RJDH-RCA - Fact Checking
Fact Checking

Fact Checking (29)

Centrafrique : Faux : Boire de l’urine ne soigne pas le nouveau coronavirus

BANGUI, le 12 Aout 2020 (fact-checking/RJDH) --- Des affirmations ont circulé dans la ville de Bangui de bouche à oreille selon lesquelles boire de l’urine pourrait guérir la covid-19. Ces sont des allégations. Le constat a été fait depuis le mois de mai dernier lors d'une investigation menée par l'Action contre la Faim (ACF).

Il n’y a aucune preuve que boire de l’urine puisse vous protéger du coronavirus, dont il faut se méfier.

L’urine ne protège pas du coronavirus et peut même contenir des traces du virus.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’urine ne tue pas les virus et les bactéries. En fait, l’urine peut contenir des petites quantités de matériel viral ou bactérien. Vous laver les mains avec l’urine ou utiliser cette urine pour frotter les surfaces ne vous protégera pas contre le nouveau coronavirus (2019-nCoV).

Quant au docteur Louis-Médard Ouarandji, responsable du centre de prise en charge des personnes atteintes de covid-19, l'unique n'est pas un remède contre la Covid-19 mais plutôt un poison.   « On peut trouver dans l’urine des bactéries, des parasites et des germes qui peuvent causer des infections à une personne. Pour dire que l’urine soigne le coronavirus c’est archi faux » ? a-t-il souligné

Des précautions à prendre selon l’OMS

Protégez-vous et protégez les autres en vous tenant informer et en prenant les précautions appropriées. Suivez les conseils des autorités sanitaires locales. Pour empêcher la propagation de la covid-19 suivez des recommandations suivantes :

Lavez les mains fréquemment. Utilisez du savon et de l’eau, ou une solution hydro alcoolique. Tenez-vous à distance de toute personne qui tousse ou éternues. Portez un masque lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Éviter de vous toucher les yeux, nez ou la bouche. En cas de toux ou éternuement, couvrez-vous le nez et la bouche avec le pli du coude ou avec un mouchoir. Rester chez vous si vous ne vous sentez pas bien. Consultez un professionnel de santé si vous avez de la fièvre, que vous toussez et que vous avez des difficultés à respirer.

Notons que, la panique provoquée par la pandémie de coronavirus est un terrain fertile pour la naissance de rumeur et infox en tous genres. Le risque de pandémie affole l’esprit et les fausses rumeurs sur les vecteurs de transmission de la maladie se répandent. Certaines personnes partagent des informations non vérifiées qui risquent de créer un vent de panique parmi la population.

 Face à cette triste réalité pandémique ne vous protégez non seulement de covid-19 mais protégez-vous aussi des fausses rumeurs et informations.

                                                                        Line Ngalingbo / Rédaction du Fact-checking (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mercredi, 12 août 2020 14:42 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : attention cette rumeur est fausse ! Le coronavirus ne se transmet pas via le lait maternel de la mère à l’enfant

BANGUI, 11 aout 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---La rumeur selon laquelle la Covid-19 se transmettrait pendant l’allaitement de la mère à son enfant, est une interprétation fallacieuse.

Depuis l’avènement du nouveau coronavirus en République Centrafricaine, de stéréotypes et suspicions ne cessent de planer autour de la pandémie au sein de la population. Dans cette tragique période pandémique, des mères, même touchées par un simple rhume, se demandent s’il faut arrêter ou continuer d’allaiter le bébé. Des rumeurs répandues à Bangui au cours du mois de juillet dernier font état d’une possible contamination de l’enfant par le lait maternel lorsque la mère est infectée.

Aucune transmission est effective, selon l’OMS

Pour débusquer ces inquiétudes, puis démêler le faux du vrai, notre rédaction du Fact-checking a pu consulter le site officiel de l’Organisation mondiale de la santé.

 Selon l’OMS, aucune transmission n’est enregistrée. ‘L’Organisation Mondiale de la Santé précise qu’à ce jour, il n’y a aucune transmission de Coronavirus pouvant provoquer une infection par le lait maternel. La Covid-19 ne se transmet pas par l’allaitement. Il n’y a alors aucune raison de mettre un terme à l’allaitement, qui de manière naturelle, renforce le système immunitaire de l’enfant’’.

