« L’égalité des genres en Centrafrique est encore loin d’être satisfaisante », selon les Nations-Unies

0

BANGUI, 8 Mars 2017 (RJDH) —« l’égalité des genres en Centrafrique est loin d’être satisfaisante » telle est la conclusion du rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), sur le développement humain présenté par Charles Nich, représentant résidant de l’institution onusienne ce 7 mars à Bangui.

Le rapport du PNUD sur les genres en République Centrafricaine intervient quelque mois après le vote de la loi instituant la parité entre hommes et femmes dans le pays. Laquelle loi consacre une marge de 35% pour les femmes dans les nominations. Ce rapport est publié alors que l’agenda des Nations-Unies pour 2030 en ce qui concerne l’Objectif 5 du développement durable (ODD) prévoit l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans tous les domaines.

Le document présente les facteurs politiques, économiques et sociaux qui influencent l’égalité et les genre en ces termes : « En dépit de 11 % que la RCA a affiché pour un taux d’amélioration de développement humain le plus rapide au monde entre 1990 et 2014, la représentation des femmes en Centrafrique dans les instances de prise de décision politique, économique, sociale et culturelle reste encore très faible et le pays est placé l’avant dernier en terme de ce développement au monde avant le Niger ».

Si la montée en puissance des femmes comme chef d’entreprise est encore faible à travers le pays, on peut noter une avancée dans le micro-finance où les femmes domestiquent leur compte  « sur 26 000 clients de Sofia Crédit, les femmes représentent 30% », a indiqué Mme Isabelle Dessande directrice générale de Sofia Crédit.

En Centrafrique 4 femmes siègent au gouvernement et 11 à l’Assemblée nationale.

Partage.

L'auteur

Commenter