Centrafrique : « Nous devons créer une institution qui respecte la parité », dixit Rosalie Kobobeth, de la plateforme I Londo Awè

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : « Nous devons créer une institution qui respecte la parité », dixit Rosalie Kobobeth, de la plateforme I Londo Awè

BANGUI, le 17 novembre 2020(RJDH) ---Dans un communiqué de presse, la plateforme des organisations de la société civile « I Londo Awe » l’importance de la femme dans la résolution de la paix en République Centrafricaine. Selon la porte-parole Rosalie Kobobeth, « sans les femmes, pas de paix durable en République centrafricaine ». Déclaration faite le lundi 16 novembre à Bangui.

« Sur les 11 Commissaires, nous demandons que 6 soient des femmes ! », a réitère Rosalie KOBOBETH, la porte-parole d’I Londo Awè. La Commission Vérité Justice, Réparation et Réconciliation, une chargée de prendre en compte les dommages subis par les victimes, comme les violences basées sur le genre, est une opportunité historique d’instaurer une paix durable et inclusive en RCA.

« Pour les femmes, les victimes des crises, et pour le peuple centrafricain, nous pouvons et nous devons créer une institution qui respecte la parité du genre », martèle la porte-parole dans le communiqué dont le RJDH a eu copie. En RCA, les femmes, rappelle-t-elle, « sont les principales victimes des conflits, mais elles sont absentes des instances de prise de décision ».

I Londo à wé exige à la Minusca et aux autorités de la République centrafricaine de « garantir la participation, la contribution et la représentation pleines, égales et véritables des femmes, y compris dans la Commission vérité, justice, réparation et réconciliation ».

Cette résolution intervient peu de temps avant la prise de décision finale sur la nomination des Commissaires de la future CVJRR, prévue à la mi-novembre et très attendue par I Londo Awè, cette plateforme qui lutte pour une participation égale des femmes dans les processus politiques et de paix en RCA.

La CVJRR fait partie des recommandations du Forum de Bangui de 2015 et est prévue dans le cadre de l’Accord Politique de paix et de réconciliation en Centrafrique signé le 06 février 2019 à Bangui.

Judicaël Yongo.

Lu 74 fois
mardi, 17 novembre 2020 21:23 Écrit par  In JUSTICE
Connectez-vous pour commenter