Centrafrique : Le KNK recadre le débat sur les préalables posés pour l’audience sollicitée à la Présidence

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Le KNK recadre le débat sur les préalables posés pour l’audience sollicitée à la Présidence

BANGUI, le 15 janvier 2020 (RJDH)---Le parti travailliste Kwa na Kwa du Président fondateur François Bozizé a réorienté le débat sur les conditions posées pour l’audience entre le Chef de l’Etat et le président fondateur du KNK Bozize.  Ils l’ont fait savoir lors d’une conférence de presse le mardi 14 janvier au siège du parti à Bangui.

Christian Guenebem, le secrétaire général adjoint du KNK, regrette et constate que le Gouvernement ainsi que la Présidence de la République ne disent pas la vérité aux centrafricains au sujet du retour de François Bozizé sur sa terre natale et l’audience sollicitée par ce dernier.

 « Il n’est donc pas surprenant que sur la question relative à la demande d’audience, et dans un but strictement politicien, la désinformation demeure la stratégie que ces derniers privilégient » a déclaré le Secrétaire Général adjoint, Christian Guenebem.

Il souligne au passage que le KNK s’inscrit en faux quant aux déclarations et du Directeur de Cabinet de la Présidence de la République et du Ministre de la Communication sur la question de la demande d’audience adressée par le parti au nom de l’ancien Chef de l’Etat Bozizé au Président de la République Faustin Archange Touadera. Selon lui, le KNK a eu à constater malheureusement que des menaces assez sérieuses ont été proférées à l’endroit de l’ancien Chef de l’Etat Bozizé, des promesses au minimum d’arrestation mais voire plus des menaces qui ont même pesé sur sa vie et sur son intégrité physique. « Enfin, le KNK a jugé utile de ne pas autoriser le Président Bozizé à se rendre au palais sans avoir pris un minimum de précaution… », juge-t-il.

S’agissant du retour de l’ancien Chef de l’Etat de la transition Michel Dotodjia, le Secrétaire Général adjoint du KNK considère ce dernier étant un fils du pays si c’est pour contribuer au retour de la paix mais il y voit une manipulation politique du pouvoir. « Je pense que le passage de Djotodia n’est pas une mauvaise chose en soi, si ce passage s’inscrit dans la recherche de la paix pour tous les centrafricains, je m’en félicite, le KNK s’en félicite, le Président s’en félicite. D’ailleurs, le Président Djotodia avait à l’occasion de ce passage sollicité une entrevue avec le Président Bozize, ce qui avait été accordée, programmée, le Président Bozize s’est déplacé et a attendu mais malheureusement le Président Djotodia n’était pas venu et l’entretien n’a pas eu lieu. Donc, qu’il soit reçu par le Président Touadera je pense que c’est une bonne chose. Malheureusement, le Président Djotodia et le Président Bozize font l’objet d’une politique de deux poids deux mesures. Nous aurons espéré que les mêmes traitements soient réservés aux uns et aux autres… », croit-il. 

Depuis ces derniers temps, la présence de ces deux anciens Chefs de l’Etat divise les opinions et cristallise le débat politique dans le pays. Pour un homme, « le débat est ailleurs et la question de sécurité des centrafricains doit passer avant tout », conclu-t-il.

Christian Claude Doba

Lu 1004 fois Dernière modification le mercredi, 15 janvier 2020 15:46
mercredi, 15 janvier 2020 13:26 Écrit par  In Politique
Connectez-vous pour commenter