Centrafrique : « Yembi », un long-métrage centrafricain retenu pour le FESPACO en 2019

0

BANGUI, le 24 Décembre 2018 (RJDH)—Le film Yembi, un long-métrage centrafricain produit par Eric Sabe, présenté officiellement le vendredi 21 décembre 2018 à l’hôtel Ledger Plazza de Bangui, est retenu pour le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou au Burkina-Faso  en février 2019.

Réalisé avec un coût financier de 12 millions de FCFA, sortis des poches des artistes, “Yembi” ou “Aime-moi” en français est un film tourné et joué par des jeunes acteurs centrafricains qui ont bravé tout ordre de difficultés dans un pays où il n’y a aucune industrie culturelle digne de ce nom.

Yembi est l’histoire d’un couple heureux qui a enduré des difficultés près de 10 ans. Le couple qui noyait  dans le bonheur va vite  connaître des mésaventures après que Kossi le mari de Yembi, incarné respectivement par Hippolyte Donossio et Ousna Bee, va connaitre une fulgurante ascension sociale qui va bouleverser l’équilibre de la famille par des scènes hystériques de jalousie de sa femme qui voyait son amour s’éloignait d’elle. Désespéré au milieu de cette incompréhension, ce dernier va tomber dans les bras de sa Secrétaire Ibingui, incarné par Ida Mabaya, les deux tourtereaux vont se lancer dans une relation amoureuse à la « Romeo et Juliette ».

Cette relation amoureuse a plongé Yembi, l’épouse de Kossi, dans une souffrance émotionnelle. Souffrant aussi du cancer, elle l’a caché à son mari jusqu’au jour où celui-ci a décidé de retourner auprès de sa femme avec une seule ambition : sauver son mariage. Hélas…sa femme décéda de suite de maladie sans qu’il ait eu le temps de s’occuper d’elle.

Une histoire triste mais qui est le parfait reflet des réalités quotidiennes des foyers centrafricains.

Ce film se veut être un reflet d’un autre Centrafrique que les gens ne voient pas en opposition aux autres réalités négatives présentées en raison des violences qui perdurent depuis peu dans le pays.

Il y a du génie en Centrafrique alors il suffit de le reconnaître et élaborer une politique culturelle conséquente pour aider ces jeunes à valoriser la Centrafrique sous d’autres cieux. La Centrafrique n’est pas que la guerre, la violence, la tristesse et ne détient pas que de records négatifs.  

Pour preuve, ces jeunes alliant le courage à la détermination ont su relever le défi. Ce défi c’est la présentation prochaine du film Yembi au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) en février 2019.

La Centrafrique a aussi un incroyable talent.

Partage.

L'auteur

Vianney Ingasso est journaliste-reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH). Après son passage à l’Université de Bangui, précisément au Département des Sciences de L’information et de la Communication où il obtint sa Licence Professionnelle en Journalisme (DSIC-6ème promotion), il a été stagiaire à la Radio Centrafrique et animateur à la Radio Voix des Jeunes.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.