Centrafrique : le pays s’apprête à faire face aux conséquences de coronavirus sur les activités socio-économiques

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : le pays s’apprête à faire face aux conséquences de coronavirus sur les activités socio-économiques

BANGUI, le 15 avril 2020(RJDH)---Le pays ne cache plus son inquiétude face aux conséquences sur les activités socio-économiques pouvant basculer le taux de croissance économique qui était de 4% pendant ces quatre dernières années en RCA, en dessous d’1% selon le ministre des finances Henri Marie Dondra. Il l’a dit lors de la vidéoconférence avec le FMI le vendredi 10 avril à Bangui.

Les conséquences de coronavirus sur l’économie centrafricaine vont être dramatiques si le Cameroun décide d’aller en confinement général. C’est en ces termes que le ministre des Finances et du budget Henri Marie Dondra exprime son inquiétude au regard de l’évolution de cette pandémie au Cameroun, lors d’une conférence vidéo avec le Fonds Monétaire International FMI le vendredi 10 avril 2020.

La menace est réelle aujourd’hui sur l’économie mondiale. Les conséquences sur le plan socioéconomique, n’épargnent aucun domaine de la vie. Marius Det, commerçant au marché central de Bangui, pense que la maladie à coronavirus a eu des conséquences directes sur ses activités commerciales.

« Cette histoire de pandémie de coronavirus a joué sur nos commerces, les frontières sont fermées, nos marchandises n’arrivent pas à temps voulu. Les commerçants s’inquiètent du paiement de l’impôt parce qu’on a déjà fait la déclaration en mois de janvier et le service de recouvrement nous donne rendez-vous chaque un mois de passer verser de l’argent. On se plaint si l’impôt décalera son contrôle », s’inquiète-t-il.

La population centrafricaine se plaint du fait que cette pandémie pèse sur leur vie quotidienne. Les ménages souffrent face aux problèmes de transport, les prix ont doublé et donc il est nécessaire que nos dirigeants puissent prendre des mesures d’accompagnement.

En réponse, le ministre des finances et du budget, Henri Marie Dondra, estime qu’il est nécessaire d’entretenir le corridor Bangui-Douala pour éviter le pire sur l’économie centrafricaine.

 « Nous avons enregistré depuis ces quatre dernières années un taux de croissance d’environ 4% en moyenne, nous avons prévu une croissance de 5% en 2020, mais malheureusement cette crise nous pousse aujourd’hui à revoir cette croissance en dessous de 1%. Ce sont les conclusions auxquelles nous sommes arrivés. Avec le Fonds Monétaire International (FMI), nous avons abordé les questions liées aux conséquences économiques de cette pandémie sur l’économie de notre pays. Et maintenant il faut faire en sorte que les ressources domestiques puissent continuent à être perçues par les services de l’Etat. »

Depuis la déclaration de cette pandémie le 14 mars dernier, les prix des produits ont doublé en Centrafrique.

C’est dans ce contexte que le Fonds monétaire international a annoncé hier soir le versement d'une aide d'urgence à 25 pays parmi les plus pauvres du monde au rang desquels se trouve la Centrafrique. Cette aide, selon le FMI, devra leur permettre d'alléger leur dette et de mieux faire face à l'impact de la pandémie de Covid-19, en consacrant « une plus grande partie de leurs maigres ressources à leurs efforts en matière d'urgence médicale et d'aide», souligne le communiqué du FMI.

Jocelyne Nadège Kokada

Lu 240 fois
mercredi, 15 avril 2020 13:46 Écrit par  In ECONOMIE
Connectez-vous pour commenter