« En Centrafrique, l’Hôpital Général de Bangui n’a enregistré aucune contamination de   la mère à l’enfant par le lait maternel depuis le début de la pandémie. », a déclaré le Docteur Louis-Médard OUA-RANDJI, médecin, chef de centre de prise en charge, dans un entretien exclusif accordé par notre rédaction.

En réalité, la COVID-19 n’est pas encore détectée dans le lait maternel, qui renforce l’organisme de l’enfant.

Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement contre la covid-19, mais protégez-vous aussi de l’infodémie.

S /e Rédaction du Fact-checking (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mardi, 11 août 2020 15:23 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : vrai, il y a un manque cruel des dispositifs sanitaires contre la Covid-19 à Kpalongo

BANGUI, 10 aout 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---Alors que la République Centrafricaine a déjà franchi le cap de 4000 contaminés de Covid-19, le pays est éperdument confronté à des défis majeurs de dispositifs sanitaires à l’intérieur du pays. Tel est le cas du constat fait à Kpalongo, village situé à 14 km de la capitale Bangui qui abrite 5000 habitants.

Un seul seau pour 5000 habitants à Kpalongo

Pour débusquer ces inquiétudes qui planent au sein de la population, et démêler le faux du vrai, notre rédaction du Fact-checking centrée sur la vérification des faits, a pu effectuer un déplacement à Kpalongo.

Lors d'une interview exclusive, l’autorité locale de Kpalongo s'inquiète de ce manque. « Un seul sceau d’eau exposé chez le chef du village pour une population d’environ 5 000 habitants, aucun masque de protection porté par la population et aucun respect de mesure de distanciation sociale, voilà le tableau réel dans mon village », a fait savoir Mr. Ndani Reymond, Chef du Village de Kpalongo.

Le village de Kpalongo est situé à 14 km de Bangui sur la route de Mbaïki.  Très visité à cause de deux sites touristiques « Maïtovo » et les « Résidences », près d’un millier de visiteurs fréquentent ces lieux chaque semaine selon les responsables de ces sites.

Des informations en notre possession depuis le début du mois de juillet ont fait état d’une absence totale du respect des mesures barrières et des actions de riposte afin de protéger cette population de cette localité contre la Covid-19.

Face à ce réel risque, le respect des mesures barrières demeure le moyen indispensable en vue d’endiguer la pandémie du coronavirus en République Centrafricaine.

Esdras Michael Ndamoyen/ rédaction du Fact-checking(AFC)

 Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

lundi, 10 août 2020 14:42 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : Attention, un oiseau ne s’est pas évadé d’un laboratoire pour propager le coronavirus.

BANGUI, 07 août 2020 : Une rumeur est devenue virale de bouche à oreille dans la ville de Bangui, depuis le mois d’avril comme quoi « un oiseau est évadé du laboratoire pour propager le corona virus ». Ceci est une fausse information.

Historique de la pandémie de Covid-19

Selon les recherches faites par la rédaction du fact-checking, la maladie de Covid-19 a été signalée  pour la première fois à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019. https://www.who.int/fr

L’origine de maladie de la covid-19 qui est causé par le SARS-CoV-2

D’après les enquêtes menées par les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la maladie de Covid-19 est causée par le SARS-CoV-2 un nouveau coronavirus d’origine animale, dont le premier réservoir est probablement la chauve-souris, plus précisément de genre Rhinolophus, chauve-souris ou chauve-souris fer à cheval.  https://www.un.org/fr

L’OMS annonce un premier pas dans son enquête  sur l’origine du virus

Le 10 juillet dernier l’OMS a dépêché en Chine  un épidémiologiste et un spécialiste de la santé animal pour une mission exploratoire avant le démarrage d’une   enquête de l’organisation de l’ONU pour la santé qui  veut mener sur l’origine du virus apparu en Chine fin 2019. « L’équipe avancée de l’OMS qui s’est rendue en Chine a maintenant achevé sa mission qui consistant à jeter les basses d’efforts conjoint pour identifier les origines du virus », a déclaré le directeur général de l’OMS Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse en ligne.  https://www.20minutes.fr

Rappelons que,  le nouveau virus SARS-CoV2 est à l’origine de la maladie Covid-19 a été identifié en Chine (Wuhan) il fait partie de la famille des coronavirus qui provoquent des maladies pouvant aller du simple rhume au syndrome respiratoire aigu sévère.

Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement du covid-19, mais protégez-vous aussi de l’infodémie.

