Centrafrique : les violations de l’accord de paix rendent difficile sa mise en œuvre, selon l’ONU

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique :  les violations de l’accord de paix rendent difficile sa mise en œuvre, selon l’ONU

BANGUI, 23 juin 2020 (RJDH)---Devant le Conseil de sécurité, le chef des opérations de paix de l’ONU a décrit une situation politique toujours fragile et une insécurité persistante en République centrafricaine (RCA), 16 mois après la signature de l’accord de paix et à six mois des élections.

Deux principaux points ont été relevés dans le rapport présenté par Jean Pierre La Croix, Chef des opérations des Nations Unies hier lundi, partant du climat sécuritaire et politique, en toile de fond les élections à venir.

De réelles inquiétudes ont été relevées par le numéro 2 de l’ONU en soulignant que « la mise en œuvre de l'accord politique (pour la paix et la réconciliation) est devenue plus difficile dans le contexte actuel ». Il s’est dit profondément préoccupé par les violations persistantes de l'accord, principalement par certains de ses signataires.

Sur le plan sécuritaire, à titre d’exemple, dimanche, une patrouille conjointe de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) et des Forces armées centrafricaines (FACA) a été attaquée dans la préfecture de Nana-Mambéré. L’attaque meurtrière attribuée au 3R a coûté la vie à deux soldats des FACA et blessée sept autres soldats centrafricains dans une embuscade tendue contre eux. M. Lacroix, a condamnée « une attaque lâche ». Il a surtout mis en évidence, l’Insécurité persistante dans le nord et le dans le nord-est du pays.

A cela s’ajoute, poursuit-il, « la situation politique qui demeure fragile », a rappelé le Secrétaire général adjoint aux membres du Conseil. C’est dans ce contexte que le pays doit tenir en décembre 2020 des élections présidentielles et législatives. Selon le dernier rapport de l’ONU sur la RCA.

Toutefois, l’ONU a noté des progrès importants dans les préparations aux élections auxquels la MINUSCA apporte son soutien. « Des progrès ont également été constatés pour ce qui concerne le financement des élections par les partenaires internationaux avec de généreuses contributions de l’Union européenne et des Etats-Unis. Mais sur les 41,8 millions de dollars nécessaires pour organiser les élections, un quart (10,5 millions de dollars) manquent toujours », conclut-il.

RJDH

Lu 200 fois
mardi, 23 juin 2020 15:47 Écrit par  In SECURITE
Connectez-vous pour commenter