Centrafrique : le Gouvernement annonce un plan de réponse durable face à la montée des eaux à Bangui

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : le Gouvernement annonce un plan de réponse durable face à la montée des eaux à Bangui

BANGUI, le 20 octobre 2020(RJDH)----Pour une solution durable face à la montée du fleuve, le gouvernement et ses partenaires se mobilisent pour répondre aux besoins cruciaux de 672 ménages affectés par cette catastrophe naturelle tout au long du fleuve. La ministre de l'Action Humanitaire Virginie Baïkoua, dans une interview exclusive accordée au RJDH, indique que des dispositions sont déjà prises pour une réponse durable à ce problème.

Depuis début octobre, les inondations refont surface dans les quartiers longeant le fleuve Oubangui. Ce phénomène naturel et de plus en plus cyclique ces deux dernières années, a produit des dégâts matériels incommensurables entraînant le déplacement de plus d’un millier de personnes encore sur des sites des sinistrés à Bangui et Bimbo. Cette année, le pays a enregistré des centaines de ménages affectés contrairement à l'année dernière.

Une équipe technique composée des partenaires, du gouvernement et de la mairie travaille pour une solution durable à ce phénomène, a fait savoir la Ministre de l'Action Humanitaire Virginie Baïkoua. "Nous avons essayé d'effectuer des missions sur le terrain pour identifier des zones à risque afin de dégager des canalisations. C'est un problème récurrent, chaque année si ces personnes restent sur les lieux, elles vont vivre la même situation. C'est pourquoi, il est important que nous mettions en place des réponses pour ces personnes affectées depuis l'année dernière."

L'équipe, selon elle, est en train de faire le profilage pour éviter des constructions anarchiques sur ces zones à risque. "Très rapidement pour qu'à long terme, il faut éviter de faire des constructions sur les zones marécageuses", a expliqué la ministre Virginie Baïkoua qui a également précisé qu'un travail de sensibilisation est programmé auprès des populations riveraines de ne plus construire à ces endroits-là.

Une étude de cartographie de ces zones inondables a été faite l'année dernière pour déterminer les lieux habitables et sans risques. "Ces zones qui normalement ne devraient pas être habitées, malheureusement les occupants n'ont pas consulter les services cadastraux et d'autres appropriés avant d'engager quelconque projet de construction sur ces espaces."

En 2019, le pays a enregistré plus de 1000 ménages sinistrés provoqués par les inondations. Cette année 2020, le nombre est réduit à 672 ménages selon les données du ministère de l'Action Humanitaire.

Judicaël Yongo

Lu 226 fois Dernière modification le mardi, 20 octobre 2020 11:50
mardi, 20 octobre 2020 09:56 Écrit par  In HUMANITAIRE
Connectez-vous pour commenter