Centrafrique : difficile condition de vie des réfugiés à Obo après les attaques armées

Évaluer cet élément
(0 Votes)
déplacés Obo déplacés Obo @OCHA_CAR

Centrafrique : difficile condition de vie des réfugiés à Obo après les attaques armées

OBO, le 20 Juin 2020(RJDH) ---Les conditions de vie des réfugiés à Obo dans le Haut-Mbomou sont critiques après les violences armées et la pandémie de coronavirus. Les dernières attaques de fin mai dernier opposant les FACA aux éléments de l’UPC d’Ali Darass ont compliqué davantage leurs conditions, confie le Point focal en matière de protection au HCR à Obo Christian Mobéangue.

La pandémie de coronavirus et les attaques armées dans la ville de Obo ont rendu la vie difficile aux personnes réfugiées et les personnes déplacées internes. Leur condition de vie a complément changé. C’est ce qu’explique le point focal du HCR Christian Mobéangue au RJDH et ces attaques ont couté la vie à un réfugié.

« Depuis le 20 mai dernier, il y a eu des attaques armées à Obo et cela a mis en péril la ville et un réfugié a trouvé la mort dans cette crise. La majorité des réfugiés sont plus part des paysans qui vivent que de leurs travaux agricoles. Cette insécurité qui prévaut aux alentours de la ville ne leur donne pas l’opportunité de cultiver davantage afin d’avoir de quoi à manger », a-t-il énuméré avant de lancer un appel aux autorités centrafricaines pour des dispositions sécuritaires dans la ville, « Il faudra que les conditions sécuritaires puissent rapidement être rétablies pour permettre aux réfugiés de vaquer librement à leurs activités quotidiennes ».

Ces réfugiés ajoute-t-il, vu l’insécurité aux alentours de la ville sont obligés de rester confinés au camp y compris le Coronavirus qui dérange la situation sanitaire en RCA. Si la situation sécuritaire ne s’améliore pas, la ville d’Obo sera affectée.  

La ville d’Obo totalise aujourd’hui plus de 3500 réfugiés. D’autres sont venus du Soudan du Sud et du Soudan.

Judicaël Yongo

Lu 162 fois
samedi, 20 juin 2020 07:34 Écrit par  In SOCIETE
Connectez-vous pour commenter