Crépin Mboli-Goumba pose deux conditions pour la participation à la concertation annoncée par la présidence

1

Le président du PATRIE, Crépin Mboli-Goumba, pose deux  conditions pour la participation de la coordination des partis, associations et personnalités politiques indépendantes au dialogue voulu par la cheffe de l’Etat.  Il faut que cette rencontre soit inclusive et l’ordre du jour doit être connu au préalable.

« Nous n’irons pas à cette concertation parce qu’il faut y aller. Nous avons deux conditions. La première, c’est qu’il faut que cette concertation soit la plus inclusive possible. Il faut que tous ceux qui doivent participer à la résolution de la crise et qui jusque là sont écartés soient inclus dans cette concertation. La deuxième condition, c’est qu’il faut au préalable la maitrise de l’ordre du jour du dialogue pour éviter la mascarade politique que nous avons vue au forum de Bangui dont l’objectif était de proroger le mandat de la transition », a présenté Crépin Mbouli-Goumba.

Le président du PATRIE pense que cette concertation doit déboucher sur des réponses au vide qui risque d’intervenir d’ici fin décembre. « nous savons que les élections sont intenables entre octobre et novembre. Ce qui veut dire que d’ici le 30 décembre, il aura un vide. Il faut cette concertation pour que nous puissions éviter ce vide juridique » note Crépin Mbouli Goumba.

Ce dernier dit ne pas croire à l’idée de coup d’Etat manqué, avancée par la cheffe de l’Etat de transition. Mbouli Goumba fait remarquer qu’il s’agit d’une exaspération populaire. « C’est une réaction de la population qui en a marre de l’insécurité et de la précarité de la vie. Je ne pense pas qu’il s’agit d’un coup d’Etat et coup d’Etat contre qui ou quoi ? Il n’y a pas d’Etat, c’est la communauté internationale qui dicte tout. Je pense qu’il faut arrêter de distraire les gens » souligne le président du PATRIE.

C’est dans son adresse à la nation le  mercredi dernier que la cheffe de l’Etat de transition a promis la convocation d’une large concertation sur les derniers évènements de Bangui, évènements qu’elle a qualifiés de tentative de coup d’Etat. Pour le moment, la date de cette concertation n’est pas encore connue.

Partage.

L'auteur

Un commentaire

  1. Judicael OUIKON DONGONGO le

    Heu heu, Crépin Mboli-Goumba, t’étais plusieurs mois ministre d’État du vrai beau gosse, le génocidaire djotodia mais où en sommes nous aujourd’hui ? Personnellement, je pense que t’es pas crédible. Arrêtes de se gausser des misérables populations centrafricains.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.