Imprimer cette page

Centrafrique : Une organisation des droits de l’homme soutenue par Cordaid, compile les dossiers des victimes afin de saisir la CPS

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Centrafrique : Une organisation des droits de l’homme soutenue par Cordaid, compile les dossiers des victimes afin de saisir la CPS

L’OCDH a déclenché le processus de compilation des dossiers des victimes afin de saisir la Cour Pénale Spéciale. Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet Partenariat Stratégique porté par l’ONG internationale Cordaid.

Les victimes ont une fois de plus et ce pour la 5ème année consécutive, exigé des autorités la justice. C’est ce qui transparait dans leur déclaration rendue publique, ce 11 mai 2020. Le projet partenariat stratégique tente de faciliter ce processus. L’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (OCDH) a engagé depuis quelques semaines, le processus de compilation des dossiers des victimes afin de saisir la justice sinon la Cour Pénale Spéciale.

Il s’agit d’une action réclamée par les leaders des victimes. Hervé Lidamon, président d’une association des victimes l’a souligné dans une émission au RJDH en ces termes,  « les victimes ont besoin de soutien multiforme qui doit venir de partout. En matière de justice, les victimes ne connaissent pas grand-chose c’est pourquoi l’appui des spécialistes de droit ou des organisations de défense des droits de loi, est nécessaire et souhaité ».

Selon Nicaise  Doukoua, responsable des programmes, OCDH travaille déjà avec cinq associations des victimes nationales qui ont de nombreux membres. Cette organisation de défense des droits de l’homme a déjà visité et discuté avec plusieurs victimes à qui l’on a demandé de déposer des dossiers qui devront être traités avant que l’organisation puisse aider ces victimes à aller vers la Cour Pénale Spéciale. Mme Francine Ndémadé, présidente de l’Association des Victimes des Crises Militaro-Politique (AVCPM), loue cette initiative qui constitue une réponse aux attentes des victimes qui commencent, selon elle, déjà à perdre espoir, « cette organisation a engagé cette démarche qui a mon avis, est louable pare que nous, victimes, avons soif de la justice et nous le demandons toujours. Avec cet appui juridique, je pense que les victimes retrouveront l’espoir et ce que je souhaite c’est que d’autres organisation suivent l’exemple de OCDH parce que vous le savez, les victimes sont incalculables ».  

Selon les informations reçues auprès de OCDH, après l’enregistrement des dossiers, 20 seront retenus par OCDH pour être transmis aux avocats qui sont déjà identifiés pour accompagner les victimes à aller vers la justice. De sources bien informées, un pool de cinq avocats est déjà mis en place pour faire le suivi des dossiers des victimes.

Au sein de OCDH, on reconnait l’ampleur de la demande, « nous avons visité cinq associations de victimes et discuté avec les membres. Je pense que la demande est forte. Nous allons en fin de processus sélectionner 20 dossiers pertinents sur lesquels nous allons travailler pour que justice soit rendue. Dans l’émission « Regard des Auditeurs » du RJDH de la semaine dernière, le porte-parole de la Cour Pénale Spéciale, Théophile Momokoama a fait savoir que la cour travaille déjà afin que la justice soit rendue, « déjà le bureau du procureur est à pied d’œuvre donc les attentes des uns et des autres sont bien entendues ».

Le travail que l’OCDH est en train de faire est l’aboutissement du projet partenariat stratégique qui depuis 2016, soutient les victimes des crises centrafricaines.                    

                                       Sylvestre Sokambi

Lu 234 fois
mardi, 02 juin 2020 15:29 Écrit par  In DROITS DE L’HOMME
Sokambi

Dernier de Sokambi

Connectez-vous pour commenter