner les équipes d’enregistrement des électeurs par une équipe sanitaire, qui puissent veiller à la mise en œuvre, qui puissent veiller à l’application des mesures barrières face à Covid19.  

L’ANE n’évolue pas en dehors de ce contexte, nous travaillons avec ce contexte, mais comme je l’ai dit, jusqu’à présent, nous observons l’évolution de la situation, que nous espérons positive mais nous continuons à garder notre cap. Nous continuons à travailler dans le but de tenir le délai que la loi, la constitution nous fixe.

RJDH : Monsieur le Porte-Parole, aujourd’hui, quel est le niveau des activités au sein de l’ANE ?

JRNB : Le niveau des opérations, c’est vrai que l’actualité est préoccupante en raison de cette maladie à Covid-19 là, nous ne parlons peut-être pas trop des élections depuis les semaines écoulées, mais nous tenons le cap de nos opérations. Nous avons fini la cartographie, les données sont en traitement. Bientôt, nous allons les valider et  les rendre publiques. Nous avons entamé la mise en place de nos démembrements. Vous savez que ça crée quelques remous dans la classe politique. Nous avons eu des discussions avec les leaders des partis politiques, nous avons répondu à quelques préoccupations qui ont été exprimées ici et là. Et donc, aujourd’hui, après la mise en place des démembrements, nous allons leur faire prêter serment. Parce que c’est la condition de leur entrée en fonction. Pour ce faire, nous pensons privilégier ce serment par écrit.

Nous allons saisir le ministre de la Justice à propos.  Une fois qu’ils auront prêté serment,  nous allons lancer le processus de recrutement, de formation, des agents recenseurs afin de nous permettre de poursuivre cette opération. Je le répète encore, en tenant compte de l’évolution de la situation sanitaire mondiale.

RJDH : Monsieur le Porte-Parole, quelle est aujourd’hui la situation de démembrement à l’intérieur du pays ?

JRNB : Nous avons mis en place un peu plus de 130 démembrements à ce jour. Bon, il y eu quelques protestations que nous enregistrées. Et comme l’ANE reste toujours très réceptive des plaintes ou des observations faites par les acteurs du processus, nous les avons examiné au cas par cas. Ce qui nous a permis de reprendre à deux ou trois endroits où nous pensons que les plaintes étaient justifiées.

RJDH : Autrement dit,  est-ce la réponse aux multiples contestations de la classe politique et de la société civile ?

JRNB : Vous parlez de multiples contestations, je vous dis que chaque fois qu’il y a eu de contestation, l’ANE reçoit, l’examine et apporte une réponse adéquate.

RJDH : Monsieur Julius Rufin Ngouade-Baba, Porte-parole de l’ANE, je vous remercie !

JRNB : c’est moi qui vous remercie !

Propos recueillis par Cyrille Wegue

Lu 278 fois
vendredi, 17 avril 2020 09:53 Écrit par  In INFO-ELECTIONS
Connectez-vous pour commenter