Centrafrique : des chefs de quartiers démentent les propos de l’ANE relatifs à leur per diem

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : des chefs de quartiers démentent les propos de l’ANE relatifs à leur per diem

BANGUI, 16 juillet 2020 (RJDH)---Contrairement aux dires de Mme Marie Madeleine N’Kouet, Présidente de l’ANE annonçant le paiement de 10 jours des per diem aux chefs de quartiers de Bangui, ceux-ci démentent n’avoir rien perçu. 

En réaction à la déclaration de la Présidente de l’ANE, Mme Marie Madeleine N’Kouet, le 07 juillet dernier, annonçant le paiement des per diem des chefs de quartiers dans le cadre des opérations d’enrôlement des électeurs, ces derniers démentent et disent n’avoir rien reçu de l’organe en charge des élections.

« Les problèmes techniques sont résolus progressivement par les agents superviseurs et la prise en charge des Chefs de quartiers de Bangui est effective dans la mesure où, ils ont déjà perçu 10 jours de per diem », avait annoncé la présidente de l’ANE.  

Une information que nie M. Balla Ibrahim, chef de quartier Ngongonon-6, premier Conseiller à la Mairie du 8ème arrondissement de Bangui. « C’est au travers de la presse que nous avons pris connaissance de la déclaration de la Présidente de l’ANE. Mais nous, au niveau du 8ème arrondissement de Bangui, nous n’avons rien perçu comme per diem sans pour autant indiquer le montant perçu. Et il y a même d’autres chefs qui nous appellent pour vérification. Comme c’est une personnalité qui a parlé, certainement cela va venir ».

Même son de cloche dans le 4ème arrondissement de Bangui et certains arrondissements de Bangui. « Moi je n’ai pas été impliqué de prêt ou de loin dans le processus. Peut-être que c’est ailleurs.  Mais à ce que je sache, depuis toujours on associe les chefs des quartiers dans ces opérations. Car ce sont les Chefs qui connaissent leurs habitants et ce sont eux qui peuvent valablement aider l’ANE dans cette opération. Alors, si on n’implique pas les Chefs de quartier (…), je ne sais pas, peut-être c’est une nouvelle méthode de travail », a indiqué Mme Ibrahim, chef de quartier Dedengué dans le 4ème arrondissement de Bangui.

Presque dans les huit arrondissements de Bangui, les chefs des quartiers ont réclamé et continuent de réclamer de l’ANE leur implication dans le processus électoral en cours. Dans certains secteurs où ces chefs se sont volontairement impliqués, ces derniers réclament de mesures d’accompagnements. Aujourd’hui, avec cette déclaration de la Présidente de l’ANE face au démenti des bénéficiaires, il y a lieu de s’interroger sur la destination de cette ligne.

Cyrille Wegue

Lu 151 fois
jeudi, 16 juillet 2020 13:36 Écrit par  In INFO-ELECTIONS
Connectez-vous pour commenter