Congo-Brazza : Plus de visa d’entrée pour les ressortissants de la CEMAC

0

La libre circulation des ressortissants de la  Communauté économique et Monétaire en Afrique Centrale (CEMAC) est effective depuis le 23 octobre au Congo Brazzaville. Il est le quatrième pays de la CEMAC  à mettre en application les dispositions de l’Acte additionnel n° 08/05 – CEMAC – CCE du 25 juin 2013.

Les ressortissants de la CEMAC sont dispensés de visa d’entrée au Congo Brazza depuis 3 jours. Par cette décision, Brazzaville a entériné les dispositions de l’Acte additionnel N° 08/05 – CEMAC – CCE du 25 juin 2013 sur la libre circulation dans l’espace CEMAC.

Dans la circulaire signée par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation annonce, Raymond Zephirin Mboulou, « tout ressortissant de l’un des pays membres de la CEMAC ci-après : Cameroun, Centrafrique, Congo, Guinée équatoriale et Tchad, détenteur d’un passeport biométrique en cours de validité n’est plus soumis à l’obligation du visa d’entrée ou d’autorisation de sortie pour tout séjour en République du Congo ne dépassant pas 90 jours ». Au-delà des 90 jours, les ressortissants de la CEMAC ont l’obligation de respecter les règles de droit commun applicables à tout citoyen d’origine étrangère (visas, carte de séjour, etc.)

Par cette décision, et à pas de tortue, la CEMAC marque un grand pas dans l’intégration sous-régionale. Sur les six (06) pays membres de cet espace économique, seuls la Guinée Equatoriale et le Cameroun exigent le visa d’entrée sur le territoire aux autres ressortissants de la communauté. Si ces deux derniers mettent en application l’Acte additionnel N° 08/05 – CEMAC – CCE du 25 juin 2013 sur la libre circulation dans l’espace CEMAC, l’on pourrait croire à l’émission du passeport CEMAC qui a du plomb dans l’aile.

Espace économique dont la plupart de ses membres sont producteurs de pétrole à l’exception de la République Centrafricaine, la libre circulation  dans cette sous-région devrait  propulser  les  échanges  commerciaux intra-régionaux.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.