Le DRC présente les acquis du projet "les enfants de la paix"

0

Le Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC) a présenté ce jeudi 28 mai les résultats du projet dénommé « les enfants de la Paix », lancé en 2012 dans les villes de Ndélé et de Kabo dans le but de garantir aux enfants un accès à l’école, où ils peuvent  étudier et apprendre dans un environnement protecteur, et d’apporter du  soutien psychologique pour les aider à gérer le traumatisme.

Selon le constat fait par le Directeur-pays du DRC en Centrafrique Davide Stéphanini face à l’insécurité et à la situation sécuritaire extrêmement fragile dans les zones de Kabo et Ndélé, DRC s’est engagé, à travers le projet restauration des droits des enfants des zones affectées par le conflit armé y compris les enfants associés aux groupes et forces armées, à assurer aux enfants affectés par le conflit un environnement protecteur et de respect de leurs droits.

« Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’initiative des enfants de la paix, lancé en 2012 suite à l’obtention par l’Union Européenne du prix Nobel de la Paix. Le montant du prix a été réservé à Echo pour soutenir des projets humanitaires de l’éducation dans le contexte du conflit », a rappelé Davide Stéphanini.

Selon Directeur-pays du DRC en Centrafrique, depuis décembre 2013,  son organisation a démarré la réponse urgente à Kabo et à Ndélé pour rétablir les conditions de base à l’éducation et la protection de l’enfant. « 42 écoles ont été appuyées entre Kabo et Ndélé, 229 enseignants et instituteurs communautaires ont reçu des kits pédagogiques et formés sur les droits et la protection de l’enfant. Plus de 15.000 kits scolaires ont été distribués aux élèves et trois centres Amis d’enfants dont deux à Kabo », a-t-il énuméré.

Davide Stéphanini n’a pas manqué de mentionner le plaidoyer mené pour contribuer à libérer trois écoles  occupées par les groupes armés dans les zones d’intervention du projet. « 58 ex- enfants associés aux groupes et forces armées ont été démobilisés et insérés dans un parcours d’intégration professionnelle », a-t-il ajouté.

Le chargé des missions au ministère de l’Education nationale, Bonnard Djimadingar a salué ce projet dont le lancement a été bien accueilli par le département de l’Education nationale et regrette le fait que la mise en œuvre n’avait pas connu l’implication directe du ministère.

« L’intitulé du projet cadre avec les objectifs définis les programmes d’enseignement et de formation telle que l’éducation à la paix et à la citoyenneté. Ce projet a été conçu au moment opportun. Les 42 écoles soutenues dont 22 à Kabo et 20 à Ndélé sont édifiantes malgré les contextes difficiles que traverse le pays », a dit le représentant du ministre de l’Education nationale avant d’encourager tous les partenaires éducatifs   à l’accompagner activement dans sa mission.

Le partenaire de ce Projet Union Européenne à travers Echo envisage mobiliser d’autres moyens afin de continuer à soutenir les actions visant l’éducation et l’appui psychologique des enfants dans les zones touchées par les conflits.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.