Centrafrique : L’ancien ministre d’Etat Crépin Mboli Goumba déclare sa candidature à la présidentielle

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : L’ancien ministre d’Etat Crépin Mboli-Goumba déclare sa candidature à la présidentielle

BANGUI, 27 mars 2020 (RJDH)---L’ancien ministre d’Etat Crépin Mboli-Goumba, sous le règne Michel Djotodia, a annoncé ce jour sa candidature à la présidentielle de décembre prochain. Il représentera son parti le PATRIE qui n’a pas pu tenir son congrès à cause de la pandémie de coronavirus.

Faute de réunir ses militants à cause des menaces de coronavirus, Crépin Mboli-Goumba a annoncé sa candidature en direct sur les ondes de certaines radios dont fréquence RJDH. Visiblement confiant et sur un ton solennel, l’ancien ministre d’Etat décrit sa candidature comme celle du renouveau et de grandes ambitions. Il décrit une situation aujourd’hui plus chaotique qu’il y a quelques années comme pour tacler l’actuel président sans épargner d’autres comme François Bozize et Michel Djotodia en faisant allusion aux mercenaires étrangers appelés par des Centrafricains pour les aider à prendre le pouvoir de l’Etat.

Pour le désormais candidat Crépin Mboli-Goumba, la nation centrafricaine actuelle est abimée, ce qui justifie sa candidature qui devra, selon lui « réparer » cette nation. Le président du PATRIE évoque les deux principales priorités qu’il appelle urgences de sa mandature : sécurité et éducation.

Crépin Mboli-Goumba promet des mesures fortes pour chasser du sol centrafricain ceux qu’il appelle les mercenaires étrangers, « nous mettrons en place une armée forte et républicaine afin de défaire militairement les mercenaires qui asservissent et nous libèrerons l’intégralité de notre territoire » dit-il comme pour montrer qu’une fois président de la République, il sera un chef de guerre.

La deuxième urgence du candidat est l’éducation qu’il compte reformer en y consacrant durant 5 ans, 20% du budget national. Mettre fin au phénomène de maitre-parent qui, selon Mboli-Goumba compromet l’avenir des enfants, est l’une des lignes de la relance de l’éducation en République Centrafricaine. Quelle est alors la chance de cet ancien ministre d’Etat, candidat à la présidentielle de 2020 dans son pays la RCA ?

Crépin Mboli-Goumba a 49 ans et il est candidat à la présidentielle. Son jeune âge est un atout. Si lui et son équipe travaillent dessus, ils vont drainer les jeunes qui, aujourd’hui, militent pour le rajeunissement du paysage politique. Si un travail de fond est bien fait sur ce point, il peut se faire passer pour le représentant de la jeune génération à la prochaine présidentielle, ce qui pourrait constituer un atout majeur et le placer parmi les vrais adversaires de l’actuel président.

Crépin Mboli-Goumba a été ministre d’Etat et s’est fait connaitre du public de Bangui comme un homme pragmatique en bitumant sur fonds propres de l’Etat et dans les moments difficiles, quelques avenues.

Crépin Mboli-Goumba fut leader des étudiants et il continue d’avoir une facilité de contact dans ce milieu. L’ancien ministre d’Etat et désormais candidat, est chef d’un parti politique qui a pu faire élire six députés à l’Assemblée Nationale lors des échéances de 2016, ce qui montre que sa formation politique a une certaine assise dans l’arrière-pays, assise qu’il peut exploiter en faveur de sa candidature.

Crépin Mboli-Goumba fait de la sécurité, la priorité n 1 de sa mandature. En plus, il pose la lutte militaire comme la solution à la crise promet aussi de chasser les mercenaires étrangers. Cette position est aujourd’hui portée et facilement absorbée par le peuple souverain. Là, il s’approprie la ligne voulue par le peuple et donc sur ce point il pourrait être facilement audible sauf que tous les candidats ont compris cette dynamique et beaucoup devront l’utiliser.

Mais, les chances de ce jeune candidat pourraient être anéanties par la présence de certains poids lourds. Crépin Mboli-Goumba fera face à des personnalités qui ont une véritable machine électorale derrière elles. Nous pensons à Martin Ziguele 4ème candidature avec sa machine le MLPC, le président en exercice Touadéra qui aura les moyens de l’Etat à sa disposition, possiblement l’ancien président François Bozize avec son KNK et Désiré Kolingba avec le RDC.

Etre Ministre d’Etat sous Michel Djotodia, leader de la Seleka, est loin d’être un atout. Cela va jouer en défaveur de Crépin Mboli-Goumba. Comme Ziguele en a fait les frais en 2016, ce passé sera utilisé contre Mboli-Goumba, souvent présenté par ses détracteurs comme l’une des forces intellectuelles du régime Séléka. Cela pourrait être la ligne d’attaque des autres candidats contre cette candidature.

Crépin Mboli-Goumba n’a pas de fief. Certes originaire du Mbomou et pouvant compter aussi sur le Haut Mbomou, ce dernier pourrait partager les voix avec son frère Armel Doubane, possible candidat à la présidentielle et aussi originaire de la région généralement fief du RDC qui présentera son candidat.

Les équations alors sont difficiles mais pas impossibles à résoudre pour cet esprit jeune, vif, intelligent et surtout très tactique politiquement.

Sylvestre Sokambi  

 

 

 

  

    

   

 

Lu 479 fois
vendredi, 27 mars 2020 11:54 Écrit par  In Politique
Connectez-vous pour commenter