Centrafrique : le Mouvement « 4500 » appelle à manifester contre la société Al-madina

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : le Mouvement « 4500 » appelle à manifester contre la société Al-madina

BANGUI, 12 octobre 2020 (RJDH) --- Le mouvement 4500 appelle à une manifestation mardi 13 octobre en signe de protestation contre le maintien du prix de la carte nationale d’identité par la société libanaise Al-Madina à 6750 frs contrairement à la loi des finances de 2019 le fixant à 4500 frs.

Le collectif des jeunes centrafricains dénommé « 4500 », lance un ultimatum à la société Almadina, et menace d’organiser un sit-in devant la direction de police judiciaire à Bangui ce mardi 13 octobre 2020 en violation de la décision du tribunal administratif qui avait ordonné le sursis à exécution de l’arrêté interministériel augmentant les tarifs des titres de séjour et cartes nationales d’identité contrairement aux prix fixés dans la loi des finances votée par l’Assemblée nationale.

Malgré que l’arrêt querellé a été rapporté par les ministres de l’Intérieur et celui des finances en date du 07 septembre dernier, la société libanaise Almadina, de son côté, refuse d’appliquer cette décision de la justice.

Ce qui est un mépris de trop pour le Mouvement « 4500 » par la voix de son porte-parole, Adrien Koundou-Zalia, « la société Al-Madina en complicité avec deux ministères notamment : le ministère de l’intérieur et le ministère des finances, ont fixé le prix à leur niveau à 6750 frs.  Le député Georges Vackat a porté plainte devant les tribunaux compétents et la justice a ordonné à ses 2 ministères de rapporter leur arrêter interministériel, il devrait avoir effet immédiatement c’est-à-dire le prix de la carte devrait être révisé à 4500 frs. Malheureusement, la société AL-Madina appartenant à un libanais, refuse d’obtempérer à la décision judiciaire. Nous avons décidé demain de nous pointer devant la brigade criminelle pour montrer notre mécontentement », a-t-il expliqué.

Il a, par-ailleurs, souligné que « la majorité de la population centrafricaine ignore que la loi a fixé le prix de la carte nationale d’identité à 4500 frs. Le travail que nous ferons aujourd’hui est de le faire savoir à nos compatriotes, nous devrions porter le message vers nos compatriotes pour qu’ils sachent à combien est fixé le prix de la carte nationale d’identité alors demain c’est un premier pas.  Il faut quand même des gens pour pourvoir drainer les autres et nous nous portons garants pour faire comprendre à la population ce qui se passe », a déclaré Adrien Koudou-Zalia.

Pour rappel, le vendredi dernier, face à la presse, le député Thierry-Georges Vackat, l’un des députés ayant introduit la requête en annulation auprès du tribunal administratif, avait annoncé qu’il va porter l’affaire cette semaine en citation directe devant le tribunal correctionnel de Bangui.

 Sandra Cynthia Belly

Lu 254 fois
lundi, 12 octobre 2020 14:11 Écrit par  In SOCIETE
Connectez-vous pour commenter