Centrafrique : Une nouvelle cimenterie bientôt installée à Mbaïki au sud du pays

0

BANGUI, le 13 juin 2018— (RJDH)–Le Gouvernement Centrafricain vient de signer une convention dans le domaine minier le lundi dernier avec la société minière MEDCEM-QUIFEROU, de droit centrafricain pour l’exploitation de calcaire dans la Lobaye en vue de la construction d’une cimenterie à Mbaïki.

Cette annonce est faite dans un contexte où un silence règne autour de la cimenterie de Nzila située à 10 Km de la capitale, dont les travaux ont été suspendus depuis 2013 à cause du coup d’état de la coalition Séléka contre le régime de François Bozizé qui avait porté ce projet avec les partenaires indiens.

Pour ce nouveau projet de la cimenterie, il s’agit d’une base qui a été posée selon le Ministre des Mines et de la Géologie, Léopold Mboli Fatrane. «Cette convention que nous venons de signer fait partie d’une demande qui nous a été introduite en 2016, sollicitant un permis de recherche de calcaire enfin de construire une cimenterie dans la Lobaye», a-t-il précisé.

Pour le membre du gouvernement, cette demande a fait l’objet de plusieurs études notamment au niveau du Ministère des Finances, du Ministère du Commerce et du Ministère des Mines et de la Géologie. «Cette convention a suivi toutes les procédures normales. Car nous avons aussi sollicité l’autorisation de l’Assemblée Nationale. Et après l’autorisation de l’Assemblée Nationale, nous avons obtenu un décret qui a octroyé à la société Quifeurou le permis de recherche de calcaire entre l’Ombella M’Poko et la Lobaye. C’est à l’issue de cette recherche que la société va construire une cimenterie à Mbaïki pour satisfaire les besoins de la population en ciment », a-t-il indiqué.

Andrien Bonny Eboumbou, PDG du Cabinet Inside Consulting de cette société a souligné qu’une fois que la réalisation sera effective, la société minière MEDCEM-QUIFEROU projette la production d’au moins «350.000 tonnes du Ciment par an». C’est la deuxième convention signée entre la société minière MEDCEM-QUIFEROU et le gouvernement centrafricain. La première concerne le permis de production de tôles et de fer.

Cette autorisation de recherche est entrée en vigueur depuis le  lundi 11 juin dernier. La Centrafrique ne dispose d’aucune cimenterie mais importe le ciment principalement du Cameroun.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.