Centrafrique : Le village de Batayanga, au sud-est du pays, sensibilisé sur la Covid 19

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Le village de Batayanga, au sud-est du pays, sensibilisé sur la Covid 19

BEGOUA, 29 octobre 2020 (RJDH)---Depuis le mois de mars où la pandémie de Covid19 a été déclarée en RCA, c’est le samedi 24 que la toute première campagne de sensibilisation et de distribution dans le cadre de la lutte contre cette maladie s’est déportée dans cette localité située à 37 km de Bangui sur l’axe Boali. Ceci, grâce à l’ONG nationale, OCEASAM (Organisation Centrafricaine pour l’Education, l’Agriculture, la Santé et l’Aide Médicale) dont le siège se trouve à Bégoua.

Le village de Batayanga est situé à environ 37 km de Bangui, dont 30 km sur la voie publique et 7 en profondeur de la brousse sur l’axe Boali. Bien que la localité soit proche de Bangui, la campagne de sensibilisation sur la Covid 19 n’est jamais arrivée dans la localité. « Depuis que le Coronavirus est signalé en RCA, c’est à travers les radios que nous écoutons, c’est Dieu qui nous protège ici. D’ailleurs même à l’entrée de notre village qu’est-ce que vous avez vue comme dispositif, de lavage  main et autres. Tout est parti ou rester sur la route principale comme si Batayanga n’est pas une partie de Centrafrique », a indiqué un habitant.

« C’est pour la première fois que nous accueillons une campagne de sensibilisation dans notre village avec l’avènement de Covid 19. Donc, c’est grâce à l’ONG OCEASAM. Nous remercions du fond de cœur cette ONG, car non seulement ils nous ont sensibilisés mais ils ont également remis des kits. Vous savez que c’est un problème puisque nous n’avons même pas ces dispositifs dans les églises et l’école ».

Pour Jeannette Félicité Saba, assistante du Coordonnateur de l’OCEASAM, la pandémie de la maladie à Covid 19 vient s’ajouter au lot des difficultés que rencontre la population centrafricaine au quotidien suite aux récurrentes crises que le pays a traversé. « Notre déplacement dans la localité aujourd’hui c’est d’apporter un message à la population. Et nous ne pouvons venir les mains vides. C'est pour cette raison que nous avons jugé utile de nous mobiliser sur nos fonds propres afin de se munir de gargoulettes communément appelé « Bouta », du savon et du détergent ».

« C’est un geste symbolique, puisque ce geste est destinée à au moins 50 ménages constitués en majorité des  personnes vulnérables notamment les personnes de troisième âges et les veuves.  Mais je puis vous rassurer que ce geste n’est ni la premier, ni le dernier parce que nous nous sommes rendu compte qu’il y a trop de besoin dans le village, il n’y a pas que la lutte contre la Covid 19 », a mentionné Jeannette Félicité Saba. 

L’ONG nationale OCEASAM qui s’investi dans l’assistance humanitaire et le développement a mené ces activités sur ses fonds propres. Aujourd’hui, avec les difficultés constatées et exprimées par la population de Batayanga lors de cette campagne de sensibilisation envisage d’y retourner.

Mais cette fois un accent qui sera beaucoup plus mis sur l’éducation et l’agriculture ont indiqué les responsables. Entre autres besoins de la population, le manque d’infrastructure routière, le manque de personnel soignant, des enseignants qualifiés et le manque d’eau potable.

Cyrille Wegue

Lu 205 fois
jeudi, 29 octobre 2020 11:59 Écrit par  In SOCIETE
Connectez-vous pour commenter