Centrafrique : Les fonctionnaires déployés à Baboua demandent leur évacuation à Bangui suite à l’insécurité

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Les fonctionnaires déployés à Baboua demandent leur évacuation à Bangui suite à l’insécurité

Baboua,  22 juin 2020 (RJDH) --- Le regain des violences armées dans la Nana-Mambéré plus précisément à Baboua, les fonctionnaires, affectés dans la ville, demandent aux autorités l’évacuation de leur famille à Bouar ou à Bangui. 

La nouvelle des décès des soldats centrafricains, tombés sur le champ de bataille sur l’axe Koundé-Besson le dimanche 21 juin,  a provoqué un climat de psychose généralisée de la population à Baboua. Selon de source généralement bien informée, les fonctionnaires et agents de l'Etat affectés à Baboua ont vivement appelé ce lundi 22 juin les autorités du pays l’évacuation de leur famille à Bouar, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Mambéré, ou à Bangui, capitale nationale, en raison de la situation sécuritaire très préoccupante sur place.

Face à ces multiples attaques affectant la population civile et même les autorités locales, un groupe des fonctionnaires affectés dans cette partie du pays demande la restauration de la paix et l’évacuation de leurs familles si leur sécurité n’est pas garantie. « Nous sommes réunis ce matin pour parler de l’effectivité de la paix par ce qu’on ne sent pas cela on ne sait pas si ce gouvernement se résume au niveau de Bangui, ou on parle du président de la République de Bangui et du premier ministre de Bangui, on comprend rien dans les couacs. C’est ainsi que ce matin nous les fonctionnaires, avons tenu une concertation pour demander notre évacuation à Bangui", a réclamé un fonctionnaire de l'Etat sous anonymat.

D'autres informations qui nous sont parvenues font état d'un mouvement de la population de Baboua et d'autres régions voisines vers la brousse, a-t-on appris de sources locales. Un fonctionnaire accuse les casques bleus de n'avoir pas  informé les FACA à temps réel sur la situation sécuritaire sur cet axe.« Le contingent bangladais informé de la présence des 3R dans la région n’a pas pris le soin d'en faire part aux éléments des FACA, et conscient de la présence des 3R, ils ont fait semblant de dire que leur véhicule est tombé en panne. C’est ainsi qu’ils ont demandé aux FACA de continuer, c’est ainsi qu’ils sont tombés dans les pièges tendus par les éléments des 3R. Donc, j’incombe la responsabilité au contingent bangladais de la MINUSCA», a-t-il confié.

C’est depuis quelques semaines que les éléments de 3R d’Abbas SIDIKI menacent la paix dans la Nana Mambéré en multipliant des attaques contre les positions de force de défense et de sécurité.

Ketsia Kolissio

Lu 208 fois Dernière modification le lundi, 22 juin 2020 23:34
lundi, 22 juin 2020 15:24 Écrit par  In SECURITE
Connectez-vous pour commenter