Concertations: Les protestataires maintiennent leur position

0

La Concertation élargie des plateformes, partis, associations et personnalités politiques indépendantes maintient son mot d’ordre de non participation aux concertations des forces vives de la nation ouvertes hier lundi 12 octobre à Bangui. Lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 13 octobre, ils ont réaffirmé la volonté de se tenir à l’écart de ces assises.

C’était au siège du Parti Africain pour la Transformation et l’Intégration des États (PATRIE) à Bangui que les partis et associations politiques membres de cette Concertation élargie se sont donné rendez-vous. Une salle remplie des journalistes. Les leaders politiques n’étaient aussi nombreux que lors des précédentes rencontres.

Crépin Mboli-Goumba, président du PATRIE et porte-parole de la Concertation élargie a ouvert et présidé la séance. Même fermeté que le samedi 10 octobre, jour de la déclaration initiale de la concertation. « Nous ne pourrons pas participer à une telle mascarade. Les autorités veulent organiser un semblant de concertation pour pouvoir publier à la fin que les forces vives de la nation ont décidé de prolonger la transition après le 30 décembre », a-t-il martelé.

Selon le planning des concertations, la plateforme politique dénommée Alternative Citoyenne pour la Démocratie et le Progrès (ACDP) devrait être reçue demain par la cheffe de l’État. « Nous sommes invités mais nous n’irons pas. Nous avions souhaité avoir des concertations dignes de ce nom mais tel que c’est conçu, il y a forte probabilité que nous n’aboutissions pas à quelque chose de concret », a prévenu Enock Dérant Lakoué, ancien premier ministre et président de l’ACDP.

Le sujet de l’après 30 décembre est venue se greffer également à l’ordre du jour de la Concertation élargie à l’instar des autres jours de rencontre. Enock Dérant Lakoué a indiqué que la persistance de cette question se justifie par le fait que « nous sentons le vide constitutionnel venir. Après le 30 décembre, il n’y a plus de légalité. Je ne parle même pas de légitimité. Il n’y a plus de légalité tout court ».

Parallèlement à ces débats houleux, la présidence poursuit les concertations depuis le palais de la renaissance. Après les responsables des huit arrondissements reçus hier, les jeunes et la plateforme politique Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition, (AFDT) ont eu un tête-à-tête avec la présidente Cathérine Samba-Panza.

Partage.

L'auteur

Ressortissant de l’Université de Bangui avec une Maitrise en Droit Public Option Relations Internationales et une Licence en Philosophe, Naïm-Kaélin ZAMANE travaille au RJDH comme Journaliste Reporter avec comme spécificité le traitement des informations politiques et humanitaires. Secrétaire Général de l’Union des Journalistes Africains pour la promotion du Droit International Humanitaire (UJA-DIH), il est membre des différentes corporations des Journalistes de Centrafrique.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.