Centrafrique : Les belligérants du nord-est signent un pacte de réconciliation entre les communautés sous la houlette du gouvernement

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Les belligérants du nord-est signent un pacte de réconciliation entre les communautés sous la houlette du gouvernement

BANGUI, le 11 novembre 2020(RJDH)---Les leaders communautaires et les   groupes armés, réunis à Bangui sur initiative du gouvernement, ont signé ce mardi 10 novembre, un pacte de réconciliation. Cette signature fait suite à deux jours de discussions qui ont porté sur les sujets fâchent.

La signature de ce pacte de réconciliation est le débouché d’un processus porté par le gouvernement avec l’appui de la communauté internationale. L’ancien chef de l’Etat de transition Michel Djotodia, originaire du nord et ancien chef rebelle, est impliqué dans ce processus. Le mois dernier, il a effectué une tournée dans la région pour rapprocher les positions des communautés.

Le pacte de réconciliation, adopté par acclamation a été par les représentants de différents groupes ethniques de la région. Le document engage les signataires « enterrer les haches de guerre, à privilégier le dialogue et la voix judiciaire comme mode règlement de différends ». Le pacte revient aussi sur le respect de la liberté d’aller et de venir ».

La question de la violence est évoquée et le pacte de réconciliation recommande aux communautés signataires à mettre fin aux exactions.

Le président de la République Faustin Archange Touadéra, présent à la signature du pacte dit saluer l’engagement des communautés du nord-est. Il a promis de tout mettre en œuvre pour faciliter la mise en œuvre des recommandations du pacte de réconciliation qui, selon lui, permettront le retour effectif de la paix et de l’Etat dans le nord du pays.  Le chef de l’Etat a noté que cette initiative est un modèle qui pourra être réédité dans d’autres régions de la République Centrafricaine.  

Ce pacte de réconciliation est signé à six semaines des élections groupées de décembre. Il constitue une garantie de sécurité que le gouvernement trouve tenter de régler les combats qui depuis plus d’une année endeuillent le nord-est.

Judicaël Yongo.

Lu 191 fois
mercredi, 11 novembre 2020 06:33 Écrit par  In Politique
Connectez-vous pour commenter