Centrafrique : Accrochages meutriers entre les élements des FACA et l’UPC à Alindao

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Centrafrique : Accrochages meurtriers entre les éléments des FACA et l’UPC à Alindao

ALINDAO, le 09 janvier 2020 (RJDH)---Des combats ont opposé, en début de cet après-midi à Alindao, les soldats des forces armées centrafricaines (FACA)  et les combattants rebelles de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), dirigée par le sulfureux Ali Darassa, selon plusieurs sources bien introduites.

Même si les raisons de cet accrochage ne sont pas encore clairement établies, certaines sources religieuses et proches de la MINUSCA indiquent que cxelui-ci a duré plusieurs heures.

« La situation reste tendue et confuse à Alindao. Il y a eu bel et bien un combat opposant les éléments des FACA et les combattants de l’UPC », déclare Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA, avant de regretter que, « l’UPC qui est un groupe signataire de l’Accord de paix puisse s’en prendre aux soldats Centrafricains », dit-il.

De sources religieuses, tout a commencé par une discussion entre les éléments de l’UPC qui voulaient mettre la main sur deux éléments des FACA dans des circonstances encore non élucidées. Ces derniers s’y sont opposés et cela a tourné au drame entraînant la mort d’un des éléments de l'armée centrafricaine, a rapporté au RJDH une source religieuse .

« Quand les autres éléments voudraient aller récupérer le corps d’un des leurs, ils se sont retrouvé nez à nez avec les éléments de l’UPC. C’est ainsi que les combat se sont généralisés dans la région », poursuit  une autre source locale

De source non officielle, trois éléments des FACA seraient déjà morts lors des combats. Deux sites des déplacés à savoir, celui de l’Eglise Elim et des déplacés peulhs auraient pris feu avec d’importants dégâts. Des éléments d’information que la MINUSCA dit n’avoir pas assez de preuves pour les confirmer. Cependant, « une unité d’intervention de la MINUSCA s’est vite déployée dans la ville. Nous nous sommes interposés entre les protagonistes et nous déplorons cela », a déclaré Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA.

Contacté sur les faits, le département de la défense dit n’avoir rien appris des combats en cours qui, pourtant, sont confirmés par la MINUSCA et l’église catholique dans la région. Du côté du gouvernement, aucun communiqué n’a été publié sur ces échanges de tirs à Alindao. Le dernier combat entre les FACA et les combattants rebelles de l’UPC avait eu lieu le 21 novembre 2019.

Lu 635 fois Dernière modification le vendredi, 10 janvier 2020 07:28
jeudi, 09 janvier 2020 16:37 Écrit par  In SECURITE
Connectez-vous pour commenter