La population de Abba et Baoro rejette les soins médicaux au profit des féticheurs

0

Les  responsables sanitaires  de la commune de Abba et ceux de la ville de Baoro  s’inquiètent de l’automédication pratiquée par la majorité des habitants de ces zones, au détriment des soins médicaux.

« Les cas de paludisme, de tuberculose, de fièvre typhoïde et autres maladies sont interprétés autrement par ces habitants. La sorcellerie ou un envoutement sont souvent évoqués comme sources des maladies par les habitants, qui méprisent le traitement médical »,  a expliqué Jean Christophe Kongbo chef du centre sanitaire de Abba.

La même source souligne que « plusieurs fois, les habitants de ce village viennent à l’hôpital récupérer leurs parents hospitalisés au profit des féticheurs qui leur demandent  souvent  des cabris, poulets et une belle somme d’argent ».

Du côté de la ville de Baoro, Robert Ndoupendji, major de la pédiatrie et Maurice Sarpandji médecin à l’hôpital de cette ville soulignent la présence des « médecins de rue » qui envahissent la ville. « Les vendeurs des produits de Shalina se sont transformés en médecins dans la ville de Baoro. Malgré le fait que les médicaments qu’ils vendent sont parfois périmés, ils les prescrivent aux patients dans les quartiers ».

Abba et Baoro sont les deux régions fortement peuplées où la lutte contre l’automédication reste un défi.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.