                                S/e La rédaction du fact-checking de Centrafrique (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Ekesionisango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

vendredi, 07 août 2020 15:29 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : faux, l’automédication ne guérit pas les patients de Covid 19

BANGUI, 06 aout 2020 (RJDH/Fact-Checking)---Les centrafricains continuent d’ignorer l’existence du virus sur le territoire national. Parmi les nombreuses conceptions qui faussent la compréhension du Coronavirus, l’automédication permettrait selon certaines personnes de se guérir seules de ce virus. C’est une fausse information.

Depuis le premier cas du coronavirus le 14 Mars 2020 en République Centrafricaine, les rumeurs ne cessent de circuler sur les réseaux sociaux voir même dans les quartiers. A seul, à la maison on peut se guérir du coronavirus par l’automédication. Attention cette pratique est extrêmement contraire aux directives sanitaires.

Pour enlever cette pensée des centrafricains, la rédaction du Fact-checking s’est rapprochée du Dr Naissem Alexis, chargé de programme Jeune et VIH, point focal covid-19 (UNFPA) qui relève que : « l’automédication est très dangereuse dans le contexte de coronavirus. Le traitement à la maison dépend des formes de la maladie. Un patient peut se faire traiter à la maison mais accompagné d’un professionnel de santé. Les centres médicaux restent des références pour le traitement de cette pandémie ».

L’automédication est une fatalité

L’automédication est une fatalité pour ceux qui la pratique en ce temps pandémique selon Dr Léontine Armelle Koli-Ndoukou, Directrice Gérante de la Pharmacie  Sewa et Trésorière Générale du Conseil National de l’Ordre des Médecins, Chirurgiens, Dentiste et Pharmacien de Centrafrique : « Envisager de traiter seul le coronavirus à la maison est une fausse pratique. Le traitement du coronavirus partout dans le monde se fait dans un centre médical. Puisqu’un patient atteint de coronavirus présente des effets secondaires,  c’est à l’hôpital qu’on doit suivre. Mais, pour les cas asymptomatiques c’est-à-dire, ceux qui présentent des formes moins graves de la maladie comme fut mon cas dans un passé récent, ils peuvent se faire traiter à la maison accompagné d’un personnel soignant ».

L’automédication intervient comme l’une des difficultés dont la République Centrafricaine fait face en ce temps pandémique. Veuillez-vous rapprocher du centre sanitaire le plus proche de votre maison en cas de nécessité sanitaire.

Leo Papy Benam / Rédaction du Fact-checking (AFC)

 Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

jeudi, 06 août 2020 19:32 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : FAUX, le port prolongé du masque n’a pas d’effet secondaire sur le cerveau

BANGUI, 05 aout 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---Les rumeurs courent ces derniers temps de bouche à oreilles dans la ville de Bangui, faisant croire que le port des masques de protection contre le nouveau coronavirus pendant plusieurs heures aurait des effets secondaires sur le cerveau humain. Ce  sont des fausses affirmations !

Pourquoi cette information est-elle  fausse ?

Notre  rédaction de vérification des faits, Fact-checking a pu avoir le Docteur Naissem Alexis, Chargé de programme et VIH  au Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). Ce dernier confirme que le port de masque n’a pas d’effet sur le cerveau : «  le masque n’a pas d’effet secondaire au fil du temps. Toute fois, des mesures hygiéniques sont nécessaires pour éviter toutes formes de contamination sanitaires», a fait savoir le docteur Naissem dans un entretien exclusif accordé à notre rédaction.

Une actualisation étayée par de nombreuses études.

L’efficacité du masque  est en effet confirmée par ces récentes études, à commencer par celle d’une équipe canadienne diligentée  par l’organisation mondiale de santé  (OMS). La  conclusion a été publiée au début du mois juin dernier par la The Lancet. Il en ressort que le port du masque réduit à 85% la probabilité d’être contaminé par le coronavirus en cas de rencontre  avec d’une personne infectée. 

Plus d’information visitez le site https://www.who.org/fr

En Centrafrique, le port du masque est déclaré obligatoire dans les lieux publics,  mais  aussi sur toute  l’étendue du territoire national.  La déclaration a été faite par le président de la République Faustin-Archange Touadera le 12 juin à Bangui.

La rédaction du fact-checking affirme que  le port du masque de protection demeure  un moyen nécessaire en vue d’endiguer le SRAS-Cov-2. A cet effet, aucun effet secondaire n’est à déplorer.

 Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement du covid-19, mais protégez-vous aussi de l’infodémie.   

                                            S/e Salle Salwa La rédaction du fact-checking de Centrafrique (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Ekesionisango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

mercredi, 05 août 2020 10:05 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : Covid-19 : Comment se protéger vis-à-vis de son conjoint ?

BANGUI, 03 juillet 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---Cette question reste au cœur de la préoccupation des habitants du 3ème Arrondissement de Bangui depuis une enquête menée au mois de mai dernier par un consortium de trois ONG internationales : ACF (Action Contre la Faim), CRF (Croix Rouge Française) et PUI (Première Urgence Internationale).

S’isoler permet de se protéger, protéger son conjoint, ainsi que les autres

« Il faut une séparation immédiate de lit, respecter la distanciation sociale d’un mettre avec son conjoint, se mettre en quarantaine où accepter de se rendre dans un centre de prise en charge », a indiqué Docteur Louis-Médard Ouarandji, médecin responsable du Centre de prise en charge au sein de l’hôpital Général de Bangui.

L’organisation mondiale de la santé répond sur l’importance des mesures barrières

Selon l’OMS, l’auto-isolement est une mesure importante que doivent prendre des personnes qui présentent des symptômes de la Covid -19 pour éviter d’infecter d’autres personnes dans leur entourage, y compris les membres de leur famille.

Rappelant que la distanciation physique demeure indispensable pour se protéger, et protéger les autres.

Face à cette triste réalité pandémique, ne vous protégez non seulement contre le Covid-19, mais protégez-vous aussi des rumeurs et fausses informations

La rédaction de fact checking Centrafrique (AFC)

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contactez notre rédaction au : +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contactez directement l’émission « Eke sioni sango » de la radio fréquence RJDH +236 72 27 95 20. Écrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

mardi, 04 août 2020 09:03 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : vrai, la maladie a coronavirus se transmet aussi par le rapprochement des partenaires lors des rapports sexuels.

BANGUI, 31 juillet 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---Le rapprochement lors des rapports sexuels entre deux partenaires favorise-t-il la transmission du coronavirus ? Cette question a suscité de vives réactions parmi les experts en maladies infectieuses et au sein de la population centrafricaine. Une première voie minimise la contraction du virus puisque c’est une maladie respiratoire et d’autres admettent que le rapprochement des deux partenaires lors des rapports sexuels est une possibilité de contraction.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé et le Ministère de la Santé Publique et de la Population en République Centrafricaine, le nouveau coronavirus se transmet par les gouttelettes expulsées par les personnes infectées lorsqu’elles expirent, toussent ou éternuent. L’entourage est infecté en inhalant ces gouttelettes, ou en les touchant sur une surface, puis en se touchant le visage. Les chances de contracter le virus par des activités sexuelles avec une personne infectée sont donc très élevées.

Une thèse confirmée par Docteur Médard Ouarandji, responsable du Centre de Prise en Charge des personnes atteintes de Coronavirus de l’Hôpital Général de Bangui en ces termes : « Dans ma fonction quotidienne, j’ai eu à faire face à d’autres questions similaires. La contamination d’une personne atteinte de COVID-19 à une personne saine se fait par un rapprochement de moins d’un mètre d’où la nécessité de la distanciation physique. Allez-y comprendre ce rapprochement lors d’un rapport sexuel entre le visage des deux partenaires. Lors d’un rapport sexuel, la contamination est à 100 % ».

Selon les spécialistes, en ce temps de pandémie, les couples doivent se protéger pour le bien-être familial en respectant les gestes barrières afin de limiter la propagation du virus sur le territoire centrafricain.

Plusieurs comportements sexuels ainsi que le non-respect de la distanciation physique font aussi progresser le taux de contamination de la Covid-19.

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

vendredi, 31 juillet 2020 14:43 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : Non, les patients covidiés ne doivent pas être tués ni rejetés de la société

BANGUI, 30 juillet 2020 (RJDH/Fact-Checking) ---Depuis plusieurs mois, des théories de complots, de stéréotypes ne cessent de circuler via les réseaux sociaux et de bouche à oreille, dans l’optique de manipuler l’opinion publique autours de cette pandémie en Centrafrique. Tel est le cas de cette rumeur qui s’est propagée au mois de mai jusqu’à ce jour dans le 6e arrondissement de Bangui.

