Centrafrique : le silence gouvernement sur le retrait de Sidiki inquiète

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : le silence gouvernement sur le retrait de Sidiki inquiète

BANGUI, le 08 juin 2020 (RJDH) --- Le gouvernement Centrafricain promet réagir à l’annonce de du mouvement rebelle 3 R qui suspend sa participation à l’accord de paix du 06 février 2019. L’annonce a été faite au RJDH ce lundi 8 juin 2020 par le ministre Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement.

La réaction des autorités du pays est toujours attendue quant à la prise de position du mouvement 3R qui a clairement annoncé qu’il suspendait sa participation à l’accord de paix du 06 février 2019. Joint au téléphone, le porte-parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui, se réserve de tout commentaire mais précise que le gouvernement donnera sa position après concertation.

La prise de position du leader de 3 R sonne comme un affront pour les autorités du pays qui misaient sur cet accord afin de ramener la paix dans le pays.

Le mouvement 3 R est impliqué dans un crime de masse au mois de mai 2019 à Paoua, quelques mois après la signature de l’APPR, ce qui est qualifié comme étant l’un des plus grands drames après la signature de ce document de paix.

D’ores et déjà, selon les informations RJDH, les populations de la région de la Nana Mambéré et de l’Ouham-Pendé sont dans la psychose totale depuis que Sidiki a repris le maquis. « On a l’impression que l’heure s’est arrêtée à Koundjili et  Lémouna. Les habitants ont encore le souvenir des massacres des hommes de 3R dans ces localités », nous confie un député de la région.

La classe politique pense pour sa part que le gouvernement accorde à Sidiki un traitement de faveur et déplore le laxisme des garants et facilitateur quant à la mise en œuvre des régimes de sanctions contenus dans l’accord.   

Carlos Watou   

Lu 214 fois
lundi, 08 juin 2020 15:42 Écrit par  In Politique
Connectez-vous pour commenter