Centrafrique : l’implication des femmes dans le processus électoral de plus en plus encouragée par l’Union Européenne

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : l’implication des femmes dans le processus électoral de plus en plus encouragée par l’Union Européenne

BANGUI, 20 octobre 2020 (RJDH)---Depuis l’amorce des étapes cruciales du processus électoral en Centrafrique, l’Union Européenne à travers son programme de consolidation de la démocratie mis en œuvre par l'agence Belge de développement Enabel, elle a organisé samedi dernier une grande campagne de sensibilisation des femmes à la vérification de leurs noms sur les listes électorales menée par les crieurs publics des chefs de quartiers du 3e et 5e arrondissement de Bangui.

C'était le lancement de la campagne de sensibilisation des femmes à la vérification de leurs noms sur les listes électorales menée par les crieurs publics des chefs de quartiers du 3et 5e arrondissement de la ville de Bangui.

A en croire madame Fatoumata Dramé, l’experte en genre et l’élection pour le programme de l’Union européenne, l’implication massive des femmes dans le processus électoral en cours en République centrafricaine commence par leur inscription sur les listes électorales, en suivant de bout en bout les différentes étapes allant d’enrôlement aux affichages.

« Nous menons cette activité pour que les crieurs publics, les chefs des quartiers, les leaders d’opinion mobilisent les populations en général et plus particulièrement les femmes, aux vérifications de leurs noms, et les grandes informations les concernant », a expliqué Fatoumata Dramé.

De poursuivre, elle estime que le plus important, c’est la vérification des noms sur les listes et s’assurer que tout en ordre, dit-elle. « Le message vraiment fort est qu’il est important aujourd’hui, demain au plus tard, d’aller vérifier les noms sur les listes électorales. Il est important de s’assurer que notre nom est bien écrit, qu’il n’y a pas de manquement, que les images sont à la bonne place, les noms, etc », a martelé Fatoumata Dramé tout en précisant que « si le nom est mal écrit, nous aurons une carte d’électeur avec un nom mal écrit, donc nous ne pouvons pas voter. Deuxièmement, si le nom est absent, il n’y aura pas tout simplement pas de carte d’électeur. Donc c’est important pour les femmes de se mobiliser, d’aller faire cette vérification qui prend quelques heures et de réclamer au besoin. C’est important parce que les voix comptent ».

L’objectif, susciter une forte participation des femmes lors du vote afin de minimiser les cas d’abstention au sein de cette frange électorale, selon Fatoumata Dramé. « Souvent elles sont allées s’enregistrer, mais elles vont moins voter. Donc nous nous mobilisons, nous encourageons et nous sensibilisons toutes les femmes à participer pleinement à ce que la voix de chacune compte dans ce processus ».

A quelques nuances près, la présidente des Associations des orphelins de Centrafrique du 5ème arrondissement de Bangui, Gisèle Bédani, a aussi relevé ces manquements et qu’il est important d’aller vérifier son nom. « Des cas de modifications dans l’identification de certains électeurs ont été constatées. Les noms sont souvent mal écrits, les localités différentes. Il est très important de se rendre dans les circonscriptions respectives vérifier l’identité, afin d’avoir accès à la carte d’électeur pour toutes les échéances électorales », a-t-elle déclaré.

Une initiative saluée et encouragée par le maire du 5e arrondissement Alain Yemo.Pour le matérialiser, une campagne de sensibilisation avec la participation des 500 crieurs issus des différents arrondissements de Bangui, a été lancée par ENABEL à l’endroit des femmes pour qu’elles puissent se mobiliser massivement afin de s’inscrire sur les listes électorales, puis aller vérifier leurs noms une fois que celles-ci sont rendues publiques par l’autorité nationale des élections.

RJDH

 

Lu 219 fois Dernière modification le mardi, 20 octobre 2020 10:38
mardi, 20 octobre 2020 09:52 Écrit par  In INFO-ELECTIONS
Connectez-vous pour commenter