Viol en Centrafrique : Les soldats de Sangaris blanchis par la justice française

0

BANGUI, 04 janvier 2017 (RJDH) — Le journal en ligne ‘’mediapart’’ revient sur l’accusation portée sur des militaires français de l’Opération Sangaris. Son investigation révèle qu’aucun soldat n’est coupable d’agression sexuelle et de viols sur mineures en Centrafrique pourtant le nombre des victimes augmentent, commente l’organe de presse.

Les viols et agressions de militaires français sur des mineures centrafricaines revient à la une de l’actu après l’investigation de Médiapart sur cette question de VBG. Le journal dans sa publication du 03 janvier déplore que sur les trois enquêtes préliminaires ouvertes par la justice française, un seul a débouché sur une information judiciaire et « aucune mise en examen n’a à ce jour été prononcée ».

Mediapart rapporte que Justine Brabant et Leïla Miñano étaient en Centrafrique et ont échangé avec les victimes d’agressions sexuelles et de viols. Profitant de leurs séjours, « elles ont interviewé certains personnels de la Minusca, des responsables d’ONG et des cadres de la justice et de la police centrafricaine », précise le site et ajoute que « leurs récits converges ».

Dans leur investigation, elles lu des rapports internes de l’armée française liés aux difficultés qu’éprouvent les militaires de la Sangaris à Bangui. Le journal rapporte que dès le mois d’août 2014 « l’Inspection générale des armées est alertée par des officiers. Un sergent demande instamment à  augmenter la prévention concernant la prostitution ». Dans cette enquête, les soldats français révèlent ce qui se passait dans leur base. « Un pote m’avait donné une technique si je voulais le faire », dit l’un, évoquant les « fellations contre nourriture ».

L’Opération Sangaris a pris fin en Centrafrique le 16 octobre 2016, les victimes des viols et agressions ne sont pas prises en charge et le gouvernement Centrafricain avait promis en 2015 « des poursuites » contre les militaires français soupçonnés de viols.

Partage.

L'auteur

Commenter