Centrafrique : Les ONG des droits de l’homme réfractaires à l’idée de libération des prisonniers

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Les ONG des droits de l’homme réfractaires à l’idée de libération des prisonniers

BANGUI, le 28 mars 2020 (RJDH) --- Le Réseau des ONG pour les droits de l’Homme (RONGDH) représenté par maître Bruno Hyacinthe Gbiegba, nuance quant à l’idée de la libération des détenus des maisons carcérales émise par la Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les droits de l’Homme, en date du 25 mars, en raison de la menace du Covid 19. Pour l’Avocat, seul le respect de toutes les mesures préventives contre le Corona virus doivent être observées avec rigueur.  Position exprimée ce vendredi 27 mars 2020.

Le mercredi dernier, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a appelé mercredi les gouvernements à prendre des mesures d’urgence afin de protéger la santé et la sécurité des personnes en détention et dans d’autres centres fermés, dans le cadre des efforts globaux visant à contenir la pandémie de Covid-19. « Dans de nombreux pays, les centres de détention sont surpeuplés, et représentent même un danger dans certains cas. Les gens sont souvent détenus dans de mauvaises conditions d’hygiène et les services de santé sont insuffisants, voire inexistants. L’éloignement physique et l’isolement sont pratiquement impossibles dans de telles conditions », a-t-elle ajouté.

La société civile de défense et de promotion des droits humains, représentée par maître Bruno Hyacinthe Gbiegba, en réaction voudrait qu’une étude soit faite en amont. « Ce n’est pas une occasion de favoriser l’impunité en Centrafrique au profit du Covid 19. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a souhaité que les centres carcéraux soient élargis et allégés afin d’éviter la propagation de ce virus. Les bénéficiaires sont ceux qui ont été condamnés pour des infractions qualifiées de mineures. Mais les grands criminels doivent purger l’intégralité de leur peine », a-t-il déclaré

Le Président de la République Centrafricaine, Faustin Archange Touadéra dans son discours à la nation à propos de la pandémie du Coronavirus, a énuméré 14 mesures préventives. Parmi ces mesures, on note la suspension des activités scolaires, religieuses, les cérémonies funéraires, les distances de sécurité, qui doivent être scrupuleusement appliqués sur toute l’étendue du territoire national. « Ces mesures préventives doivent être scrupuleusement partout », dit-il.

Il rejette l’idée de la libération de tous les détenus des centres carcéraux, comme mesure préventive de la propagation de Corona Virus.

Aujourd’hui, environ 807 personnes en contact avec les malades sont sous surveillance d’une équipe médicale à Bangui.

Auguste Bati-Kalamet

Lu 237 fois
samedi, 28 mars 2020 09:12 Écrit par  In JUSTICE
Connectez-vous pour commenter