La Centrafrique et le Congo dans une dynamique de facilitation de transit des marchandises

0

BANGUI, le 28 septembre 2018 (RJDH)— Les ministres des transports centrafricains et congolais ont clôturé le 26 septembre un atelier sur la facilitation des transits de marchandises entre les deux pays sur les ports du Congo, au palais de la CEMAC à Bangui.

Le désenclavement de la Centrafrique  pour faciliter les flux commerciaux a été au centre de cet atelier de deux jours qui a été lancé le 24 septembre dernier. Cette rencontre de haut niveau entre les deux pays vient d’ouvrir un autre corridor suite aux multiples récriminations des importateurs centrafricains relatives au coût élevé des transports car le pays n’a qu’une seule voie de ravitaillement à savoir le port de Douala au Cameroun.

Bertin Médard Ngounio, le directeur général du Conseil Centrafricain des Chargeurs (CCAC) y voit une possibilité d’optimiser le niveau du commerce en Centrafrique. «Au-delà du corridor Bangui-Douala vient de s’ouvrir et s’offrir aux chargeurs centrafricains une nouvelle possibilité d’acheminement ou d’expédition des marchandises de la République Centrafricaine par notre voie historique qui est la trans-équatoriale», s’est-il réjoui.

Il poursuit sur une note d’espoir constatant que cette ouverture encouragera la baisse des prix des marchandises dans le temps, «cette nouvelle ouverture va permettre aux transporteurs de faire baisser les prix des marchandises. L’une des recommandations formulées lors de cette rencontre est celle qui mobilise les deux Etats à faciliter la mise en œuvre des moyens au profit du groupement d’intérêt économique parce que par le fleuve, il y a moins de tracasseries qui n’influeront  pas sur les prix », précise Bertin Médard Ngounio.

Pour permettre l’effectivité de cette convention de facilitation de transit, il a été décidé de la mise en place d’un comité technique pour le suivi de cet accord. Au total 11 membres des  deux pays respectifs figurent dans ce comité  qui va se mettre au travail de facilitation de transit des marchandises pour les centrafricains à partir de la semaine prochaine, a indiqué Bertin Médard Ngounio. « Nous sommes dans une économie ouverte aujourd’hui  au niveau mondial ou la concurrence est ce qui contribue à faire baisser les prix aujourd’hui », souligne-t-il sur la question de concurrence entre le port de Douala et ceux du Congo.

Cette rencontre bipartite intervient quelques semaines après la signature de ladite convention le 30 aout dernier à Brazzaville par les  deux pays.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.