Centrafrique : "La construction des infrastructures sportives relève de la responsabilité de l'Etat", déclare Mustapha Berraf

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique :   "La construction des infrastructures sportives relève de la responsabilité de l'Etat", déclare Mustapha Berraf

BANGUI, le 16 février 2020 (RJDH)--- L’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique se préoccupe de la dégradation avancée des infrastructures sportives en Centrafrique car, selon Mustapha Berraf Président de l’Association des Comité Nationaux Olympiques d’Afrique, la construction et réhabilitation des infrastructures sportives relève de la compétence des autorités centrafricaines. Déclaration faite vendredi 13 février face aux journalistes centrafricains.

En visite de travail en Centrafrique du 10 au 14 février, le président de l'ACNOA l'algérien Mustapha Berraf et les responsables du Comité National Olympique Sportif Centrafricain (CNOSCA) ont visité quelques installations sportives. De village olympique de Toungoufara, tombé en désuétude, en passant par le terrain de beach-volley construit au sein du stade Barthélémy Boganda, pour clôturer à l'Omnisports, la dégradation avancée de ces infrastructures sportives a suscité la réaction sa réaction et il appelle à la construction et à la réhabilitation de ces cadres sportifs pour le développement des activités sportives dans le pays.

Mustapha Berraf, Président l’ACNOA a fait cette remarque, en déclarant que « la construction et la réhabilitation des infrastructures sportives est une responsabilité des autorités d’un pays. Notre organisation vient en appui dans certaines activités tel que l’appui financier dans le cadre de la formation… Lors de la visite des différents centres sportifs, nous avons constaté la dégradation de certains centres », dit-il.

Il interpelle les centrafricains à veiller sur les infrastructures sportives. « Ce qui est à déplorer est la protection de certains centres par la population environnante. Si le gouvernement déploie des efforts pour construire quelque centre sportif, il appartient à la population centrafricaine de le protéger jalousement. Malheureusement ce n’est pas le cas selon notre constat. A titre d’exemple, le centre sportif de Toungoufara qui se trouve pour le moment dans une situation désastreuse », a remarqué Mustapha Berraf.

Il conclut sur une note d’espoir en annonçant que le gouvernement centrafricain et l’ACNOA projettent dans un bref délai la réhabilitation du centre sportif de Toungoufara en état de dégradation avancée.

Carlos Watou

         

Lu 250 fois Dernière modification le dimanche, 16 février 2020 15:00
dimanche, 16 février 2020 14:35 Écrit par  In SPORTS
Connectez-vous pour commenter