Cette infox soutient que : « les malades de corona sont dangereux, il faut les tuer tous, pas les garder dans la communauté ». Le constat a été fait chez les individus, dans les ménages de suite des investigations faites par le Consortium ACF /CRF/PUI.

Les patients covidiés ne sont pas dangereux s’ils connaissent leur sérologie.

Les spécialistes de la santé comme le Dr. Louis Médard Ouarandji soutiennent que les patients atteints de la COVID-19 ne sont pas dangereux s’ils connaissent leur statut à temps et s’ils se protègent. Seuls les patients qui ont des pathologies graves sont les plus exposés et peuvent représenter un danger pour eux-mêmes et pour les autres s’ils ignorent aussi leur sérologie. « Pour se protéger et protéger les autres une fois affecté par le virus, il importe de s’isoler, prendre une distanciation physique, en vue d’endiguer un pic de contamination locale », a rappelé le médecin Louis Médard Ouarandji, responsable d’un centre de prise en charge des patients à Bangui.

Le médecin a aussi précisé que la Covid-19 est une maladie infectieuse et contagieuse. Mais lorsque le patient est dépisté à temps et qu’il respecte la distanciation physique et sociale, le respect de ces gestes barrières demeure le moyen efficace pour se protéger et protéger les autres. Aussi, un dépistage précoce permet de réduire le pic de contamination au virus.

Face à cette triste réalité pandémique, protégez-vous non seulement de la covid-19, mais méfiez-vous aussi de l’infodémie.

                                    S/e La rédaction du Fact-checking de Centrafrique (AFC)

 Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

jeudi, 30 juillet 2020 15:49 Écrit par Dans Fact Checking

Centrafrique : VRAI, LE GEL HYDROALCOOLIQUE CONTRE LE CORONAVIRUS N’EST PAS ACCESSIBLE A TOUS LES CENTRAFRICAINS

BANGUI, le 29 juillet 2020 (RJDH/fact checking) ---Le constat est fait à Batangafo et Kabo au mois de Mai dernier lors d’une enquête menée par le DRC auprès des individus et des ménages. Les produits désinfectants sont soit inexistants, soit plus chers pour la population en cette période de COVID-19. C’est une évidence vue que la majeure partie des produits reste inaccessible vu le déséquilibre des prix en dessous de la moyenne en terme de revenu pour chaque centrafricain.     

Le constat est une évidence, le gel hydro alcoolique n’est pas à la portée de tous les centrafricains. Ce produit est bel est bien présent dans les boutiques, les centres commerciaux mais réservé à une franche de la population résidente pour les raisons suivantes :

Un prix exorbitant pour tous les centrafricains

D’après les investigations de notre rédaction spécialisée en vérification des faits dans les grands centres commerciaux et les points de vente de référence des produits désinfectants, nous avons constaté que le prix fixé était en hausse pour la population. Les prix variaient de 1.450 FCFA à 6.000 FCFA pour des flacons de 80 ML à 500 ML.

Selon un gérant du Supermarché Leader, des ajustements ont été pris en compte pour favoriser l’accessibilité du produit à toute les catégories de la population : « Les gels que nous vendons correspondent à notre implication contre le virus en République Centrafricaine. Nous avons jugé utile de réajuster les prix pour contribuer à la lutte contre ce virus »

A Batangafo, selon les acteurs humanitaires, le gel hydro alcoolique est inexistant dans la région. Pour en avoir, il faut passer la commande soit à Bangui, soit ailleurs. C'est ce que font les humanitaires dans la région. Par ailleurs, les dispositifs de lavage de mains sont installés dans la ville. Dans le bulletin rapport qui date du 17 juillet, les acteurs humanitaires ont distribué 275 dispositifs de lavage de main et 2685 morceaux de savon à travers Batangafo et Kabo.

La pauvreté reste élevée en République Centrafricaine et on estime qu’environ 71% de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté internationale avec (1,90) dollar par jour, en parité de pouvoir d’achat en 2018 selon la Banque Mondiale.

                                    La rédaction du Fact-checking de Centrafrique (AFC) 

Vous voulez vérifier une information qui vous parait douteuse ou fausse ? Contacter notre rédaction au +236 75 38 58 52, 75 42 33 32 ou contacter directement l’émission : « Eke sioni sango » de la radiofréquence RJDH +236 72 2795 20.Ecrivez-nous aussi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

mercredi, 29 juillet 2020 16:19 Écrit par Dans Fact Checking
Page 1 sur 3