Centrafrique : La distribution des billets de banque s’intensifie à quelques semaines des élections groupées

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : La distribution des billets de banque s’intensifie à quelques semaines des élections groupées

BANGUI, 02 novembre 2020 (RJDH)---Le phénomène de distribution des billets de Bangui reprend en Centrafrique à 7 semaines des élections groupées. L’actuel chef d’Etat et l’ancien, revenu d’exil, sont les deux personnalités qui s’illustrent dans cette pratique. 

« L’heure de la gentillesse et de la sensibilité de nos politiques a sonné », propos d’un instituteur à la retraite, croisé par notre équipe, au croisement du 4ème arrondissement lorsque le convoi du président Touadéra s’est arrêté pour remettre de l’argent à plusieurs groupes de jeunes. Des enveloppes blanches, contenant chacune 50.000 Fcfa, sont remises à chaque groupe.  

Cet exercice, le convoi du chef de l’Etat en partance pour Damara, le fait sur les 75 kilomètres qui séparent Bangui de Damara, ville natale du président Touadéra, ville où il a pu construire une imposante villa. Damara est la ville qui accueille le président Touadéra au moins trois week end sur quatre. Le RJDH a compté 206 banderoles publicitaires représentant les groupes de soutien à qui des enveloppes sont distribuées au passage de l’homme du 30 mars. Un peu plus de 10 millions sont distribués lorsque le président de la République sort pour se rendre à Damara, histoire de gagner sympathie et soutien à quelques jours des élections dont l’issue n’est pas certaine pour le camp présidentiel.

Faustin Archange Touadéra n’est pas le seul à se livrer à cette pratique. François Bozizé, fait tomber des billets de 500 fcfa au passage de son convoi, généralement très suivi. Ces billets de banque créé bagarre et agression dans les rues. Difficile d’avoir une estimation sur l’argent que l’ancien président jette aux passants lorsqu’il se promène dans la ville de Bangui. Dans son fief du nord, lorsqu’il s’est rendu en septembre dernier, ce sont les billets de 10.000 Fcfa qui étaient distribués.

Plusieurs autres leaders politiques candidats à la présidentielle voire aux législatives brillent dans cette pratique de distribution des billets de banque espérant laisser des traces dans les cœurs des électeurs. Avec cette allure, il est clair que l’argent va parler plus lors de la campagne électorale que les projets de société sur lesquels les électeurs devraient se fonder pour élire les prochains dirigeants.

L’avis des Centrafricains interrogés, est partagé sur la question. Idris, est commerçant au km5, un quartier commercial de Bangui. Il est très opposé à cette pratique, « c’est de l’escroquerie pure et dure. Ils veulent cacher leur passé pour tromper le peuple en distribuant des billets de Bangui. Je ne veux pas en entendre parler ». La distribution de l’argent par les candidats, selon Solange, étudiante à l’Université de Bangui, est liée « au degré de misère de la population qui n’a rien et qui pense garantir sa journée si elle arrive à tomber sur l’argent que les leaders jettent pour l’acheter. Ce n’est pas normal pour elle », explique-t-elle.

Nicaise, vendeur ambulant de Kola, apprécie la pratique et promet de voter en fonction, « pendant cinq années, nous n’avons rien de ces gens. C’est notre tour alors je voterai pour celui qui me donnera plus », soutient-il.

Yvonne, mère de famille, dit comprendre l’attitude des leaders, « le Centrafricain aime cette pratique voilà pourquoi les leaders l’utilisent abondamment. Nous ne pouvons rien faire », se résilie-t-elle.

Tout est fait pour que l’argent prenne le dessus lors des élections groupées de décembre 2020. Une pratique à déplorer lors qu’un pays veut connaitre des élections responsables.

RJDH     

Lu 303 fois
lundi, 02 novembre 2020 10:35 Écrit par  In Politique
Connectez-vous pour commenter