Centrafrique : le groupe de travail de la société civile sur la crise Centrafricaine (GTSC) accuse le gouvernement de haute trahison

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : le groupe de travail de la société civile sur la crise Centrafricaine (GTSC) accuse le gouvernement de haute trahison

BANGUI, 31 Juillet 2020 (RJDH) --- Le GTSC appelle les centrafricains à manifester le 05 août prochain suite au huis clos du gouvernement avec le leader de l’UPC, Ali Darassa, pour contester les clauses de cette rencontre du 30 juillet, qui habiliteraient Ali Darassa à s’installer à Bambari au lieu de Bokologbo.

La réaction du Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC) n’a pas tardé aussitôt l’annonce de la réinstallation du chef rebelle de l’UPC, Ali Darassa, à Bambari par le Gouvernement Centrafricain. Pour Gervais Lakosso, coordonnateur du GTSC, c’est une humiliation. « Cela nous inspire un sentiment d’humiliation. Le Premier ministre est entrain de poser un acte de haute trahison et les garants de ce soi-disant accord de Khartoum sont en train de se moquer du peuple centrafricain. C’est pourquoi, nous au GTSC, nous qui parlons au nom du peuple, disons non à cela. Et nous n’allons pas nous arrêter sur des simples déclarations. Le mercredi 05 Aout, nous appelons tous les centrafricains à rester chez eux à la maison. Il n’y aura pas de travail ce jour-là », a déclaré Gervais Lakosso.

D’après eux, c’est une complicité entre le gouvernement et les garants ainsi que les facilitateurs de l’accord de paix en Centrafrique, et pour cela, le Premier Ministre doit démissionner. « La démission du Premier ministre Firmin Ngrebada n’est pas à négocier. Le départ sans condition des ambassadeurs de la CEEAC en République Centrafricaine, monsieur NAHAYO Adolphe de la CEEAC, Monsieur Mathias Bertino Matondo de l’Union Africaine, ainsi que la Représentante Spéciale adjointe de la MINUSCA Madame Denise Brown », a exigé le GTSC

« L’abrogation des décrets nommant des responsables des groupes armés aux fonctions politiques, administratives et militaires dans notre pays.  La convocation sans délai d’une concertation des forces vives de la nation pour trouver des solutions centrafricaines à nos problèmes. Passer la journée du 05, nous appelons à une manifestation populaire jusqu’à la satisfaction totale de nos revendications», a déclaré Gervais Lakosso.

Barnabas Badiwi

Lu 190 fois Dernière modification le samedi, 01 août 2020 08:42
vendredi, 31 juillet 2020 14:02 Écrit par  In SECURITE
Connectez-vous pour commenter