Centrafrique : Les sinistrés du site de De la Cour à Bimbo s’inquiètent pour leur sécurité

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Les sinistrés du site de De la Cour à Bimbo s’inquiètent pour leur sécurité

BIMBO, le 08 janvier 2020 (RJDH)---Les sinistrés des inondations de l’an dernier présents sur le site de De la Cour à Bimbo se préoccupent davantage pour leur sécurité. Malgré la présence des deux gendarmes détachés pour assurer la sécurité du site, leur quotidien est émaillé de braquages, de vols et de viols.

Selon les sinistrés, l’insécurité dans le secteur avec des cas récurrents de braquages, de vols et de viols sur le site de De la Cour à Bimbo font qu’ils ne se sentent plus en sécurité et appellent le gouvernement à l’aide. 

Blandine Wama, la responsable du site témoigne qu’il ne se passe pas une nuit sans qu’ils ne soient exposés aux actes de braquages dans le secteur. « Nous sommes beaucoup menacés par rapport à ce qui se passe sur le site et à l’entour. La majorité des sinistrés ont fui pour aller dans les églises pour passer la nuit. Nous demandons au gouvernement de nous envoyer les forces de l’ordre pour assurer notre protection », a-t-elle rapporté.

« Récemment, une tentative d’enlèvement d’un enfant à côté de sa maman a été déjouée sur le site aux environs de 23 heures.  Même une femme sur le site a été physiquement agressée  par un malfrat. Nous craignons pour notre vie. On ne peut pas tout perdre et être encore victime des agressions de la part des délinquants qui pullulent ici », ajoute-t-elle.

Si les sinistrés se plaignent pour leur sécurité, il n’en demeure pas moins que leur prise en charge médicale et alimentaire soit encore un autre problème auquel ils doivent faire face au quotidien. Pour cela, ils souhaitent que les opérations de désinfection soient vite faites dans leur secteur pour qu’ils puissent retrouver le cours normal de leur existence. « Notre situation sur le site de De la Cour à Bimbo est vraiment critique, les aides qu’on nous apporte ne sont pas suffisants et nous ne mangeons pas à notre faim », a confié au RJDH une femme vivant sur ce site.

« Si on désinfecte nos maisons, nous sommes prêts pour les regagner », a souhaité une autre.

Les sinistrés qui sont sur le site de De la cour à Bimbo vivent avec la peur au ventre ces derniers temps et demandent à ce que les dispositifs sécuritaires soient renforcés car, de jour en jour, l’on enregistre des cas de menaces et de braquages non loin du site.   

Sandra Belly  

Lu 286 fois
mercredi, 08 janvier 2020 16:07 Écrit par  In HUMANITAIRE
Connectez-vous pour commenter