Centrafrique : Deux groupes armés signent un accord de paix sous la houlette d’un chef rebelle

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Deux groupes armés signent un accord de paix sous la houlette d’un chef rebelle

BANGUI, le 19 mars 2020 (RJDH)---Le Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ) et le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), deux groupes armés en conflit depuis un an dans le nord de la RCA, ont signé le 18 mars dernier un accord de paix à Bria, au nord du pays.

 L’accord signé entre ces deux groupes armés fait suite à des négociations pilotées par Ali Darass, chef du mouvement armé UPC, très actif dans l’Est du pays. Selon des sources du RJDH, les pourparlers ont commencé le 22 février 2020 sur initiative du numéro 1 de l’UPC qui fait figure de facilitateur dans le processus, « après les combats de Ndélé et Birao, il a rencontré les principaux acteurs dans le but de trouver un compromis, c’est ce qui s’est soldé ce jour à l’accord de paix », a confié un leader religieux qui était présent à la cérémonie de signature de l’accord de Bria.

Un proche de Ali Darass parle d’un processus long et difficile vu les désaccords qui existent entre les belligérants, « ce n’était pas facile pour avoir un compromis », explique-t-il sous couvert de l’anonymat quelques heures seulement après la signature dudit accord. D’après les mêmes sources, les autorités locales, les responsables de la Minusca, les groupes armés ont été consultés, information non encore confirmée par la Minusca même si ses responsables à Bria étaient présents à la signature de l’accord.    

Ali Darass qui a aussi signé l’accord, dit n’être pas concerné par le document, « nous ne sommes pas concernés parce que nous ne sommes pas impliqués dans ce conflit mais nous signons parce que nous avons facilité le processus », déclare-t-il. Le préfet de la Haute-Kotto qui s’est félicité de la dynamique, est resté réservé, « c’est bien de signer un accord et nous soutenons le processus mais l’essentiel est le respect des engagements pris dans cet accord », a fait savoir le représentant dans l’Etat dans cette partie du pays.  

L’accord dit de Bria est signé après plusieurs combats qui opposé le FPRC au MLCJ à Ndélé, Bria et Birao ainsi que leurs environs depuis mi-juillet 2019. Le dernier combat est celui du 11 mars dernier à Ndélé, combat qui, selon la croix rouge nationale aurait fait une quarantaine de morts et de centaines de blessés. Le respect des engagements pris par ces deux groupes armés, pourtant signataires de l’accord de Bangui du 06 février, reste le principal défi au processus initié à Bria par Ali Darass.

RJDH  

 

Lu 64 fois Dernière modification le dimanche, 22 mars 2020 10:36
dimanche, 22 mars 2020 09:10 Écrit par  In SECURITE
Connectez-vous pour commenter