Centrafrique : Filippo Grandi appelle les Etats à tenir compte des réfugiés face au COVID-19

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Le Haut Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés Filippo Grandi appelle les Etats à tenir compte des réfugiés  face au COVID-19

BANGUI, le 22 mars 2020(RJDH)---- Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés se préoccupe des mesures adoptées par certains pays face au COVID-19 qui selon lui, pourraient bloquer le droit de déposer une demande d’asile. Il rappelle dans la déclaration rendue publique le 19 mars dernier « que des personnes continuent de fuir leur foyer ».

Dans une déclaration rendue publique le 19 mars dernier, Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, s’est prononcée sur la crise du COVID-19 à l’heure de la mobilisation mondiale pour lutter contre la propagation du COVID-19. Selon lui, « de nombreux pays adoptent à juste titre des mesures exceptionnelles, limitant les relations aériennes et les mouvements transfrontaliers.» 

Il n’a pas manqué de souligner que les guerres et la persécution n’ont pas cessé. Ce qui revient à dire qu’aujourd’hui, partout dans le monde, « des personnes continuent de fuir leur foyer en quête de sécurité. Je suis de plus en plus préoccupé par les mesures adoptées par certains pays qui pourraient bloquer le droit de déposer une demande d’asile » a déclaré le Haut commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés. 

Fillipo Grandi dans ce document dont le RJDH a eu copie, appelle les Etats à tenir compte des personnes en situation critique. « Tous les États doivent gérer leurs frontières comme ils l’entendent, dans le contexte de cette crise unique. Mais ces mesures ne devraient pas avoir pour effet de fermer les voies d’accès aux régimes d’asile, ni de forcer des civils à retourner vers des situations de danger », dit-il avant de préciser que des solutions existent.

Si des risques sanitaires sont identifiés, des systèmes de dépistage peuvent être mis en place ainsi que des tests, le placement en quarantaine et d’autres mesures.  Ces dispositifs permettront aux autorités de gérer l’arrivée des demandeurs d’asile et des réfugiés en toute sécurité, tout en respectant les normes internationales de protection des réfugiés établies pour sauver des vies. 

Cette déclaration intervient dans un contexte où plusieurs Etats ont adopté des mesures préventives contre la propagation de COVID-19. Mesures visant à limiter les mouvements transfrontaliers.

RJDH

Lu 56 fois
dimanche, 22 mars 2020 12:14 Écrit par  In HUMANITAIRE
Connectez-vous pour commenter